Le Sang de l'hermine

Pour faire court, les hommes se divisent en deux clans : ceux qui prennent des risques et ceux qui ne quittent jamais leurs pantoufles. Je venais de jeter mes pantoufles à la poubelle, je ne devais pas me plaindre si un bulldozer m'écrasait les orteils.
Richard Canal - Gandhara
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Tempête qui vient
Le titre de ce nouveau roman de James Ellroy, par ailleurs deuxième volet du "Second quatuor de Los Angel...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

vendredi 06 décembre

Contenu

Roman - Policier

Le Sang de l'hermine

Historique - Gastronomie MAJ mardi 06 décembre 2011

Note accordée au livre: 4 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 18 €

Michèle Barrière
Paris : Jean-Claude Lattès, novembre 2011
306 p. ; 21 x 14 cm
ISBN 978-2-7096-3440-3
Coll. "Romans historiques"

Actualités

  • 01/03 Édition: Parutions de la semaine - 29 février
    Les romanciers ont la vie dure, mais s'arrangent de ça en écrivant ici et là. C'est ainsi que Marin Ledun s'offre un petit texte à l'Atelier In8, qui propose toujours à des auteurs de renom une parole qui sonne souvent juste. Marin Ledun vient donc élargir un catalogue déjà fourni, mais qui s'en plaindra ? De la même façon, Michël Mention, qui avait commis un roman anglais classique à l'écriture juste, revient aux sources de la petite édition, au Fantascope. Il en est quasiment de même avec la collection "Vendredi 13" des éditions La Branche. Patrick Chamoiseau y fait une incursion à découvrir. Pendant ce temps, les éditions J'ai lu font un coup avec le grand format de Jeff Abbott, Adrénaline, pendant que sa consœur patronymique, Megan, continue à tracer sa route vers une écriture plus sentimentale que noire au Masque.
    Martin Winckler s'était fendu cet été d'un long article dithyrambique sur Les Chambres closes du docteur Hawthorne, d'Edward Dentinger Hoch dans le quotidien Le Monde. Ce recueil de nouvelles est retiré par Rivages dans sa collection "Noir" pour notre plus grand plaisir.
    En bande dessinée, vous pourrez manger du Lucky Luke. Classique mais incontournable. Harry Dickson, le détective de l'étrange, continue son petit bonhomme de chemin avec Richard D. Nolane, plus de cent ans après sa création.
    La jeunesse s'offre des super-héros, grands et petits. Mais Albin Michel propose deux romans intéressants, Mamie Gangster et La Fille du parrain. Nous vous en parlerons prochainement.
    Quant aux autres publications remarquées, elles vous emmèneront dans les plus sombres des prisons...

    Fictions adulte grand format :
    Adrénaline, de Jeff Abbott (J'ai lu, "Grand format")
    Envoûtée, de Megan Abbott (Le Masque, "Grands format")
    La Théorie des ombres, de Aden V. Alastair (Ex æquo, "Rouge")
    Éliza, de David Max Benouel (Ex æquo, "Rouge")
    Tortuga's bank, d'André Blanc (Jigal, "Polar")
    Le Jardin suspendu, de Javier Calvo (Galaade, "Galaade noire")
    À la fin d'un jour ennuyeux, de Massimo Carlotto (Métailié, "Bibliothèque italienne")
    Memoria, de François-Xavier Cerniac (City)
    Hypérion victimaire : Martiniquais épouvantable, de Patrick Chamoiseau (La Branche, "Vendredi 13")
    Kind of blue, de Miles Corwin (Calmann-Lévy, "Robert Pépin présente")
    Le Quartier sombre du désespoir, de Frédéric Delaitre (L'Harmattan)
    Le Plan, de Johan Étienne (Ex æquo, "Rouge")
    Le Cœur noir, d'Axelle Ferdsen (Ex æquo, "Rouge")
    MMXII : peur tu as mille ans, de François Gay (Aréopage)
    La Conspiration Wao Yen, d'Éric Laurent (Flammarion)
    No more Natalie, de Marin Ledun (In 8, "Polaroïd")
    Unter Blechkoller, de Michaël Mention (Le Fantascope)
    Qui a tiré sur la haute couture ?, de Gisèle Meuniet-Picquet (Du bout de la nuit, "Rue noire")
    Le Cercle du chaos, de Fabio M. Mitchelli (Ex æquo, "Rouge")
    Transfert, de Fabio M. Mitchelli (Ex æquo, "Rouge")
    Associations de malfaiteurs, de Muriel Mourgue (Ex æquo, "Rouge")
    Green gardenia, de Muriel Mourgue (Ex æquo, "Rouge")
    La Conspiration des magiciens, de Gérard Pince (Godefroy de Bouillon)
    Le Complot des nantis, de Michel Pisano (IS)
    La Malédiction du soleil, de Mary Play-Parlange (Ex æquo, "Rouge")
    Les Opales du crime, de Mary Play-Parlange (Ex æquo, "Rouge")
    Meurtre à l'église : Giriviller, de Françis-Émery Roch (Serpenoise, "Policier")
    Le Meurtre de la comtesse de Ploësquellec, de Claude-Youenn Roussel (Les Montagnes noires)
    Ciel orange, de Andreï Rubanov (Ombres noires)
    Les Naufragés de l'oubli, de Didier Saint-Martin (Coop Breizh)
    Leonis tenebrae, de Jean-François Thiéry (Ex æquo, "Rouge")
    J'ai fait comme elle a dit, de Pascal Thiriet (Jigal, "Polar")
    L'Île des ombres, de Lisa Unger (Le Toucan, "Toucan noir")
    Beso de la muerte, de Gilles Vincent (Jigal, "Polar")
    Celui que tu cherches, de Amanda Kyle Williams (Albin Michel, "Spécial suspense")

    Fictions adulte poche :
    L'Instinct maternel, de Barbara Abel (Le Masque, "Masque poche : contemporain")
    Le Sang de l'hermine, de Michèle Barrière (LGF, "Policier")
    Les Lunes de Barcelone, de Javier Calvo (LGF, "Policier")
    Tempête sur Cape Cod, de Carol Higgins Clark (LGF, "Thriller")
    Un témoin qui a du chien, de Jeffrey Cohen (Le Masque, "Masque poche : jaune")
    Blue Jay Way, de Fabrice Colin (LGF, "Thriller")
    Contre X, de Patrice Dard (Fayard, "Littérature française")
    Samba niçoise, de Jean Émelina (Baie des anges, "Noir méditerranée")
    Le Briseur d'âmes, de Sebastian Fitzek (LGF, "Thriller")
    Heather Mallender a disparu, de Robert Goddart (LGF)
    Intrigue à Venise, d'Adrien Goetz (LGF)
    Les Chambres closes du docteur Hawthorne, d'Edward Dentinger Hoch (Rivages, "Noir")
    Ce qu'il faut expier, de Olle Lönnaeus (LGF, "Thriller")
    La Vengeance du loup, de Jacques Mazeau (De Borée, "Terre de poche")
    Taken, de Norah McClintock (J'ai lu, "Thriller")
    Le Chasseur de lucioles, de Janis Otsiémi (Jigal, "Polar")
    Luke la main froide, de Donn Peace (Rivages, "Noir")
    Le Baiser de Glasgow, de Craig Russell (LGF, "Policier")
    Les Voix du crépuscule, de Lisa Unger (LGF, "Thriller")
    Viens Poupoulpe, de Christian Zeimert (Baleine, "Le Poulpe")

    Bandes dessinées :
    Les Enfants terribles, de Brian Azzarello & Eduardo Risso (Urban comics, "Vertigo classiques")
    Le grand finale, de Brian Azzarello & Eduardo Risso (Urban comics, "Vertigo classiques")
    Spider-Man. 5, Le Pouvoir... sans les responsabilités, de Howard Mackie (Panini comics, "Marvel Best comics")
    Batman : the dark night returns, de Frank Miller (Urban comics, "DC essentiels")
    Lucky Luke : l'intégrale. 17, de Morris (Lucky comics)
    Lucky Luke : l'intégrale. 18, de Morris (Lucky comics)
    Lucky Luke : l'intégrale. 21, de Morris (Lucky comics)
    Harry Dickson : le Sherlock holmes américain. 3, Les Amis de l'enfer, de Richard D. Nolane & Olivier Roman (Soleil)
    Steam west, de Frédéric Pham Chuong (Kotoji)
    L'Invitation au mal, de Ptoma & Nicolas Duchêne (Casterman)

    Littérature de jeunesse (documentaires) :
    Mission spéciale pour agent secret : le journal retrouvé, de Melissa Fairley (Gallimard jeunesse, "Hors série documentaire")

    Littérature de jeunesse (éveil) :
    Cherche et trouve : la bande des minijusticiers, d'après Hélène Bruller et Zep (Albin Michel)
    Superhéros, de Céline Claire & Gwenaëlle Doumont (Vert pomme)

    Fictions jeunesse :
    Soupçons, de Kate Brian (Bayard jeunesse, "Campus")
    Défi ! de Bonnie Bryant (Bayard jeunesse, "Poche")
    Mamie gangster, de David Walliams (Albin Michel jeunesse, "Witty")
    La Fille du parrain, de Gabrielle Zevin (Albin michel, "Wiz")

    Cinéma :
    Clint Eastwood : un rebelle américain, de Marc Eliot (Balland)

    Criminologie & prison :
    Contre la peine de mort, présenté par Anne Carol (Garnier : les archives du Monde)
    Chroniques du Paris apache (1902-1905), présenté par Quentin Deluermoz (Mercure de France, "Le Temps retrouvé")
    Lutte anti-corruption : gestion des risques et compliance, avec la participation de Christophe Roquilly (Lamy, "Lamy conformité")
    Jo Dalton : cœur de gang, de Jérémie Maradas Nado & Cristina Lhomme (La Manufacture de livres)
    Criminologie, de Patrick Morvan (LexisNexis, "Manuel")
    Vol au-dessus d'un nid de ripoux, de Frédéric Ploquin (Fayard, "Documents")
    La Prison : une nécessité pour la République, de Pierre-Victor Tournier (Buchet Chastel, "Essais et documents")
    Amexica : la guerre contre le crime organisé sur la frontière États-Unis-Mexique, de Ed Vulliamy (Albin Michel, "Documents")
    De l'extermination, de Éric Werner (Xenia, "Franchises")
    Liens : Le Cercle du chaos |Blue Jay Way |Le Briseur d'âmes |Le Baiser de Glasgow |Kind of blue |Megan Abbott |Massimo Carlotto |Johann Étienne |Marin Ledun |Muriel Mourgue |Jean-François Thiery |Lisa Unger |Gilles Vincent |Barbara Abel |Michèle Barrière |Patrice Dard |Sebastian Fitzek |Olle Lönnaeus |Janis Otsiémi |Anne Carol |Michel Pisano

  • 21/09 Édition: Parutions de la semaine - 21 septembre

Le premier volet d'une saga criminelle et culinaire.

Quentin du Mesnil retrouve sa famille, et sa sœur Mathilde, en Normandie, délaissant quelque temps le service de François Ier. Mais, le roi, très vite, le rappelle. Il veut qu'il aille, en Italie, s'assurer que Léonard de Vinci est bien en route pour Amboise. Il tient à avoir, près de lui, ce génie italien.
Domenico, comte de Sanseverino, depuis son accident survenu il y a une dizaine d'années, se consume de haine pour Léonard.
Après la mort de son dernier mécène, Léonard est contraint de quitter Rome et l'Italie. Plus personne ne peut lui apporter ce qu'il souhaite. Il est, de plus, surpassé par de nouveaux talents tels ceux de Raphaël, Michel-Ange, Le Titien...
Le voyage de Quentin commence mal. Il a une intoxication alimentaire à Bourges, son cheval meurt à Moulins et il est totalement détroussé, dans une forêt, aux portes de Lyon. Dans cette ville, il fait connaissance d'un marchand italien. Il se joint au groupe de commerçants qui repartent dans leur pays natal. Dans chaque ville, Quentin s'enquiert de la présence de Léonard. C'est à Florence qu'il le retrouve, se recueillant sur la tombe de Botticelli, son meilleur ami.
À peine l'approche-t-il que quatre hommes s'emparent d'eux, les bâillonnent et les entraînent...
À Amboise, des proches du roi complotent contre Quentin, s'étonnant que celui-ci lui fasse autant confiance. Mathilde n'a jamais pardonné un geste de François, dans leur enfance...

Michèle Barrière propose une nouvelle série historico-culinaire, après les six volumes de la fresque des Savoisy, une lignée de cuisiniers qui exercent leur art à travers les siècles. Le Sang de l'hermine débute en 1516. François Ier est auréolé du prestige que lui confère sa victoire à Marignan. Ce monarque veut donner un rayonnement à la France et surpasser les autres souverains qui enserrent son royaume. Il pense que la présence de Léonard de Vinci sera un ornement primordial et contribuera à cette grandeur. Il voit aussi, dans celui-ci, l'inventeur d'armes efficaces, qu'il est toujours utiles de posséder.
Pour convaincre Quentin, son ami d'enfance, il lui promet, sa mission accomplie, de lui confier la construction d'un château digne de ce nom sur la baraque de chasse de Chambord.

L'auteur resitue les personnages authentiques dans leur réalité et non dans l'imagerie d'Épinal que l'Histoire leur a forgée. Elle brosse, ainsi, des portraits saisissants de François Ier, de léonard de Vinci, les montrant tels qu'ils étaient. D'un côté, un monarque aveuglé par le faste, qui s'est cru un grand stratège après Marignan, et de l'autre un Léonard de Vinci obligé de se réfugier en France après avoir passé sa vie à étudier que ce qui lui plaisait, n'acceptant ni les délais, ni les contraintes de ses mécènes.
Elle anime également nombre de personnages existant dans l'entourage de ces deux figures centrales et intègre de façon adroite, des intervenants de fiction, dont le héros. Elle combine nombre de complots, de conspirations, de ressentiments allant jusqu'à la vengeance, autour des personnes du roi et de leur société.
Michèle Barrière instille aussi nombre d'éléments mystérieux autour de Quentin et de Mathilde, sa sœur aînée. Le complot le plus dangereux, pour l'heure, concerne le peintre italien. La romancière n'économise pas les péripéties et malmène son héros, lui faisant subir mille avanies.

Mais tout le récit "baigne" dans de délicieuses odeurs de cuisine. En faisant de Quentin le maître d'hôtel du roi, l'auteur intègre, avec habileté, nombre d'informations et de connaissances tant culinaires que sur l'art de vivre de l'époque. Elle nomme les plats, les mets, les ouvrages traitant du sujet, explicite la conception et l'organisation des repas. Elle fait de Quentin un novateur, cherchant sans cesse à révolutionner les manières de table héritées du Moyen Âge pour plaire à un roi ambitieux.

Le Sang de l'hermine est un roman écrit avec une passion qui transparait dans les pages et emporte l'adhésion pour ses qualités d'intrigues, sa richesse historique et, bien sûr, culinaire.


On en parle : Carnet de la Noir'Rôde n°45

Citation

Quant à Quentin du Mesnil, vous savez ce que j'en pense. Vous n'auriez jamais dû le garder auprès de vous. Il vous causera de graves ennuis.

Rédacteur: Serge Perraud mercredi 22 avril 2015
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page