Serial trader

Certaines personnes jouent, d'autres boivent, d'autres courent les jupons. Lui, il aimait l'odeur de l'argent quand il y avait une bonne affaire à saisir.
John Grisham - L'Allée du sycomore
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Guerre est une ruse
Frédéric Paulin retrace avec intelligence l'histoire violente de l'Algérie entre 1992 et 1995, un...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

samedi 19 janvier

Contenu

Roman - Policier

Serial trader

Fantastique - Ésotérique - Finance MAJ dimanche 01 janvier 2012

Note accordée au livre: 3 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 16 €

Fabrice Balester
Le Plessis Robinson : Le Polar, juin 2011
194 p. ; 22 x 15 cm
ISBN 978-2-35568-055-7
Coll. "Policier"

Déconstruction financière et ésotérique

Voici un roman très étrange, car c'est plutôt un OLNI, un Objet Littéraire Non Identifié. En effet, s'il y a bien des morts mystérieuses, des suicides ou des accidents qui semblent provoqués dans Serial trader de Fabrice Balester, l'enquête ne progresse pas énormément car chaque piste se trouve bloquée par un témoin qui disparait, quand ce n'est pas le policier chargé de l'enquête qui se retrouve lui-même victime. Si au départ, les meurtres semblent liés à une sombre histoire de boursicotage, le récit se détourne très vite de la finance pour se replier vers les milieux ésotériques. L'intrigue a même des relents de fantastique.
Il y a dans ce roman un dangereux individu, à la fois pervers sexuel et escroc, qui liquide tous ceux qui voudraient dévoiler sa "pyramide", arnaque consistant à emprunter de l'argent pour offrir des intérêts aux clients précédents, à la Madoff. Bien entendu, il va falloir un enquêteur à cette histoire. C'est comme ça que l'on découvre une journaliste qui essaye de percer son mystère mais qui va aussi se retrouver sa proie.
Ce qui rend sans doute le texte très bizarre, c'est que l'on n'a pas affaire à un récit construit. L'entrée incongrue de personnages que l'on ne connait pas (soudain, la journaliste qui aimerait en savoir plus ne peut plus avancer car son fils bien aimé dont l'auteur n'avait jamais parlé est kidnappé), les disparitions soudaines de personnages que l'on croyait centraux (le policier qui entamait une histoire d'amour avec la journaliste), les changements de rythme transforment les péripéties classiques en une série de sauts de côté dont on ne perçoit pas l'intérêt.
De fait cette structure nous rappelle quelque chose et l'on découvre qu'en fait de roman, le lecteur a l'impression finalement d'être dans une série télévisée qu'il viendrait de prendre en cours de route, au milieu d'une saison. Là, Serial trader, qui alterne les points de vue, qui introduit des personnages ou les fait partir sans une grande cohérence interne, qui commence au milieu du gué et qui s'achève en queue de poisson, devient cohérent, comme partie d'un tout. Il convient donc d'attendre les autres parties pour avoir un jugement serein sur cette variation autour d'une escroquerie pyramidale.

Citation

Qu'est ce que je cherche dans mon reflet ? Un camouflage ? Si oui, en quoi me suis-je camouflée ? Je me souris comme pour m'accorder quelque indulgence.

Rédacteur: Laurent Greusard vendredi 30 décembre 2011
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page