Enfin la nuit

Marianna Mazzullo faisait partie du monde de la pègre, ce qui expliquait qu'elle soit aussi insensible aux interrogatoires traditionnels qui consistaient à mettre la pression et à menacer.
Alicia Giménez Bartlett - Personne ne veut savoir
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Guerre est une ruse
Frédéric Paulin retrace avec intelligence l'histoire violente de l'Algérie entre 1992 et 1995, un...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

lundi 18 mars

Contenu

Roman - Thriller

Enfin la nuit

Anticipation - Urbain MAJ mercredi 14 décembre 2011

Note accordée au livre: 3 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 12 €

Camille Leboulanger
Nantes : L'Atalante, août 2011
188 p. ; 20 x 15 cm
ISBN 978-2-84172-554-0
Coll. "La Dentelle du cygne"

Voyage au bout du jour

Dans les fins du monde à l'américaine, tout explose dans un jaillissement, dans une java pyrotechnique éblouissante. La tradition française est plus calme. Les fins du monde de Régis Messac (Quinzinzinzili) de Julia Verlanger (L'Autoroute sauvage) ou de Jean-Pierre Andrevon (Le Monde enfin ou plus étrange encore Tout à la main où le dernier survivant ne pensait qu'à des épisodes masturbatoires) étaient plus apaisées.

Camille Leboulanger s'inscrit dans cette tradition. Aucune explication à cette fin du monde. Tout juste, un jour le soleil qui décide de ne pas se coucher. Du coup plus de pluie et, en quelques jours, les hommes deviennent fous et la civilisation s'écroule. L'auteur ne va pas s'intéresser à l'écroulement de la société mais à ce que cet évènement provoque chez les êtres. L'attention se concentre alors sur Thomas (peut-être un clin d'œil au pseudonyme de Julia Verlanger, Gilles Thomas). Il était policier, sa femme disparaît et lui-même est obnubilé par la mort (accidentelle, suicide) d'une rencontre fortuite et il décide de partir sur les routes. En quelques scènes de cette fuite, les réactions diverses vont prendre corps : des individus qui essayent de survivre seuls, d'autres qui attendent la mort. Thomas s'arrête un moment dans une petite communauté. Il subsiste un espoir messianique avec un train qui passerait pour prendre les survivants. D'autres sont devenus violents ou alcooliques. À cet égard, Thomas synthétise l'ensemble des options car il est à la fois passif, actif, capable de violence, de désespoir, alors qu'il roule sans fin vers l'Espagne.

De fait, avec La Route de Cormac McCarthy ou Le Feu de Dieu, de Pierre Bordage, pour citer des ouvrages contemporains, le roman noir utilise un événement exceptionnel pour raconter une "réalité" qui lui est propre : comment réagissent les individus normaux dans une situation anormale ? Camille Leboulanger en utilisant des ressources littéraires qui apportent de la dramaturgie rend crédible en quelques pages à la fois l'univers décrit et les itinéraires de ses personnages.

Citation

Thomas se redresse alors et sort du supermarché, sans regarder l'ancien vigile au crane fendu sur lequel s'obstine à buter la porte automatique, et qui git les yeux ouverts sur la languette en plastique qui sépare le carrelage du goudron du parking.

Rédacteur: Laurent Greusard mardi 13 décembre 2011
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page