L'Île des chasseurs d'oiseaux

Il y a quatre jours est arrivé ici, venant de Londres, un nommé Paul Verlaine, homme de lettres, natif de Metz ; âgé d'une trentaine d'années, il a été rejoint il y a deux jours par un autre Français du nom de Rimbaud Arthur, homme de lettres, venant de Londres, âgé d'une vingtaine d'années et natif de Charleville. Hier dans le courant de l'après-midi, Verlaine a tenté de tuer Rimbaud en lui tirant un coup de revolver dont le projectile l'a atteint au bras gauche. Verlaine a été arrêté. Il a été impossible de connaître jusqu'à présent la cause réelle de cette tentative de meurtre.
Xavier Coste - Rimbaud l'indésirable
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Tempête qui vient
Le titre de ce nouveau roman de James Ellroy, par ailleurs deuxième volet du "Second quatuor de Los Angel...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

mercredi 20 novembre

Contenu

Roman - Policier

L'Île des chasseurs d'oiseaux

Assassinat - Procédure MAJ jeudi 22 décembre 2011

Note accordée au livre: 4 sur 5

Poche
Inédit

Tout public

Prix: 9,5 €

Peter May
The Blackhouse - 2009
Traduit de l'anglais (Écosse) par Jean-René Dastugue
Arles : Babel, novembre 2011
424 p. ; 18 x 12 cm
ISBN 978-2-330-00133-9
Coll. "Noir"

Dans la tourbe des tourments

L'île de Lewis se situe au nord-ouest de l'Écosse, dans les Hébrides extérieures. C'est une île réputée pour la qualité de ses tweeds que l'on exporte dans le monde entier. Mais là s'arrête le folklore dans le roman de Peter May ; on n'y trouvera pas de joueurs de bagpipes ou de mangeurs de haggis. Si L'Île des chasseurs d'oiseaux est un roman écossais, c'est avant tout un roman noir qui excède le cadre dans lequel il se déroule. En fait, Peter May réussit pleinement le pari difficile de lier les particularismes de cette île avec une intrigue passionnante et des personnages aussi tourmentés que l'océan qui entoure l'île.
L'inspecteur Fin MacLeod est envoyé sur son île natale, suite à un meurtre qui vient d'être commis selon le même mode opératoire que celui sur lequel il enquête à Édimbourg. Très vite, l'enquête va l'amener à interroger son propre passé, ses souvenirs d'enfance, ses premières amours... La victime est un certain Macritchie, une brute épaisse que personne ne regrette et que Fin a bien connue, le genre de type qui aime bien brutaliser les autres et noyer son dépit dans la bière. Arrivent d'autres personnages, tous des connaissances de MacLeod : Donald Murray, le révérend rigide dont la fille aurait été violée par Macritchie, Artair MacInnes et sa femme Marsaili, qui aura été le grand amour de Fin, et Fionnlagh, enfant battu par Artair et qui aurait peut-être quelque chose à voir avec la mort de Macritchie.
Construit selon une alternance - les moments de l'enquête et les souvenirs de Fin MacLeod - L'Île des chasseurs d'oiseaux se cristallise autour d'une tradition immémoriale et quelque peu barbare : celle de la chasse aux gugas sur l'An Sgeir, un îlot rocheux habité par des milliers d'oiseaux nicheurs. Pour l'atteindre, il faut naviguer sur une mer démontée et, une fois à terre, passer quinze jours dans une blackhouse où on se chauffe à la tourbe, parmi les cadavres d'oiseaux destinés à la consommation des habitants de Lewis. C'est sur cet îlot que MacLeod a appris à devenir un homme. C'est sur cet îlot aussi que le père d'Artair s'est tué pour sauver la vie du jeune Fin...
Roman noir à dimension initiatique, L'Île des chasseurs d'oiseaux est bien plus qu'une simple enquête de routine. Cet aspect passe d'ailleurs au second plan au fur et à mesure que le livre déploie avec beaucoup de brio les doutes et les tourments de MacLeod, sur fond de bagarres, de paysages érodés par les éléments et de tempêtes.
Peter May réussit à nous transmettre tout ce qu'il doit à son Écosse natale sans jamais céder aux facilités du régionalisme. C'est du grand art. L'art d'un romancier qui sait atteindre à l'universel.

Citation

Le sentiment qu'ils avaient tous gâché leurs vies, qu'ils avaient d'une certaine manière laissé passer leurs chances par stupidité ou négligence, lui pesait sur les épaules.

Rédacteur: Pascal Hérault mercredi 21 décembre 2011
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page