Bienvenue à Hollywood

Pour nous tous, ces gens représentaient une menace. Notre père n'aurait jamais toléré ça.
Pepe Danquart - Semana santa
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Guerre est une ruse
Frédéric Paulin retrace avec intelligence l'histoire violente de l'Algérie entre 1992 et 1995, un...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

dimanche 20 octobre

Contenu

Roman - Policier

Bienvenue à Hollywood

Procédure - Faits divers MAJ mercredi 11 janvier 2012

Note accordée au livre: 5 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 20,5 €

Joseph Wambaugh
Hollywoods Hills - 2010
Traduit de l'anglais (États-Unis) par Elsa Maggion
Paris : Calmann-Lévy, novembre 2011
380 p. ; 21 x 14 cm
ISBN 978-2-7021-4260-8
Coll. "Robert Pépin présente"

Mauvais scénario pour bonnes toiles

Hollywood représente pour beaucoup une sorte de must suprême, perçue comme la Cité emblématique du cinéma. Du jour au lendemain une carrière se construit, faisant passer un inconnu de l'ombre à la lumière. La magie opère sans cesse, renforçant les envies de célébrité de bon nombre. Mais beaucoup vont devoir se contenter de rester au stade du rêve. À la loterie du Septième art, il y a peu d'élus pour vivre sous les feux de la rampe.

Les trottoirs d'Hollywood Boulevard sont célèbres, parcourus par des hordes de touristes en quête des étoiles nichés au cœur du bitume. Les stars, quant à elles, ne s'y bousculent pas ; au mieux il est possible de croiser un Superman au costume moulant distendu par une surcharge pondérale évidente ou une Marylin aux attributs féminins exagérément convaincants afin de cacher ceux naturels de l'autre sexe.
Plus à l'écart, nichées dans les hauteurs de Mulholland Drive et à l'abri de grands murs, les villas des célébrités affichent parfois un luxe aux limites de l'exubérant. Il n'en faut pas plus pour attiser l'envie de certains mal attentionnés comme, par exemple, la Clique du Clinquant, une bande de jeunes cambrioleurs qui visitent les demeures des stars pour emporter quelques coûteux objets. Ils ne sont pas les seuls à avoir ce genre d'idées. L'envie de l'argent facile brouille aussi la tête d'un couple de drogués qui s'enfoncent rapidement dans l'addiction médicamenteuse au point de leur transformer le cerveau en passoire. Mais la liste ne s'arrête pas là. Un marchand de tableaux, propriétaire d'une galerie d'art, décide de subtiliser deux toiles onéreuses à une de ses très bonnes clientes, une jolie veuve prête à se consoler dans les bras d'un producteur de série B. Il pense que le plan est facile à monter car elle n'y connait pas grand-chose en peinture et décide de profiter d'un voyage de cette dernière en Toscane avec son nouveau fiancé pour rentrer en possession des chefs d'œuvre.
Face à toutes les tentations qu'offre la ville magique, il faut des équipiers de choc dans le Los Angeles Police Department pour arpenter les rues et faire respecter l'ordre. On trouve des flics surfeurs attendant de pouvoir retirer leur flingue pour courir sur les plages de Malibu profiter des rouleaux des vagues de l'océan Pacifique. Il y a aussi cette bleue fraichement incorporée briefée par une ancienne lui expliquant tous les mauvais plans sexistes que ses collègues masculins ont mis en place dans une sorte de cascade du machisme idiot en uniforme. Et il ne faut surtout pas oublier le vétéran de la police de Los Angeles, surnommé Hollywood Nate à cause de son irrésistible envie de briller à l'affiche d'un film et de finir un jour véritable acteur comme il le rêve déjà depuis des lustres. C'est la raison pour laquelle il accepte de surveiller la maison de la jeune veuve à la demande son producteur amoureux.

C'est tout cet univers composé de paumés, de bons, de loufoques, de manipulateurs qui va s'entremêler et se confronter dans Bienvenue à Hollywood. Joseph Wambaugh nous sert un roman à l'intrigue simple mais superbement bien ficelée et illustrée qui donne l'agréable impression de visionner un bon film. Les dialogues sont riches, les faits divers se succèdent regorgeant d'anecdotes cocasses, les portraits des nombreux protagonistes sont ciselés de précision. L'ensemble donne au roman un style vif et parfait pour nous embarquer dans les rues de Los Angeles passant des petits malfrats aux policiers. Le sujet semble parfaitement maitrisé par Joseph Wanbaugh qui avant de devenir écrivain était sergent au LAPD, période durant laquelle il a certainement emmagasiné tous les détails croustillants qui rendent tellement réaliste son roman et donne ce ton tragi-comique à cette histoire.

Citation

Souviens-toi, on provoque pas les dingos s'ils sont tranquilles. On est à Hollywood, bordel !

Rédacteur: Fabien Maurice mardi 10 janvier 2012
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page