Black Music

Je trouve ça admirable, la façon dont ces gens, hommes et femmes, peuvent vivre dans la criminalité ou la côtoyer toute leur vie et tenir malgré tout à un statut social. Comme JFK.
Bill James - En de bonnes mains
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Tempête qui vient
Le titre de ce nouveau roman de James Ellroy, par ailleurs deuxième volet du "Second quatuor de Los Angel...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

samedi 07 décembre

Contenu

Roman - Noir

Black Music

Social - Enlèvement - Gang MAJ jeudi 12 janvier 2012

Note accordée au livre: 4 sur 5

Grand format
Inédit

Public averti

Prix: 14,2 €

Arthur Dapieve
Black Music - 2008
Préface de Tony Belloto
Postface d'Arthur Dapieve
Traduit du portugais (Brésil) par Philippe Poncet
Paris : Asphalte, janvier 2012
126 p. ; 18 x 13 cm
ISBN 978-2-918767-21-3
Coll. "Fictions"

Sale scène à Rio

Michael a treize ans, mais il n'y a pas d'âge pour se faire enlever à Rio lorsqu'on a un père américain plein aux as. Trimbalé à l'arrière d'une voiture, il se retrouve ligoté à une chaise, quelque part dans une favela. Michael n'a que treize ans, ce n'est qu'un gamin, comme il le répète à ses ravisseurs à peine plus âgés. Mais eux ne sont plus des gamins. Ils vivent dans un monde où l'enfance n'est qu'un concept abstrait, un monde où l'on cogne, où l'on brûle, où l'on tue, dans n'importe quel ordre. Michael n'est qu'un gamin, mais il accepte sa situation. Il a ce regard incrédule, il essaie d'analyser la situation, d'enregistrer les informations, pas forcément de comprendre. Il ne ressent ni haine ni colère envers ses ravisseurs : "Bouyou n'était pas sympathique. J'avais peur qu'il me descende comme ça, pour rien. Ce n'est pas une raison pour me réjouir de sa mort."

Dans ce roman à trois voix, c'est Michael qui ouvre le bal, acceptant de se faire appeler Maïcom parce que ça a l'air d'arranger ses ravisseurs et qu'il n'est pas contrariant. Il est grand, très grand, et rêve de basket universitaire. Et de jazz. Il fait de la trompette et aimerait bien devenir un grand jazzman. Musclor, le chef de gang, ne rêve pas de jazz, il se verrait bien rappeur, pourquoi pas le plus grand rappeur brésilien, d'ailleurs ? C'est ainsi que sa voix s'exprime composant la deuxième partie du livre : un long rap où se mêlent ses rêves, ses espoirs, sa violence et où l'on découvre la relation qui s'est nouée entre lui et sa victime. Le livre se termine par la voix de Jo, la petite amie de Musclor, la voix la plus désenchantée. Elle, ce qui la fait vibrer c'est le funk, celle qu'elle envie c'est sa sœur (une prostituée qui a réussi), ce qui la frustre c'est de ne pas avoir d'enfant : "les autres nanas du morro me regardent déjà avec un drôle d'air, un air de mépris. Déjà seize ans et pas encore enceinte !?"
Jazz et basket, rap et fric, funk et maternité, trois couples de rêves incompatibles avec la situation qu'ils vivent mais qui vont pourtant les lier. Michael n'est qu'un gamin et il est pour la première fois de sa vie confronté à un monde d'adultes peuplé de gamins. Ou l'inverse.

Citation

- Pourquoi vous avez mis des masques de Ben Laden, si vous n'êtes pas arabes ? Si vous n'êtes pas membres de son organisation, ou sympathisants d'Al-Quaida ?
- Ils étaient en solde, au Saara.

Rédacteur: Gilles Marchand dimanche 08 janvier 2012
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page