Remarquables assassinats

Moi, je regardais vers nulle part, j'avais juste un voleur de six ans à mes côtés, un voleur de boîte de thon.
Bénédicte Desforges - Police mon amour
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Guerre est une ruse
Frédéric Paulin retrace avec intelligence l'histoire violente de l'Algérie entre 1992 et 1995, un...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

mardi 26 mars

Contenu

Essai - Insolite

Remarquables assassinats

Historique - Assassinat MAJ vendredi 06 janvier 2012

Note accordée au livre: 4 sur 5

Poche
Réédition

Tout public

Prix: 7 €

Oscar Wilde & Hugo von Hofmannsthal
Pen, Pencil and Poison. A Study in Green - 1889
Préface de Martin Page
Traduit de l'anglais par Diane Meur
Paris : Arléa, janvier 2011
80 p. ; 18 x 11 cm
ISBN 978-2-8695-9926-0
Coll. "Arléa-poche", 169

Inspirer la fiction...

Oscar Wilde, dans un long article, relate la vie d'un criminel qui fut, d'abord, un esthète, un dandy dans le Londres des années 1820, comme son alter ego.

Remarquables assassinats se compose d'une préface de Martin Page et de deux articles. Le premier, paru en janvier 1889, dans Fortnightly Review, sous la plume d'Oscar Wilde, évoque la personnalité de Thomas Griffith Wainewright. Celui-ci fut peintre, chroniqueur, collectionneur... escroc, faussaire et empoisonneur. Il devient vite un ami de personnalités du monde des arts et un être extravagant, avant d'être convaincu de crimes, envoyé en exil en Tasmanie où il mourra avec un chat pour unique compagnon.

On mesure, à l'énumération des dons artistiques, de son approche de l'art qu'en fait Oscar Wilde les sujets communs qui relient les deux hommes. À un point, d'ailleurs qu'Oscar Wilde ne soupçonne pas encore. Pour la loi anglaise, il sera un criminel. Cependant, pour ce dernier, parler de ce dandy, revient à brosser son propre portait comme le fait remarquer le préfacier : "Le meilleur moyen de parler de soi consiste à parler des autres."
Ils sont proches l'un de l'autre dans leur volonté de briller, d'être le centre d'un univers, voire de rester dans l'Histoire. Oscar Wilde n'écrit-il pas à son sujet : "Ce jeune dandy cherchait à être quelqu'un, plus qu'à faire quelque chose." Ne conclue-t-il pas son article, après avoir recensé les œuvres où Wainewright apparaît ou sert de modèle, de Charles Dickens à Émile Zola : "Inspirer la fiction, c'est être plus qu'un fait."
Dans sa tombe, Oscar Wilde doit se féliciter d'être, lui aussi, un inspirateur, être devenu, par exemple, le héros d'une série d'enquêtes policières qu'il mène sous la plume de Gyles Brandreth (éditions 10-18, coll. "Grands détectives").

Le second article, signé d'Hugo von Hoffmansthal, est paru dans Der Tag, le 9 mars 1905. Le journaliste revient sur le nom inscrit par Oscar Wilde dans le registre de l'hôtel parisien où il s'installe quand il arrive en exil et, où il mourra dans le plus complet dénuement, lui-aussi ! Il donne comme identité Sebastian Melmoth, le nom d'un héros gothique. Hoffmansthal détaille de façon brillante les différents masques sous lesquels Wilde se dissimulera toute sa vie.

Remarquables assassinats est un des essais les plus personnels d'Oscar Wilde. Il veut démontrer, comme dans son œuvre, sa théorie esthétique selon laquelle si le crime est un art, l'art est un crime contre la réalité.

NdR - L'ouvrage comprend les articles suivants : "Remarquables assassinats" ("Pen, Pencil and Poison. A Study in Green", 1889) d'Oscar Wilde & " "Sebastien Melmoth" ("Sebastian Melmoth", 1905) d'Hugo von Hoffmansthal.

Citation

Cet homme remarquable, si puissant par "la plume, le pinceau et le poison", selon la belle formule d'un grand poète contemporain...

Rédacteur: Serge Perraud jeudi 29 décembre 2011
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page