Le Troisième pôle

Dorénavant, peu d'espaces de notre vie contemporaine sont oubliés par le roman noir. Il est devenu, peu à peu, l'un des petits bouts sombres de la lorgnette par laquelle des écrivains observent notre monde et en dressent une poignante ethnographie de première importance.
Jean-Bernard Pouy - Une brève Histoire du Roman Noir
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Guerre est une ruse
Frédéric Paulin retrace avec intelligence l'histoire violente de l'Algérie entre 1992 et 1995, un...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

lundi 27 mai

Contenu

Roman - Thriller

Le Troisième pôle

Écologique - Géopolitique MAJ mercredi 22 février 2012

Note accordée au livre: 3 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 19,9 €

Guillaume Lebeau
Paris : Marabout, novembre 2011
504 p. ; 24 x 15 cm
ISBN 978-2-501-07009-6

Recyclage écologique du thriller

Il était quasiment écrit que le thriller écologique voire sur fond d'éco-terrorisme deviendrait l'un des grands thèmes du roman populaire de ce début du XXIe siècle. Guillaume Lebeau, avec ce gros "frileur" qu'est Le Troisième pôle, introduit le personnage voué à devenir récurrent de Smila Sibir (clin d'œil à la fameuse Smilla de Peter Hoag ?), une paléoclimatologue (soit l'étude de l'évolution du climat entre les périodes glaciaires et interglaciaires, ça suit au fond de la classe ?) qui se retrouve prise dans l'assaut de la base Ny-Alesund par un commando qui tue son père et la laisse pour morte.

Quel rapport cela a-t-il avec un rituel remontant à 1912 où une secte vouée à Gaïa tenta de sacrifier un enfant afin de rapprocher les mondes mortels et immortels ? Et avec ce cadavre de jeune femme couvert de tatouages découvert captif des glaces non loin du pôle Nord ? Smila découvrira vite que son père a été victime d'un complot aux ramifications internationales visant à profiter du réchauffement climatique pour mettre en œuvre des théories eugénistes d'un autre âge.
Un thème bien d'aujourd'hui donc, bien documenté, et mettant en place un personnage central qui n'est ni la scientifique de cinéma parée de toutes les qualités, ni une super-héroïne omnipotente capable de se jouer des tueurs les mieux entraînés, mais dotée d'une résilience à toute épreuve, et qui se prendra petit à petit au jeu de l'aventure. À partir de là, sur une structure de roman de voyage, l'intrigue mêle Ethan, un agent de la DCRI qui se joint à la scientifique, des tueurs ex-Spesnatz, une méchante calculatrice, une société secrète évoquant celle du À vos Marx, prêt, partez !, le jouissif "Poulpe" de Jérôme Leroy, jusqu'à un cliffhanger faisant attendre la suite.

Pour du roman populaire moderne, que du bon ? Eh bien non : il faut passer l'écueil des premiers chapitres rebutants au style maladroit et bardé d'adjectifs, qui risquent de donner une fausse idée de l'ensemble — comme si ce début n'était qu'un premier jet non corrigé... Il serait dommage de rester sur cette mauvaise impression car Le Troisième pôle a un ton évocateur - pour ce qui est des décors et des nombreux ajouts scientifiques traités légèrement -, et désincarné dans sa présentation des personnages typiques du genre espionnage de l'ère Robert Ludlum. S'il est à déconseiller aux âmes étrangement sensibles pour qui l'écologie est une affaire de hippies venant jusque dans leurs bras égorger leurs 4 x 4, il est recommandé comme lecture alternant plaisir et recyclage écologique d'une certaine conscience.

Citation

Smila ressemblait à une guerrière mongole, et l'on imaginait sans peine que dans son sang coulait peut-être en effet un peu de celui de Gengis Khan. Elle était définitivement étrangère à ce monde pâle.

Rédacteur: Thomas Bauduret mercredi 22 février 2012
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page