Les Survivantes

N'eussé-je perdu tout sentiment de Dieu et été à la dérive, j'aurais pu me détourner de l'abîme et dissuader Ruth en prime. Assurément, Dieu m'incitait en esprit à faire le bien. Mais lorsque l'esprit en question a été amoindri à un degré tel que le mien, [une telle incitation] n'est guère plus que le salut d'un ami qu'on ne reconnaît pas.
Ron Hansen - Une irrépressible et coupable passion
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Guerre est une ruse
Frédéric Paulin retrace avec intelligence l'histoire violente de l'Algérie entre 1992 et 1995, un...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

mercredi 18 septembre

Contenu

Roman - Policier

Les Survivantes

Psychologique - Médical - Procédure MAJ jeudi 12 avril 2012

Note accordée au livre: 4 sur 5

Poche
Réédition

Tout public

Prix: 9,7 €

Lalie Walker
Arles : Babel, janvier 2012
470 p. ; 18 x 11 cm
Coll. "Noir", 55

Les mystères de Strasbourg

Lalie Walker a beau être passée chez Acte Sud, ce roman est la suite directe de sa série consacrée au policier Franck Albertini et à la psychologue Laure Bellanger. Série ou saga, selon une structure où on s'attache à l'itinéraire de chaque personnage au fil des pages : ceux qui n'ont pas lu les précédents risquent d'être largués d'autant que de nombreux passages sont consacrés à la psychologie des personnages, notamment celle de Lou Werfel, âme tourmentée par sa laideur réelle ou perçue.
L'intitulé laisse à penser à un thriller trépidant : dans la touffeur d'un été strasbourgeois — décor inhabituel fort bien campé —, on envoie des poupées ensanglantées à une légiste, un hôpital cache un secret lié à des expériences interdites connues sous le nom de Dossier 242 (comme le Front du même nom ?), des auxiliaires de police zélés rendent la vie impossible, et les rues résonnent d'airs d'opéra venus de nulle part...
Mais Lalie Walker s'intéresse davantage aux personnages, tous au bord de la rupture, à travers un style à la qualité purement littéraire rare, ce qui pourra rebuter les amateurs de sensations fortes ou d'intrigues taillées au cordeau. La fin, elle, offre une parade monstrueuse qui frôle le fantastique. Il y a quelques facilités et redondances, mais pour qui y est sensible, la petite musique de ce roman à part peut être fort séduisante...

Citation

Lou se laissa bercer par l'impression d'être enfin belle dans le regard de l'autre.

Rédacteur: Thomas Bauduret mardi 03 avril 2012
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page