La Trilogie berlinoise - 1. L'Été de cristal

J'avais fait perdre du temps à la police. J'avais commis un délit d'effraction. Et sans doute bien d'autres choses encore.
Nicci French - Charlie n'est pas rentrée
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Guerre est une ruse
Frédéric Paulin retrace avec intelligence l'histoire violente de l'Algérie entre 1992 et 1995, un...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

dimanche 18 août

Contenu

Livre sonore - Noir

La Trilogie berlinoise - 1. L'Été de cristal

Historique - Social - Hard boiled MAJ vendredi 01 juin 2012

Note accordée au livre: 5 sur 5

Grand format
Réédition

Tout public

Prix: 19,3 €

Philip Kerr
Berlin noir - 1. March Violets - 1989
Julien Châtelet (lecteur)
Traduit de l'anglais (Écosse) par Gilles Berton
Paris : Audiolib, novembre 2011
1 CD MP3 19 x 14 cm
ISBN 978-2-35641-415-1

Les Vitrines rouges

Berlin, 1936. Au coin de Friedrichstraße et de Jägerstraße, deux S.A. démontent une vitrine rouge : jeux Olympiques obligent, même les antisémites doivent offrir à la presse étrangère une image moins violente. Bernie Gunther, détective privé, est chargé de retrouver des bijoux de valeur d'un gros industriel allemand. Bien que sa préférence aille aux personnes disparues, un marché en plein essor depuis l'arrivée au pouvoir des nazis, il accepte. Trafic en tous genres, de faux papiers tout d'abord, délation, saccages, Bernie déambule dans un monde déliquescent aux couleurs franchement hard boiled. Un monde branlant qui jette les êtres les uns contre les autres dans une société sans espoir, mais pas même désespérée : écrouée. Le nazisme pulvérise tout sur son passage. Tout vole en éclats, comme le verre de cette vitrine rouge, que l'on reverra en fin de volume, offrant désormais l'image de la violence sans retenue qui a tout englouti, les hommes, les œuvres, les libertés. La volonté du Reich a tout annihilé, tandis que les "violettes de mars", ces nouvelles recrues nazies, ont fleuri partout. Mais Bernie n'en conserve pas moins son humour, compulsé dans une lecture presque banale, une voix circonspecte, ponctuée d'une musique agréable et comme lénifiant le contexte historique. On entre ainsi dans le récit en confiance, en compagnie d'un lecteur charmant, aux tonalités tranquilles, gommant toutes les aspérités de l'histoire qui ne cesse pourtant, sous cette lecture invraisemblable, d'affirmer son caractère odieux.

NdR - 1 CD MP3, 8 h 50 d'écoute.

Citation

Le résultat de mes enquêtes est toujours le même : un corps balancé dans le canal par la Gestapo ou les SA...

Rédacteur: Joël Jégouzo mardi 24 janvier 2012
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page