La Malédiction de la Galigaï

La veille du jour où mon père me suppliait de le tuer, j'étais assis seul, le soir, dans une chambre d'hôtel donnant sur l'hôpital où il avait été admis, à relire de vieux articles de journaux évoquant le suicide de ma mère.
Rob Roberge - À tout prix
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Guerre est une ruse
Frédéric Paulin retrace avec intelligence l'histoire violente de l'Algérie entre 1992 et 1995, un...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

dimanche 15 septembre

Contenu

Roman - Policier

La Malédiction de la Galigaï

Politique - Historique - Finance MAJ mercredi 14 mars 2012

Note accordée au livre: 5 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 22 €

Jean d'Aillon
Paris : Flammarion, janvier 2012
544 p. ; 24 x 15 cm
ISBN 978-2-0812-7006-0

Actualités

  • 08/03 Édition: Parutions de la semaine - 8 mars
    Tobie Nathan fait son retour chez Rivages pendant que Sebastian Fitzek propose un nouveau thriller allemand. Mais la nouveauté de la semaine est probablement à chercher du côté des éditions du Masque, qui proposent le quatrième roman de Rachid Santaki, qui avait commis deux romans très remarqués chez Moisson rouge, Les Anges s'habillent en caillera et Des chiffres et des litres. L'auteur continue son chemin linéaire avec Flic ou caillera. On lui souhaite bien du succès.
    Quelques rééditions de bon aloi se cachent parmi les poches. Jean d'Aillon ravira les amateurs de romans historiques, quant aux aficionados de Rivages-Noir, en dehors de Tobie Nathan, ils se réjouiront de la parution de Tokyo zodiac murders, du Japonais Soji Shimada. Le roman est également richement documenté.
    Pas grand-chose en revanche qui se démarque dans les bandes dessinées. Panini comics continue d'inonder le marché en (ré)éditant quasiment tout Marvel dans de nombreuses collections. Les super-héros sont décidément immortels.
    Pas grand-chose également en littérature jeunesse. Les très jeunes pourront s'enthousiasmer des super-pouvoirs très particuliers des Minijusticiers, qui débarquent en masse, ceux qui adorent le Cluedo, trouveront un troisième opus signé Michel Leydier.
    Enfin, paraissent en documents quelques ouvrages très intéressants mais souvent pour un public très averti, adepte des colloques ou des publications universitaires comme ces Figures et langages de la marginalité aux XVIe et XVIIe siècles : actes du colloque d'octobre 2010, sous la direction de Maria Teresa Ricci.
    On vous avait prévenu !

    Fictions adulte grand format :
    La Femme sans tête, d'Antoine Albertini (Grasset, "Roman")
    Messe noire, d'Olivier Barde-Cabuçon (Actes sud, "Actes noirs")
    Une seconde chance, de Mary Higgins Clark (Retrouvées)
    Il court, il court le privé, de Joseph Farnel (Pascal Galodé)
    Le Voleur de regards, de Sebastian Fitzek (L'Archipel, "Suspense")
    Narcoses, de Nathalie Garance (In octavo)
    Les Fers maudits, de Nicole Gonthier (Pygmalion, "Policiers")
    Hipnofobia, de Salvador Macip (Blackmoon, "Thriller")
    Le Manuel du serial killer, de Frédéric Mars (Blackmoon, "Thriller")
    Les Nuits de Patience, de Tobie Nathan (Rivages, "Thriller")
    Flic ou caillera, de Rachid Santaki (Le Masque, "Grands formats")

    Fictions adulte poche :
    La Malédiction de la Galigaï, de Jean d'Aillon (J'ai lu, "Roman historique")
    Le Livre de Johannes, de Jørgen Brekke (LGF, "Thriller")
    Une cage en enfer, de Tania Carver (LGF, "Thriller")
    Le Cauchemar de l'aube, de Frédéric Dard (Pocket, "Frédéric Dard")
    Maraudeur, de Laurent Fétis (Lokomodo)
    Les Bâtisseurs de l'Empire, de Thomas Kelly (Rivages, "Noir")
    Saraka bô, de Tobie Nathan (Rivages, "Noir")
    Meurtre au dix-huitième trou, de John-Erich Nielsen (Scottish Day & Head over Hills publishing, "Head over hills présente")
    Peur sur le volcan, de John-Erich Nielsen (Scottish Day & Head over Hills publishing, "Head over hills présente")
    Le Serment des Highlands, de John-Erich Nielsen (Scottish Day & Head over Hills publishing, "Head over hills présente")
    En votre honneur, de James Patterson (LGF, "Thriller")
    Tokyo zodiac murders, de Soji Shimada (Rivages, "Noir")

    Bandes dessinées :
    Aura l'orpheline, de Roberto Baldazzini (Delcourt, "Erotix")
    X-Men : l'intégrale. 2, 1977-1978, de Christopher Claremont & John Byrne (Panini comics, "Marvel Classic")
    SOS Lusitania : cycle 1. 1, La Croisière des orgueilleux, de Patrick Cothias, Patrice Ordas & Jack Manini (Bamboo, "Grand angle")
    Qui est Jake Ellis ? de Nathan Edmondson & Tonci Zonjic (Panini comics, "Fusion comics")
    The Boys deluxe. 3, de Garth Ennis, Darick Robertson & John McCrea (Panini comics, "Deluxe Fusion comics")
    Jennifer Blood. 2, de Al Ewing & Kewber Ball (Panini comics, "100 % Fusion comics")
    Nightfall. 1, La Nuit, de Fred Fordham (Delcourt, "Comics Fabric")
    Man-thing, de Steve Gerber & Kevin Nowlan (Panini comics, "Marvel graphic novels")
    Secret warriors. 3, Renaissance, de Jonathan Hickman & Brian Michael Bendis (Panini comics, "Marvel Deluxe")
    Doctor Who. 7, À la croisée des mondes, de Tony Lee, Richard Rayner & Tim Hamilton (French Eyes)
    Judge Dredd : intégrale. 3, Années 2101-2102, de Pat Mills & John Wagner (Soleil, "Soleil US comics")
    Tapage nocturne, de Ariane Pinel (L'Œuf)
    The Goon. 10, Malformations et déviances, de Eric Powell & Evan Dorkin (Delcourt, "Contrebande")
    L'Escadrille Lafayette, de Wallace & Patrick Rivéra (Zéphyr BD)

    Littérature de jeunesse (documentaire) :
    Sur les traces de la police scientifique, de Patrick Rouger (Le Pommier, "Les Minipommes")

    Littérature de jeunesse (éveil) :
    Spider-Man 2, Marvel comics (Hachette jeunesse-Disney, "Le Monde secret")
    7 histoires pour la semaine : Spider-Man, Walt Disney company (Hachette jeunesse-Disney)

    Fictions jeunesse :
    Fausse alerte, de Gregory Baranès, Vincent Costi & Fabrice Ravier (Albin Michel, "La Bande des minijusticiers")
    Greg, de Gregory Baranès, Vincent Costi & Fabrice Ravier (Albin Michel, "La Bande des minijusticiers")
    Marion, de Gregory Baranès, Vincent Costi & Fabrice Ravier (Albin Michel, "La Bande des minijusticiers")
    Olivier, de Gregory Baranès, Vincent Costi & Fabrice Ravier (Albin Michel, "La Bande des minijusticiers")
    Yvon, de Gregory Baranès, Vincent Costi & Fabrice Ravier (Albin Michel, "La Bande des minijusticiers")
    Proie idéale, de Charlotte Bousquet (Rageot, "Thriller")
    Le Soir de nos 13 ans, d'Évelyne Brisou-Pellen (Oskar, "Polar")
    De l'eau dans le gaz en Cévennes, d'Anne Jercilof (Du bout de la rue, "Detectivarium")
    Le Baiser de l'araignée, de Roger Judenne (Oskar, "Polar")
    Cluedo. 3, Monsieur Olive, de Michel Leydier (Bibliothèque verte, "Aventures sur mesure")
    Go just go, de Joe Schreiber (De La Martinière jeunesse)

    Criminologie & prison :
    La Nouvelle revue de l'adaptation et de la scolarisation. 59, Des enseignants et des élèves... en prison, sous la direction de Daniel Beauvais & Cécile Rambourg (INS-HEA)
    Les Grandes affaires criminelles élucidées par la police scientifique, de David Owen (Terres)

    Problèmes sociaux & sécurité :
    Mort pour la France : Mohamed Merah a tué son fils, de Latifa Ibn Ziaten (Flammarion)

    Presse :
    La Chronique criminelle dans la presse de Puy-de-Dôme de 1852 à 1914, de Sébastien Soulier (Fondation Varenne, "Collection des thèses")

    Littérature (théorie & études) :
    Figures et langages de la marginalité aux XVIe et XVIIe siècles : actes du colloque d'octobre 2010, sous la direction de Maria Teresa Ricci (H. Champion, "Le Savoir de Mantice")
    Liens : Le Livre de Johannes |Sur les traces de la police scientifique |Il court, il court le privé |Messe noire |Flic ou caillera |Maraudeur |Mary Higgins Clark |Sebastian Fitzek |Frédéric Mars |Jean d'Aillon |Tania Carver |Frédéric Dard |Laurent Fétis |John-Erich Nielsen |James Patterson |Patrick Rouger |Charlotte Bousquet |Michel Leydier |Joseph Farnel |Rachid Santaki

Une nouvelle enquête de Louis Fronsac

Avec des enquêtes aux intrigues savamment ordonnées, Jean d'Aillon explore l'histoire de la France du XVIIe siècle. Par une lecture érudite des grands événements de cette époque, il fait revivre de façon passionnante, voire ludique, un socle important de nos racines.

En 1617, Concino Concini est à son apogée. Par le canal de Léonora, la coiffeuse de Marie de Médicis, qu'il épouse malgré sa laideur, il est devenu le favori et l'amant de la reine. Il a amassé une fortune, s'est fait nommer gouverneur de Normandie, marquis d'Ancre... Il est l'homme le plus haï de France et... il le sait.
Le couple veut se réfugier en Italie, acheter au pape l'usufruit du duché de Ferrare contre six cent mille écus. Pour cela, il lui faut beaucoup d'argent disponible immédiatement. Il imagine alors de voler le produit des tailles de Normandie. Pour cela, il utilise Jacques Mondreville, un commis à la recette surpris à falsifier des écritures comptables. Par la menace, il l'engage à prendre contact avec Petit-Jacques, un bandit audacieux qui connait la Seine dans ses moindres méandres. Le coup réussit. Louis de Tilly, prévôt des maréchaux, est chargé de l'affaire, mais il est assassiné par les bandits avant d'avoir pu les confondre.
Cependant, grâce à un courrier, le futur Louis XIII prend conscience du danger que représente Concini. Il décide de le faire éliminer. Léonora, anoblie par la reine sous le nom de la Galacaï est emprisonnée quelques jours plus tard. Louis insiste pour un procès rapide à la conclusion définitive. Devant le bûcher, elle lance une malédiction en direction de Mondreville venu la narguer.
Trente ans plus tard, celle-ci prend effet. Louis Fronsac se retrouve directement impliqué dans une affaire similaire à celle du passé...

La période qui couvre la régence d'Anne d'Autriche, est si riche en événements que Louis Fronsac est régulièrement sollicité pour résoudre des situations difficiles. C'est une époque que l'auteur connait bien et qui offre un cadre idéal pour placer toutes les intrigues et enquêtes à propos de meurtres, de vols, rapines et autres malversations.

Louis Fronsac, le héros récurrent de Jean d'Aillon est un notaire qui intervient dans des affaires touchant des personnages importants. Il a su se faire apprécier de hautes personnalités comme Mazarin et a été anobli par la grâce d'Anne d'Autriche. Il possède ses entrées dans les locaux royaux. De ses études au collège de Clermont, il s'est lié d'amitié avec quelques garçons qui sont devenus des hommes occupant des postes clés et avec qui il mène plus ou moins ses enquêtes. Cette fois-ci, c'est son ami Gaston de Tilly, procureur à la prévôté de l'Hôtel du roi, qui est en difficultés. Il se retrouve dans une situation similaire à celle qu'avait vécue son père avant d'être assassiné.

Jean d'Aillon s'attache à dépeindre la vie quotidienne, tant celle des grands du royaume que celle des plus modestes. L'auteur excelle à brosser des portraits d'une grande finesse, tant pour les personnages authentiques qu'il met en scène que pour les acteurs de fiction nécessaire à son intrigue. Il construit ces derniers avec pertinence et art, approfondissant les caractères et les profils. Il imagine une intrigue sophistiquée, à trente ans d'écart, les événements de 1617 donnant une résonance en 1649 avec des effets décuplés. Il tisse, avec maestria, une trame mêlant nombre de situations authentiques, qu'il relie avec des péripéties inventives.

Jean d'Aillon sert son histoire avec une écriture fluide, d'une grande lisibilité tout en usant d'un vocabulaire relevé. C'est tout l'art du conteur qu'il met au service de son récit, une histoire dans l'Histoire. La précision de ses descriptions, la qualité de ses intrigues et l'éloquence emportent l'adhésion pour vivre une nouvelle enquête d'un personnage d'une belle dimension humaine.

Citation

Aussitôt, trois hommes de la garde vidèrent leurs pistolets sur l'Italien. Une balle atteignit Concini au cœur, l'autre à la tête et la dernière dans le bas-ventre. L'homme le plus puissant de France tomba sur le parapet du pont. Un autre archer lui porta alors un coup de hallebarde dans le côté et les suivants, extrayant leurs épées, le percèrent à l'envi.

Rédacteur: Serge Perraud lundi 23 septembre 2013
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page