La Petite fêlée aux allumettes

Parce que c'est une arme chimique, Udo. Il faut la fabriquer avant de pouvoir la répandre. Et, quand le Führer en a reçu la formule, il était cerné par les ennemis du Reich. Comme nous aujourd'hui.
Mario Reading - La Prophétie des templiers
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Frontière
Depuis les années 1970, l'Amérique mène la guerre contre la drogue. Elle l'a perdue et elle le sa...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

dimanche 17 novembre

Contenu

Roman - Noir

La Petite fêlée aux allumettes

Humoristique - Tueur en série MAJ jeudi 08 mars 2012

Note accordée au livre: 4 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 19 €

Cadeau piégé d'outre-quiévrain

Après des années de réussite artistique chroniquée ici même, au rythme d'un roman par an, Nadine Monfils, la Zazie de Montmartre, a enfin atteint le succès commercial, éternel moment charnière pour les écrivains. Allait-elle mettre de l'eau dans son vin pour courir après le succès ? Que nenni ! Il est désormais clair qu'avec sa verve, Nadine Monfils est certainement la meilleure héritière de feu Frédéric Dard, mais un Dard belge jusqu'au bout des ongles, un pied ancré dans un (plat) pays voué au fantastique et au surréalisme, un Schtroumpf farceur bourré à la Tripel Karmelit déposant des colis piégés explosant au groin tant des culs-pincés de la littérature propre sur elle que des costards-cravates cyniques du thriller industriel.

On y retrouve à la fois le personnage de mémé Cornemuse, fée cabossée découverte dans Les Vacances d'un serial killer, lâchée dans Pandore, la ville fantasmagorique peinte par Magritte sous l'égide de Jean Ray, théâtre de plusieurs romans précédents de l'auteur. Dans cette cité de l'indicible peur, un assassin tue des petites filles en s'inspirant de contes de fée pendant que Nake, punkette entre deux vodkas et meurtrière par accident d'un apprenti-violeur, a des visions prémonitoires des meurtres à chaque fois qu'elle gratte une allumette. Sale affaire pour le commissaire Cooper, remplaçant du commissaire Lynch (perdu de vue depuis Coco givrée), affublé d'un assistant flic de jour et travesti de nuit, le bien nommé Michou. Toute cette parade monstrueuse tragi-comique s'agite et se poursuit en 260 pages bien tassées (l'auteur faisant rarement dans le délayage) jusqu'à une conclusion satisfaisante.
Désormais, le corpus de l'auteur semble s'éloigner du polar stricto sensu pour devenir une saga plus qu'une série, où lieux et personnages s'entremêlent, et qui, comme toute les bonnes comédies, n'oublie jamais une certaine noirceur sous-jacente. Ce roman se situe certes dans la droite lignée de Tequila frappée et Coco givrée, mais s'y rajoute l'ingrédient qui tue : une langue de plus en plus travaillée à chaque ouvrage, bourrée de petits bonheurs d'écriture, de détails drôlatiques et de phrases bien senties sans jamais tomber dans la tentation du surécrit ou du bon mot gratuit. Vivement l'an prochain !

Nominations :
Olives noires 2012

Citation

À l'époque, Max avait une belle gueule et surtout du bagou. C'est avec ça qu'il séduisait les gonzesses. Mais tous ses albums souvenirs étaient éclaboussés de sang.

Rédacteur: Thomas Bauduret mercredi 07 mars 2012
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page