Les Aventures de Sherlock Holmes : une affaire d'identité

Si je voulais assassiner quelqu'un, il me suffirait de mettre en scène son intrusion nocturne dans mon domicile.
Lionel Behra - L'Auréole des condamnés
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Guerre est une ruse
Frédéric Paulin retrace avec intelligence l'histoire violente de l'Algérie entre 1992 et 1995, un...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

lundi 16 septembre

Contenu

Essai - Policier

Les Aventures de Sherlock Holmes : une affaire d'identité

Enquête littéraire MAJ mercredi 01 avril 2009

Note accordée au livre: 6 sur 5

Grand format
Inédit

Public connaisseur

Prix: 20 €

Nathalie Jaëck
Bordeaux : Presses Universitaires de Bordeaux, octobre 2008
186 p. ; 24 x 16 cm
ISBN 978-2-86781-513-3
Coll. "Gulf Stream"

L'identité selon Holmes

Sherlock Holmes. Hors norme ! Nathalie Jaëck, dans un formidable essai, nous en restitue la vraie dimension avec un talent incomparable. Au centre de son étude, la troisième nouvelle (Une Affaire d'identité) posant la question centrale de l'identité. On y retrouve un Holmes confronté à un déficit d'identité. Or, pour Sherlock, toutes les identités sont soumises à des régulations universelles. Il en a construit du reste la typologie. Pour restaurer cette identité défaillante, Holmes s'emploie tout d'abord à réduire le multiple à l'unique – la problématique même des sciences sociales au XIXe siècle. En bon socratique, Sherlock tient pour certain que connaître, c'est avant tout "reconnaître" : réduire l'altérité au même. Le texte doylien s'avoue ainsi tout d'abord très victorien : sensible aux sirènes de la catégorie et du type.
Question d'identité disions-nous. Nathalie Jaëck explore avec brio l'archéologie de cette question et ses correspondances : en 1886, Stevenson publie Le cas étrange du Docteur Jekyll et de Mister Hyde. L'année suivante, Holmes, avec son Étude en rouge, dépeint un Holmes se découvrant un double. Mais Conan Doyle se démarque des recherches de Jekyll pour proposer une définition de l'identité qui sort du cadre dualiste dans lequel Stevenson voudrait l'enfermer. Le double offre à ses yeux une position trop stable de l'identité. Doyle s'emploie, avec Holmes, à développer une conception "errante" de l'identité. À une position donnée, l'être n'est jamais totalement rassemblé. Si les positions existent dans son récit, c'est comme points de ralliement, pour céder au plaisir du lecteur qui peut retrouver une configuration connue. Mais dans le fond, le texte doylien nomadise l'identité, libérant du même coup à la fois les potentialités de l'être et les horizons du récit. Holmes du reste se déguise, utilise son corps comme un matériau meuble, plastique. Le texte lui-même cède volontiers à la digression, au fragment, aux fausses pistes. Il prolifère, se désorganise, explore une extériorité.
Nathalie Jaëck éclaire également superbement cette période littéraire : la machine réaliste commence à se gripper, le modernisme ne la supplante pas encore. Une période de crise du roman produisant des textes rares, ceux de Stevenson, Doyle, Dickens, Conrad, excusez du peu ! Tous écrivains que la critique, d'ordinaire, arrime au siècle précédent comme réalistes tardifs, ou au mieux précurseurs du modernisme enfermés dans les tropes du passé. Certes, ils écrivent des "romans d'aventure". L'aventure est, au tournant du siècle, le mauvais genre du XIXe siècle, stigmatisé pour son caractère convenu. Mais c'est au cœur de ce mauvais genre que surgit le renouveau littéraire. Conrad, Stevenson, Doyle, c'est là que se joue le nouveau, où le récit n'est plus l'écriture d'une aventure mais l'aventure d'une écriture, selon la belle expression de Ricardou.
Et pour en finir avec l'identité, Doyle ne fait rien d'autre qu'exposer le sujet comme fiction, offrant une redéfinition inattendue du concept d'identité : l'identité s'assure mieux quand elle se pose comme multiple.
Enfin, c'est encore le mérite de cet essai que de nous dévoiler en quoi Sherlock est un adepte des théories freudiennes, exactement contemporaines. Ses entretiens empruntent beaucoup au protocole de la cure. Avec cette différence fondamentale que la schizophrénie y est "traitée" autrement : structure du roman policier victorien, elle devient la forme de l'identité contemporaine par excellence. L'identité ne peut être qu'intrigante.
À faire lire d'urgence aux éditeurs volontiers enfermés dans leurs manies, besogneux d'un bien écrire trop gorgé de son expérience et vidé de toute vraie expérimentation.

Citation

Sherlock appréhende très clairement le mystère à résoudre comme un produit esthétique

Rédacteur: Joël Jégouzo mardi 10 février 2009
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page