La Peau de chagrin

- Et pour vous remercier de votre discrétion, je vous accueillerai avec plaisir quand vous voudrez dans ce modeste établissement.– Vraiment ? Ma foi, je ne suis pas ennemi des expériences nouvelles.
Jean-Louis Le Hir, Éric Adam & Didier Convard - Les Coquelicots du Penjab
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Guerre est une ruse
Frédéric Paulin retrace avec intelligence l'histoire violente de l'Algérie entre 1992 et 1995, un...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

mercredi 23 janvier

Contenu

Essai - Noir

La Peau de chagrin

Fantastique - Psychologique - Social MAJ lundi 26 mars 2012

Note accordée au livre: 4 sur 5

Poche
Inédit

À partir de 14 ans

Prix: 2,95 €

Honoré de Balzac
Évelyne Amon (présentation, notes, questions et après-texte)
Paris : Larousse, août 2011
176 p. ; 18 x 12 cm
ISBN 978-2-03-585920-4
Coll. "Petits classiques", 173

À moi, Paris, deux mots !

"Quel homme eut été Balzac, s'il eût su écrire !", prétendait Flaubert. Balzac savait. Mais il en vivait mal. Payé qu'il était à la ligne. Ce pourquoi, peut-être, il nous a gratifié de tant de descriptions ahurissantes. De tant de digressions. De tant d'ambition. Peut-être aussi parce qu'il aimait l'argent. Et la notoriété. Toujours à court de l'un, de l'autre. Rastignac dans l'âme. Pas étonnant que cette histoire commence alors par la perte d'une pièce d'or... Celle que Raphaël vient de gaspiller dans une maison de jeu. Perte si terrible qu'il ne souhaite plus qu'une chose : mourir. Raphaël fourbit son plan. Il attend la nuit, pénètre dans un magasin d'antiquités. Drôle de lieu pour mourir... Un vieillard mystérieux l'aborde, lui propose un talisman : une peau de chagrin qui lui permettra de satisfaire ses moindres désirs. Un seul ennui : la peau rétrécit à chaque désir honoré... Raphaël fait bien sûr le vœu de devenir riche. Il le devient. Il croit avoir tout, mais tremble de désirer encore. Il vit reclus. Jusqu'à ce que le hasard le mette en présence d'une belle jeune femme. Mille désirs le pressent. La peau n'en finit pas de rétrécir. Raphaël mourra dans les bras de sa bien-aimée. La cupidité l'a emporté.
Toute la société bourgeoise passe au scalpel de cette histoire à peine fantastique. Car le roman se veut philosophique avant tout. Mais nombre de ses contemporains le trouveront tout juste "fétide". Il porte trace pourtant de l'amertume de toute une génération d'idéalistes portés par la Révolution de 1830 - La Peau de chagrin est publié en 1831. Le Roi de France s'est fait roi des Français, puis roi-citoyen pour affirmer sa proximité avec son Peuple, mais il n'a pas su répondre aux attentes de la jeunesse française. Les écrivains vivotent. Il faut être bourgeois si l'on veut survivre dans cette France-là. Et mondain pour accéder aux richesses que le pays produit pourtant. Une génération se désespère d'être mise à l'écart. Voie d'accès à la "Comédie Humaine", le roman inscrit parfaitement déjà son étude de mœurs. Sa fraîcheur est mise en avant dans un appareil critique très pertinent de Évelyne Amon, qui privilégie cependant une lecture plutôt adolescente - après tout, ceux à qui l'ouvrage s'adresse dans cette édition. Une lecture romantique : comment se faire une place dans la société quand on rêve d'un monde juste ? Actuel...

Citation

Quel homme eut été Balzac, s'il eût su écrire ! (Flaubert)

Rédacteur: Joël Jégouzo dimanche 11 mars 2012
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page