Le Corps de la ville endormie

Ils sont trois à descendre en bout de ligne. Les barres d'immeubles sont posées comme des pâtés sur un terrain où plus rien ne pousse. Il y a deux options pour ce type de bâtisses : les dynamiter ou les repeindre en rose. Ici, ils ont choisi de laisser pisser. Vieille de quinze ans, l'adresse ne peut plus être la bonne parce que la première chose que doivent faire les gens quand ils arrivent ici, c'est tout ce qu'ils peuvent pour se tirer
Jacques Bablon - Jaune soufre
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Sang chaud
Voilà un étonnant roman de gangsters à la sauce coréenne. L'action se déroule à Guam, un quartier por...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

mardi 25 février

Contenu

Roman - Policier

Le Corps de la ville endormie

Assassinat - Procédure MAJ mardi 10 avril 2012

Note accordée au livre: 4 sur 5

Poche
Inédit

Tout public

Prix: 7 €

Gérard Lecas
Paris : Rivages, avril 2012
176 p. ; 17 x 11 cm
ISBN 978-2-7436-2349-4
Coll. "Noir", 863

BAC affable

"Il n'y a point de mot qui ait reçu plus de différentes significations que celui de liberté." C'est Montesquieu qui parle par la bouche de Yasmina, dans ce premier et bon roman de Gérard Lecas, Le Corps de la ville endormie. Liberté et par extension tolérance sont au cœur de l'intrigue.

Yasmina est stagiaire à la BAC, cette brigade chargée d'ausculter ce corps du XIXe arrondissement parisien entre les rues des Pyrénées, de Belleville et Haxo. Elle, d'origine algérienne, est sous les ordres de Danny Perez. Dès le début, ils commettent l'irréparable. Ils couchent ensemble. Pire, ils sont même amoureux l'un de l'autre. Mais Yasmina va découvrir un peu brutalement que Danny est juif. Le clash est violent dans la nuit sombre alors qu'ici un tagueur cinquantenaire sur les murs d'un couvent clame les sœurs assassines, et que là un agriculteur incendie à répétition la porte d'une femme. La BAC, la nuit, c'est avant tout un travail sécuritaire où le sang-froid est important. Dans ce roman, très court et dense, fortement influencé par des auteurs tels Hugues Pagan et Frédéric H. Fajardie, Gérard Lecas règle ses comptes avec les grandes religions monothéistes. Il y est question du conflit entre Israél et la Palestine, et la trame principale nous heurte de plein fouet avec les silences honteux de la religion catholique, la traite des corps. Car au milieu de ces petites enquêtes très vite élucidées - ici, nul assassin machiavélique ni même méticuleux, le suicide d'une très jeune femme enceinte, cyclothymique prononcée, abandonnée trop tôt par ses parents, prise en charge par les sœurs du couvent de la Sainte-Croix, va servir d'exutoire religieux aux deux protagonistes de cette histoire. Ils sont exacerbés, ancrés dans leurs convictions, et pourtant chacun porte un fardeau familial plus ou moins lourd, qu'il va devoir affronter pour trouver une solution acceptable à sa sourde colère, qui va l'aider à... à quoi ?

Gérard Lecas avec toute la maturité d'un bon écrivain se garde bien d'un épilogue à rallonge, et laisse toutes les fins possibles à son roman où ne se décèle aucune longueur, aucun mot de trop. On lui souhaite d'abandonner ses personnages, et de nous revenir très vite avec un nouveau sujet, et cette concision, qui est une force romanesque.


On en parle : La Tête en noir n°157

Citation

Il n'y avait aucune trace de lutte dans l'appartement, ni de coups sur le corps de la fille, c'était écrit noir sur blanc dans le rapport. Le meurtre déguisé en suicide, c'est un bon sujet de roman, mais dans la réalité, ça n'arrive qu'une fois sur mille.

Rédacteur: Julien Védrenne lundi 09 avril 2012
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page