Pars vite et reviens tard

Les yeux d'Elena étaient déjà rivés sur l'objet qu'il portait dans l'autre main : une croix blanc ivoire, terminée à son sommet par une boucle. - Bentornata, bon retour parmi nous, murmura-t-elle.
Jan Wallentin - L'Étoile de Strindberg
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Guerre est une ruse
Frédéric Paulin retrace avec intelligence l'histoire violente de l'Algérie entre 1992 et 1995, un...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

mardi 25 juin

Contenu

Livre sonore - Policier

Pars vite et reviens tard

Énigme - Enquête littéraire - Assassinat MAJ jeudi 12 avril 2012

Note accordée au livre: 4 sur 5

Grand format
Réédition

Tout public

Prix: 19,3 €

Fred Vargas
Thierry Janssen (lecteur)
Paris : Audiolib, mars 2012

ISBN 978-2-35641-424-3
Coll. "Chemins nocturnes"
Extrait audio :


Le parti pris des choses...

Joss Le Guern, ex-tôlard, ex-chômeur, ex-capitaine de chalutier, est aujourd'hui "crieur", place Edgar Quinet. Trois fois par jour il crie les nouvelles dans son quartier où errent un grand costaud pas futé, un vieil érudit désargenté, une prostituée sur le retour et une femme battue... Un jour, quelqu'un dépose dans sa sébile un mot inquiétant. Le lendemain aussi. Et tous les jours qui suivent, à raison de trois fois par jour... Un message qu'il n'a guère envie de lire. Et puis il s'y résout. De quoi s'agit-il ?
Le commissaire Adamsberg, chef de l'antenne du XIIIe arrondissement de la brigade criminelle, reçoit Maryse, paniquée : il y a de grands 4 inversés peints sur les portes de son immeuble. En dessous, on a badigeonné trois lettres : CLT. Circonspect, le commissaire finit par prendre au sérieux l'affaire lorsque des tags identiques sont découverts dans un autre arrondissement.
Pendant ce temps, les textes que Joss reçoit sont identifiés : ce sont des extraits du Liber Canonis, d'Avicenne... Ils parlent tous de l'éclosion de la peste... Un ami de Joss lui conseille d'alerter la police. Il connaît le commissaire Adamsberg. Lequel subodore de sales affaires. Peut-être liées. Des affaires qui le précipitent, et nous avec, dans le sillage d'une multitude de personnages décalés, au fond comme lui, qui cherche en lui la révélation du problème plus qu'il ne fait confiance aux indices.
Dans une interrogation extraordinairement personnelle, intime, le commissaire en effet ne cesse de renvoyer aux tréfonds de son âme, servie par une lecture on ne peut plus singulière à son tour, compulsant à loisir les empreintes sonores que les mots déposent à l'écoute, par un Thierry Janssen familier de ce type de performance, mais plus brillant que jamais pour l'occasion. Quel lecteur !
Il noue l'exercice d'une voix incroyablement jouisseuse, délitant chaque syllabe avec une volupté rare. Et donne à entendre dans cette diction si charnelle les choses du monde dans leurs poids de contingence matérielle, les traitant presque sur le même pied d'égalité que les personnages du roman. Quelle interprétation, amplifiant le mystère que Fred Vargas ne cesse de nouer au fil des pages, jusqu'à sa résolution toujours aussi surprenante, qu'une telle lecture ne vient pas annoncer, mais recueillir avec beaucoup de détermination.

NdR - 2 CD MP3, 10 heures d'écoute.

Citation

La guerre des choses et des hommes se poursuivait, et dans ce combat, l'homme n'était pas toujours vainqueur.

Rédacteur: Joël Jégouzo mardi 10 avril 2012
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page