J'aimerais être un saint mais bronzé

Tu as tué McClure. Il y a un million d'hommes dans cette ville, et il a fallu que ça tombe sur le commissaire de la police judiciaire.
Mervyn LeRoy - Le Petit César
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Guerre est une ruse
Frédéric Paulin retrace avec intelligence l'histoire violente de l'Algérie entre 1992 et 1995, un...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

lundi 23 septembre

Contenu

Bande dessinée - Insolite

J'aimerais être un saint mais bronzé

Humoristique - Autobiographie MAJ mardi 31 janvier 2012

Note accordée au livre: 4 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 15,5 €

Marc Villard (scénario), Jean-Philippe Peyraud (dessin)
Grenoble : Glénat, janvier 2012
112 p. ; illustrations en couleur ; 21 x 17 cm
ISBN 978-2-7234-8385-8
Coll. "Treize étrange"

Marc Villard fait son strip-tease !

Nos grands hommes du Noir ont tous leurs petits secrets. Et voilà que notre aventurier des boulevards extérieurs, notre baroudeur de Belleville, notre fauve de la nuit qui débusque les choses qui bougent dans l'ombre grâce à sa plume lumineuse, bref, Marc Villard, donc, se dévoile et nous livre sans pudeur son quotidien. Une vie faite d'étonnements ("J'ai la voix qui mue, c'est normal à soixante ans ?"), de rituels ("Déjà 19 heures, tiens, je vais aller pleurer dans les toilettes"), d'aventure ("Je veux bien manger une tête de mouton, mais sans les yeux"), ou encore de désespoir ("Mon dernier lecteur de l'arrondissement vient de mourir, tout est à refaire !"). Ce sont cent tableaux de la vie villardienne qui, brossés par Jean-Philippe Peyraud, un dessinateur qui croque l'auteur, sa femme, son fils, son éditeur et son chat (pour ne citer que les personnages principaux) avec un talent digne des meilleurs caricaturistes... ou dessinateurs de presse. Car, si vous avez croisé un jour le vrai Marc Villard, vous ne pourrez que constater combien la version papier de Peyraud est fidèle à l'originale. Le duo avait déjà œuvré sur une adaptation des nouvelles parues à l'Atalante ("J'aurais voulu être un type bien", "Un jour je serai latin-lover"... de purs bijoux !), et cela avait donné un excellent Quand j'étais star, chez Casterman. Cette fois-ci, c'est le principe du strip de quatre cases qui est retenu – avec quelques dessins pleine page de temps en temps – et cela fonctionne tout aussi bien. Les états d'âme de l'auteur sur ce monde en déliquescence, sur ses talents d'écrivain, sur la vacuité de son existence... il y a tout cela dans ce petit livre qui, vous l'aurez compris, n'est pas une nouvelle adaptation d'un polar de Marc Villard. Non, c'est plutôt une pièce de plus de cet accablant dossier qui pourrait s'intituler : "Marc Villard, l'homme qui gobait les Flamby". Et vous savez quoi ? C'est exquis !

Illustration intérieure

L'angoisse de la première lecture.


Citation

- J'ai tenté de me suicider hier soir. J'ai reçu la facture du ravalement.
- Tu as refermé le gaz ?
- C'était un suicide au clafoutis.

Rédacteur: Frédéric Prilleux vendredi 27 janvier 2012
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page