Du son sur les murs

Le loup solitaire recherche un chef qui lui dise quoi faire, qui lui indique la direction. Le jeune de banlieue était un loup dégénéré. Un bâtard galeux, prêt à suivre le premier meneur venu, avide de se nicher sous la domination d'un mâle plus puissant que lui.
Olivier Bocquet - Turpitudes
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Guerre est une ruse
Frédéric Paulin retrace avec intelligence l'histoire violente de l'Algérie entre 1992 et 1995, un...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

lundi 14 octobre

Contenu

Roman - Noir

Du son sur les murs

Tueur à gages MAJ vendredi 16 décembre 2011

Note accordée au livre: 3 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 21,5 €

Frantz Delplanque
Paris : Le Seuil, octobre 2011
392 p. ; 23 x 14 cm
ISBN 978-2-02-105873-4
Coll. "Roman noir"

Tapage nocturne

Un peu de chantage ne peut pas faire de mal, et si en plus ça permet de passer une retraite paisible dans un village maritime des Landes, pourquoi s'en priver ? Quand on est un ancien tueur professionnel, un des avantages est d'avoir de nombreux moyens de pression sur son employeur. Mais il existe aussi des inconvénients, comme croiser un vieux collègue de travail. Loin de vous rendre mélancolique, cette rencontre vous entraine inévitablement dans la paranoïa. Si en plus une de vos connaissances disparait dans le même temps vos soupçons se voient vite confirmés.
C'est la situation à laquelle Jon se retrouve confronté. Mais le vieux nettoyeur est très attaché à sa tranquillité, à Louise sa nouvelle conquête, à ses disques de rock, à ses livres, ou encore à Luna sa petite fille adoptive. Il est donc facilement tenté de ne pas donner trop d'importance à cet incident. Le seul problème, c'est qu'il n'a pas le choix. Perle, la mère de Luna, est la petite amie du disparu, et connaissant le passé de tueur de Jon, elle est bien décidée à le sortir de sa torpeur et à le pousser à enquêter. Tant pis pour les risques, Louise, Luna, le rock et les livres attendront...

Comédie policière, défi à tous les puristes, sont quelques-uns des mots choisis en quatrième de couverture pour qualifier Du son sur les murs, le roman de Frantz Delplanque. Il est vrai que ce roman est déroutant tant sa proximité avec le pastiche est grande. Peut-être faut-il une bonne dose de second degré, mais difficile de voir autre chose qu'une accumulation d'artifices, de poncifs, de clichés, des exergues distillés sans grande justification et une ironie qui, bien qu'assumée, reste souvent difficilement appréciable. À cela s'ajoute les multiples références littéraires et surtout musicales auxquelles s'adonne l'auteur qui, si elles prouvent sa culture et forcent le respect ou la sympathie, peuvent toutefois donner un aspect pompeux à ce roman.
Malgré ces critiques, force est tout de même de constater que l'intrigue elle, parvient à nous porter jusqu'au dénouement des tribulations de ce pauvre vieux tueur, un personnage bien construit et attachant, principale qualité de ce roman. Mais si le pastiche vous tente, plongez-vous sans hésiter dans Lonely Betty de Joseph Incardona, disponible dans sa version française aux éditions Finitude.

Nominations :
Prix du Meilleur polar francophone 2012

Citation

Détendez-vous, Burger, on peut être un bon tueur sans devenir pompeux et funèbre.

Rédacteur: Benjamin Fricard jeudi 15 décembre 2011
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page