Hiver arctique

Pour ne pas sombrer dans l'oisiveté, l'enquêteur indépendant se contenta de regarder l'unique chaine de la télévision nationale. Le présentateur ne parlait que du président de la république, en l'occurrence le général d'armée Moussa Traoré, et des œuvres du régime en place. C'était un bourrage de crâne, en règle, tout a fait habituel dans un pays où régnait une dictature civile ou militaire.
Gaspard-Hubert Lonsi Koko - Dangereuse comédie à Bamako
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

G.A.V.
Nous sommes dans un commissariat français. La nuit arrive. Il y a eu dans la cité voisine deux coups de f...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

mardi 26 octobre

Contenu

Roman - Policier

Hiver arctique

Psychologique - Social MAJ mercredi 18 février 2009

Note accordée au livre: 4 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 19 €

Arnaldur Indridason
Vetrarborgin - 2005
Traduit de l'islandais par Éric Boury
Paris : Métailié, février 2009
336 p. ; 21.5 x 14 cm
ISBN 978-2-86424-673-2
Coll. "Noir - Bibliothèque nordique"
Les Enquêtes d'Erlendur Sveinsson, 4

Actualités

  • 04/06 Édition: Parutions de la semaine - 4 avril
    La semaine est très riche en parutions, mais une fois n'est pas coutume, nous ne saurions être objectifs : Paris noir est le premier d'une collection qui revisitera plusieurs grandes villes du monde. L'ouvrage, dirigé par Aurélien Masson (directeur de la "Série noire") est surtout édité par Asphalte, une maison d'édition créée par Claire Duvivier et Estelle Durand, qui écrivent également en ces pages. Et comme un bonheur n'arrive jamais seul, Paris noir sera le premier ouvrage que vous pourrez gagner sur k-libre dès le 15 juin. Mais ce magnifique recueil de nouvelles noires et policières se retrouve très bien entouré. L'été sera Westlake. C'est du moins ce que nous conseillent les éditions Rivages, qui ne vous en proposent pas un, pas deux, mais trois ! De quoi rire longtemps, longtemps, longtemps ! Pour le reste, il y a de l'historique avec Jean d'Aillon, du fucking Bruges (comment ça vous n'avez pas vu Bons baisers de Bruges ?) avec Pieter Aspe et le retour de Philippe Kerr après sa "Trilogie berlinoise", et aussi bien d'autres ouvrages à découvrir :

    Grand format
    Panique, de Jeff Abbott (Succès du livre, "Policier")
    Juliette et les Cézanne, de Jean d'Aillon (Jean-Claude Lattès)
    De sang royal, de Pieter Aspe (Albin Michel)
    Nul ne sait qui nous sommes, de Pierre Bellemare & Grégory-Franck (Succès du livre, "Policier")
    Une écharde au cœur, de Jean-François Coatmeur (Albin Michel, "Spécial suspense")
    Intervention, de Robin Cook (Albin Michel)
    La Neuvième pierre, de Kylie Fitzpatrick (Actes sud, "Actes noirs")
    L'Arche d'alliance, de Sarah Frydman (Albin Michel)
    Noir Goncourt, de Max Genève (Anabet)
    Tu ne marcheras jamais seul : il y a quelque chose de pourri au royaume du foot, d'Éric Giacometti & Karim Nedjari (Succès du livre, "Policier")
    L'Enfant perdu, de John Hart (Jean-Claude Lattès)
    Les Confettis de la haine, de Philippe Hautefontaine (Nuits blanches)
    Plus tulliste que lui... tu meurs, Jacques Hubert (Écritures, "Polar")
    Une douce flamme, de Philippe Kerr (Le Masque)
    En quête de son, d'Isabelle Ménard (L'Écriteau)
    L'Homme aux papillons, de David Moitet (Nouveaux auteurs)
    Pluie de nickel, de Jose Luis Muñoz (Actes sud, "Actes noirs")
    Paris noir, sous la direction d'Aurélien Masson (Asphalte, "Noir")
    La Lame du boucher, de James Patterson (Jean-Claude Lattès, "Suspense et Cie")
    L'Ange et le loup, de Patrice Pélissier (L'&Acute;criteau)
    Le Sicilien ou La Vendetta du cap d'Antibes, de René Pilet des Jardins (Carrefour du Net, "Collection noire")
    Emma et l'affaire de la Galerie Soulin, de Vicky Sébastien (Thot, "Polar")
    Crédit fric à Brest, de Laurent Ségalen (Astoure, "Breizh noir")
    Au nom du père, du rabbin et de l'imam, de Didier Vieillot (Nuits blanches)
    Surveille tes arrières, de Donald Westlake (Rivages, "Thriller")
    Hush : ce que vous ne dites pas peut vous tuer..., de Kate White (Marabout, "Girls in the city")

    Poche
    Hiver arctique, d'Arnaldur Indridason (Points, "Policiers")
    Un automne à River Falls, d'Alexis Aubenque (LGF, "Thrillers")
    Au bout des docks, de Sean Burke (Rivages, "Noir")
    Sans douceur excessive, de Lee Child (Points, "Policier")
    Les Bagnoles ne tombent pas du ciel, de Lucienne Cluytens (Ravet-Anceau, "Polar en Nord")
    L'Énigme de La Blancarde, de Jean Contrucci (LGF, "Policier")
    Le Livre des secrets : la vie cachée d'Esperanza Gorst, de Michael Cox (Points, "Thriller")
    Les Oubliées des Paulilles, de Lucas Danemine (Les Presses littéraires, "Crimes et châtiments")
    Harengs frits au sang suivi de Ce que pesait cette aventure, de Jean Duperray (Arbre vengeur, "L'Alambic")
    Feddayin !, de Robert Ferrigno (J'ai lu, "Thriller")
    Le Complot Machiavel, d'Allan Folsom (LGF, "Thrillers")
    Blockbuster, de Pierre Frot & Claudine Jouannelle (Odile Jacob, "Thriller")
    La Rivière rouge, de John Hart (LGF, "Thrillers")
    Exfiltration, de David Ignatius (Odile Jacob, "Thriller")
    Cinq filles, trois cadavres, mais plus de volant, d'Andrea H Japp (Marabout, "Fiction)
    La Dernière confession, d'Andrew Klavan (Archipoche, "Archipoche")
    Le Secret des Appalaches, de Vicki Lane (J'ai lu, "Frissons")
    Evana 4, de Philippe Le Roy (LGF, "Thrillers")
    Le Danger arctique, de Robert Ludlum & James Cobb (LGF, "Thrillers")
    Qui a tué l'ayatollah Kanuni ?, de Naïri Nahapétian (Liana Levi, "Piccolo")
    Les Défroques du cœur, de Michel Nava (Le Masque)
    La Route de tous les dangers : la première enquête de Smokey Dalton, de Kris Nelscott (Points, "Roman noir")
    Mortels rendez-vous, de Rhonda Pollero (Marabout, "Fiction")
    Les Ténèbres du désir, de Cédric Poitier (Papier libre, "Polar en poche")
    Credo, de Jean-François Prévost (Odile Jacob, "Thriller")
    L'Amie du diable, de Peter Robinson (LGF, "Policier")
    Un petit dernier pour la route, de Michel de Roy (Papier libre, "Polar en poche")
    Mercy Street, de Mariah Stewart (J'ai lu, "Frissons")
    Sœurs de sang, de Dominique Sylvain (Points, "Policiers")
    Le Maître du feng shui est à l'ouest, de Nury Vitacchi (Philippe Picquier, "Picquier poche")
    Argent facile, de Donald Westlake (Rivages, "Noir")
    Mort de trouille, de Donald Westlake (Rivages, "Noir")
    Blonde létale, de Kate White (Marabout, "Fiction")
    Le Jardin de l'enfer, de Nick Wilgus (Philippe Picquier, "Picquier poche")
    Graveline blues, de Josette Wouters (Ravet-Anceau, "Polars en Nord")
    En cavale, de Kim Wozencraft (Archipoche, "Archipoche")

    Grands caractères
    Le Mensonge, de Hallie Ephron (À vue d'œil, "16-17")
    Damnation Street, d'Andrew Klavan (À vue d'œil, "16-17")
    La Princesse des glaces, de Camilla Läckberg (À vue d'œil, "16-17")
    Une question d'attitude, d'Alexander McCall Smith (À vue d'œil, "16-17")
    Tu accoucheras dans la douleur, de Ruth Rendell (À vue d'œil, "16-17")
    Liens : Damnation street |Qui a tué l’ayatollah Kanuni ? |L'Amie du diable |Jean d'Aillon |Arnaldur Indridason |Pieter Aspe |Pierre Bellemare |Jean-François Coatmeur |Jean Contrucci |Éric Giacometti |Philip Kerr |Andrew Klavan |Philip Le Roy |Naïri Nahapetian |Michael Nava |James Patterson |Ruth Rendell |Peter Robinson |Dominique Sylvain |Donald Westlake

  • 25/09 Édition: Parutions de la semaine - 25 septembre

Ce qu'il faut savoir sur la série

Commissaire humaniste à Reykjavik, Erlendur mène des enquêtes patientes mais efficaces dans une Islande à l'apparence lisse et trompeuse. Ses adjoints Elimborg et Sigurdur Oli sont deux tentacules chercheurs et infatigables. Erlendur est obnubilé par la disparition de son frère alors qu'ils étaient ensemble dans une tempête de neige. Est-ce une raison suffisante pour avoir fui son propre foyer abandonnant sa femme et ses deux enfants, Sindri et Eva Lind - cette dernière étant une éternelle junky ?

Le cercle vicieux de la solitude viciée d'Erlendur

Dans les rues de Reykjavik, des adolescents se réunissent derrière une pharmacie, des voitures sont rayées volontairement, des hommes n'en finissent pas de tromper leurs femmes, et les immigrés sont regardés d'un drôle d'air. Bref, rien de malheureusement plus normal pour une grande ville aujourd'hui. Là où ça dérape, c'est qu'un adolescent métis thaïlandais et islandais s'est fait planter. La mécanique policière se met rapidement en place. Le commissaire Erlendur et ses fidèles seconds, Sigurdur Oli et Elimborg, enquêtent, se dispersent, épuisent leurs téléphones portables et la patience d'habitants de la ville un brin je-m'en-foutistes et replongent dans leurs souvenirs de lycéens. Dans le même temps, une femme appelle Erlendur au secours ; une autre a disparu, suicidée ?; l'ancienne supérieure d'Erlendur, Marion Briem, se meurt abandonnée dans un hôpital ; Eva Lind et Sindri essaient de convaincre leur père de parler du drame de sa vie.

Ce quatrième roman d'Arnaldur Indridason est terriblement efficace. Comme si l'auteur voulait épurer son écriture pour mieux être factuel. Car Indridason, avec Hiver Arctique, aborde un nouveau problème lié à l'Islande tout en conservant les thèmes qui lui sont chers. Ainsi, les disparitions inexpliquées de nombreux Islandais restent au cœur de ce roman. La solitude et la méconnaissance des gens que l'on côtoie sont mises à nu. Dans ce roman, Arnaldur Indridason traite de l'immigration, de la solitude qui pousse à aller se marier à l'étranger (comme la Thaïlande) avant d'abandonner l'épouse dans un pays inconnu, du racisme, des problèmes scolaires, des relations entre les parents et leurs enfants. Il survole le thème de la pédophilie avec toute l'incompréhension que cela peut donner. On retrouve un commissaire plus désespéré et désabusé que jamais. Laissant de côté celle qui pourrait devenir sa femme. Découvrant qu'il ne connaît strictement rien de la vie de Sigurdur Oli et faisant l'effort – remarqué – de demander à Elimborg comment va sa fille. Il a toujours autant de mal à comprendre ses enfants qui lui tendent autant de perches qu'il n'arrive pas à saisir. Maladresse humaine. Erlendur est une brute sentimentale. À la fois barbare et civilisé. Incapable de comprendre que l'on puisse s'attacher à lui. Entièrement replié sur lui-même, son malheur, ses livres et sa solitude. Mais quand l'hiver arctique se réveille, il semble enfin sortir de son coma.


On en parle : Carnet de la Noir'Rôde n°36 |Carnet de la Noir'Rôde n°40 |La Tête en noir n°138 |Le Magazine littéraire - Hors-série n°17

Nominations :
Prix Polar international 2009

Citation

Cette société se met à dérailler complètement. Et vous n'y pouvez rien. Est-ce que c'est une spécialité islandaise, cette mollesse dont on fait preuve envers les criminels ?

Rédacteur: Julien Védrenne samedi 13 juin 2009
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page