Les Requins de Trieste

Je l'ai abandonné et je n'ai aucune envie de faire marche arrière pour me pencher dessus, pour en parler, ni même y penser. Toute ma vie, j'ai cherché à fuir mon passé.
Michael Connelly - La Blonde en béton
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Guerre est une ruse
Frédéric Paulin retrace avec intelligence l'histoire violente de l'Algérie entre 1992 et 1995, un...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

lundi 18 février

Contenu

Roman - Policier

Les Requins de Trieste

Disparition - Corruption - Procédure MAJ mardi 06 décembre 2011

Note accordée au livre: 4 sur 5

Poche
Réédition

Tout public

Prix: 7 €

Veit Heinichen
Gib jedem seinen eigenen Tod - 2002
Traduit de l'allemand par Alain Huriot
Paris : Points, janvier 2007
326 p. ; 18 x 11 cm
Coll. "Roman policier", 1602

Triste Trieste

Trieste, été 1999. Pas grand-chose à faire par cette chaleur si ce n'est aller se baigner. Mais une alerte au requin va bouleverser les habitudes des vacanciers et des locaux. Tout comme la disparition en mer du yacht de Bruno de Kopfsberg va bouleverser la police. Le commissaire Laurenti va se charger de l'affaire. Kopfsberg, il connaît bien, il reste sur l'échec de sa première enquête vingt ans plus tôt, lorsqu'il avait été incapable de prouver que Kopfsberg s'était débarrassé de sa femme en mer... Il s'attaque donc à la double disparition, lorsque le yacht refait surface. Mais de trace de Kopfsberg, point.
"Cela voudrait dire que l'Autrichien a disparu entre ce point-là et Trieste ? - Ou qu'on l'a fait disparaître. Quelqu'un qui était sur le bateau et qui est rentré sur un autre. Ou qu'il est passé par-dessus bord, qu'il a raté le canot et qu'il s'est noyé quelque part ou bien qu'un petit poisson l'a mangé. Mais il y a autre chose. Le câble du treuil de poupe s'est entièrement déroulé. L'Elisa traînait ses cent cinquante pieds derrière lui. Au bout, il y avait un nœud coulant. L'Identité travaille encore dessus. Et les défenses de tribord étaient sorties, elles seules, pas celles de babôrd. Quelqu'un a dû l'aborder, sinon on ne navigue pas comme ça. Puis la gaffe s'est prise dans l'une des défenses. Là aussi, on regarde de près. Enfin, ça va t'intéresser : à certains endroits, il n'y a plus d'empreintes digitales. On les a tout simplement effacées.
- Merde, dit Laurentini, que ce détail réjouissait peu. C'est la corvée. Je peux faire une croix sur les vacances d'été."
Ce premier roman marque le début des enquêtes du commissaire Laurenti qui officie dans cette ville qui fait toujours rêver, Trieste. Le roman ne brille pas par sa qualité de l'écriture, mais par la présence de la ville comme décorum, avec un Laurenti et toute sa famille attachants (ses soucis avec la participation de sa fille à l'élection de Miss Trieste sont excellents), sans compter le contexte politique de l'époque (l'acheminement de l'aide humanitaire suite au tremblement de terre de 1999 en Turquie) et l'histoire bien menée qui en font un bon roman.

Citation

Merde, dit Laurentini, que ce détail réjouissait peu. C'est la corvée. Je peux faire une croix sur les vacances d'été.

Rédacteur: Christophe Dupuis lundi 05 décembre 2011
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page