Pièce détachée

Si un écrivain tombe gravement malade, tout s'arrête. S'il meurt, son "affaire" prend définitivement fin. En ce sens, la carrières d'un écrivain populaire est assez comparable à celle d'un comédien célèbre -, mais le plus célèbre des acteur lui-même a une doublure. Un écrivain n'en n'a pas. Personne ne peut le remplacer. Sa voix éminemment personnelle est unique.
Dan Simmons - Drood
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Guerre est une ruse
Frédéric Paulin retrace avec intelligence l'histoire violente de l'Algérie entre 1992 et 1995, un...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

lundi 17 juin

Contenu

Roman - Policier

Pièce détachée

Énigme MAJ vendredi 09 décembre 2011

Note accordée au livre: 4 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 18 €

Pieter Aspe
Vagevuur - 2001
Traduit du néerlandais (Belgique) par Emmanuèle Sandron
Paris : Albin Michel, novembre 2011
304 p. ; 22 x 15 cm
ISBN 978-2-226-23829-0
Coll. "Thrillers"
Une enquête du commissaire Van In, 9

Ce qu'il faut savoir sur la série

Pieter Aspe a signé, en 2008, la vingt-deuxième aventure du commissaire Van In. Ce personnage, iconoclaste, à l’humour caustique, avec ses désillusions et ses blessures, est le flic imparfait que ses faiblesses assumées à défaut d’être reconnues, rendent attachant. Les enquêtes qu’il mène dans Bruges et sa région le font évoluer entre luttes politiques et d’influence, prises d’intérêts, guerre entre police municipale et gendarmerie, et approcher les lourds secrets confinés entre les murs séculaires.

Van In recolle les morceaux !

Van In, à titre privé et professionnel, se retrouve au cœur d'une affaire qui touche le milieu du théâtre avant-gardiste. Une nouvelle enquête fort piquante de ce commissaire épicurien et iconoclaste.

Pieter Van In s'éveille avec tous les effets du printemps qui règne sur Bruges. Quand il est opérationnel, au bureau, il prend connaissance des événements de la nuit : un cambriolage, un exhibitionniste... rien d'exceptionnel. Mais quand le concierge du Concertgebouw, le nouveau théâtre, appelle la police car il a trouvé un auriculaire dans le parking, Van In s'y rend.
À la maison, Hannelore reçoit, venant d'Amérique, sa cousine et son amant, le metteur en scène de la pièce de théâtre qui sera jouée pour l'inauguration.
Les analyses de l'auriculaire révèlent du crottin de cheval sous l'ongle. En relisant des dépositions, Pieter découvre qu'Elena Littin, celle qui a porté plainte contre l'exhibitionniste, avait passé la soirée avec une amie, Éliane Vancleven, exploitante d'un centre équestre. Sur place, avec Hannelore et Versavel, ils ne trouvent que Dina, la fille d'Éliane. Elle admet qu'un employé du Centre, peut correspondre au signalement type établi à partir du bout de doigt. Mais il n'est pas amputé. Elle cache, toutefois, qu'il loge depuis peu, dans le grenier au-dessus du clubhouse, où ils se trouvent. Une odeur de fumée les alerte, le bâtiment commence à brûler. Après un passage tardif des pompiers, les enquêteurs découvrent un corps calciné, à qui il manque un doigt...

Dans Pièce détachée, Pieter Aspe plonge son héros dans le milieu du théâtre. Un nouveau bâtiment dédié à cet art vient d'être terminé et une pièce est montée pour son inauguration. Beaucoup de monde s'agite autour de cet événement, les politiques, les édiles et tous les comédiens qui espèrent décrocher un rôle.
Les personnalités ne sont jamais monolithiques. Aussi, quand le passé rattrape le présent, quand les ressentiments, les jalousies se font plus forts, quand l'ambition et l'argent entrent en jeu, les mensonges se succèdent et tout devient possible.

L'auteur constitue, pour chaque roman, un groupe étoffé d'intervenants avec de nouveaux venus construits pour le cadre de l'intrigue et des éléments incontournables du microcosme Van In. Il donne, selon les enquêtes, un coup de projecteur particulier mettant en avant tel ou tel personnage secondaire croisé lors des affaires précédentes. Ce groupe malléable, bien que n'étant pas facile à animer, permet de développer nombre de sous-intrigues séduisantes.

Pieter Aspe pratique l'humour et ne manque pas une occasion de souligner les travers des individus. Il égratigne, une fois encore, la profession d'architecte à propos de la construction du théâtre. Il se moque aussi, ouvertement de l'art avant-gardiste, mais sait manier l'autodérision avec : "Quand on ne sait rien faire on devient soit antiquaire soit écrivain."
Si, dans les premiers romans, Hannelore essayait de convaincre Van In, son compagnon, de modérer son ingestion de Duvel et de manger plus raisonnablement des aliments moins riches, elle semble avoir baissé les bras, car le commissaire se laisse aller, avec elle d'ailleurs, à une débauche de nourriture liquide.

Au terme d'une intrigue subtile, retorse, menée avec dynamisme, Pieter Aspe offre à ses lecteurs une chute magistralement mise en scène, à la manière d'un autre enquêteur célèbre. Un véritable régal !


On en parle : Carnet de la Noir'Rôde n°45

Citation

Les metteurs en scène de pièces expérimentales sont des sadiques qui essaient de contenter, avec l'argent de l'État, un public de pète-culs ou de snobs qui préféreraient mourir sur place plutôt que d'avouer qu'ils s'ennuient à deux sous de l'heure.

Rédacteur: Serge Perraud vendredi 02 décembre 2011
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page