Les Rêves de Milton

Le son de la balle entrant dans le canon fut le premier signe de vie qu'entendit la Pampa.
Luis Sepùlveda - Un nom de torero
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Guerre est une ruse
Frédéric Paulin retrace avec intelligence l'histoire violente de l'Algérie entre 1992 et 1995, un...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

lundi 23 septembre

Contenu

Bande dessinée - Noir

Les Rêves de Milton

Économique - Social - Road Movie MAJ mardi 06 décembre 2011

Note accordée au livre: 5 sur 5

Poche
Réédition

Tout public

Prix: 19 €

Sylvain Ricard & Frédéric Féjard
Maël (illustrateur)
Marcinelle : Dupuis, novembre 2011
152 p. ; illustrations en couleur ; 24 x 18 cm
ISBN 978-2-8001-5094-9
Coll. "Roman Aire Libre"

Un grand roman noir graphique aux accents faulkniériens

Jetés sur les routes par la misère, fuyant un malheur qui s'abat un peu plus fort sur les plus faibles, les huit membres de la famille Cry s'intègrent à un convoi de déshérités, à bord du seul bien qui leur reste, un vieux pick-up qui peine à les accueillir tous. Leur destination : l'Ouest, loin de cette Caroline du Nord que l'année 1930 n'a pas épargné, et les promesses d'un nouveau départ. Mais le sort s'acharne, quand une mort atroce vient frapper l'une des rares riches femmes du convoi, et qu'au fil de kilomètres âprement grignotés, d'autres cadavres font office de bornes kilométriques. Le FBI ne va pas tarder à entrer en piste et remonter jusqu'à Milton, simplet à la force colossale, et Billy, son frère habité d'une haine inextinguible depuis qu'on lui a broyé la main sept ans auparavant. La famille Cry est loin d'être au bout de ses peines...

Cet album est une réédition du diptyque signé Maël, Féjard et Ricard, paru initialement en 2006, dans la collection "Aire Libre". Il reparaît ici au format "poche" dans la collection "Roman Aire Libre", la case... roman graphique des éditions Dupuis. Choix judicieux que d'y intégrer Les Rêves de Milton, car il y a une vraie écriture, presque littéraire, et en tous cas un souffle, rauque qui traverse tout l'album, et où les auteurs, de la première à la dernière page, plongent le lecteur dans le sang et dans les larmes, abandonnant en chemin toute idée d'avenir pour leurs personnages. Et au-delà de l'extrême précarité de la famille, en choisissant de placer les manipulations de Billy l'infirme sur Milton son frère arriéré au cœur de leur intrigue, les auteurs accentuent la noirceur de cet album. Et toute la cruauté de cette histoire, pleine d'une tension sourde, est renforcée par les traits anguleux des personnages, leurs visages émaciés et les couleurs ternes s'étalant au fil des pages et des paysages. Nature hostile, faim, violence : on cherchera en vain la trace d'un sourire, d'un espoir dans Les Rêves de Milton. On pense tout de suite au roman de William Faulkner de Sanctuaire ou à John Steinbeck, deux auteurs d'ailleurs cités dans la très intéressante interview qui complète cette réédition. Cette histoire était un des meilleurs récits noirs de 2006... il le reste cinq ans plus tard !

Illustration intérieure

Encore un jour de pluie. Le dernier...


Citation

- Dis moi ! Dis moi !
- Tout ce que je peux dire, c'est qu'elle est pas gentille, cette fille... J'suis sûr qu'elle fait des trucs bizarres... Fille de pasteur, mon cul ! Ça doit être la fille du Diable, ouais !

Rédacteur: Frédéric Prilleux mercredi 30 novembre 2011
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page