Un sale gosse

Quel rôle notre système juridique moderne pouvait-il bien jouer dans une société qui présumait que la loi et le droit dépendent du contexte social et des expériences accumulées au cours de l'histoire ?
Lars Petterson - La Loi des Sames
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Guerre est une ruse
Frédéric Paulin retrace avec intelligence l'histoire violente de l'Algérie entre 1992 et 1995, un...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

mercredi 26 juin

Contenu

Roman - Noir

Un sale gosse

Psychologique - Social - Hard boiled MAJ lundi 16 février 2009

Note accordée au livre: 5 sur 5

Poche
Inédit

À partir de 14 ans

Prix: 8,5 €

Jan Simoen
Slecht - 2007
Traduit du néerlandais (Belgique) par Josiane Bardon
Rodez : Le Rouergue, février 2009
158 p. ; 17 x 12 cm
ISBN 978-2-8126-0004-3
Coll. "DoAdo Noir"

Coup de poing

Nathan, 16 ans. Une bonne tête. Il le sait, en joue pour manipuler son monde, sa mère surtout. La tyrannie qu'il exerce sur cette dernière le rassure même, tandis qu'il patiente dans une cellule du commissariat. Les flics le laissent mariner. Mais leurs méthodes à deux balles, il les connaît. Et puis il n'a rien fait. Et puis il s'est arrangé avec Vince et Laurens pour raconter une même version des faits. Pas responsable. Pas coupable. De quoi donc ? D'avoir un peu malmené Ella ? Elle le méritait bien ! De toute façon, il est mineur. Il ne risque rien. Et puis sa mère va venir le chercher. Les flics devront le relâcher. Mais au fur et à mesure que le temps passe, Nathan se trouble. Ella l'a bien cherché, tente-t-il de se persuader. Mais cherché quoi ? Le lecteur n'en sait rien. Et ne l'apprendra pas avant longtemps.
Le récit s'organise autour des réflexions de Nathan. Occupé à se disculper. À chercher toutes les échappatoires possibles. Ella n'avait qu'à ne pas sortir avec ce con de Ralf. Ça l'a mis en rage, Nathan. Normal alors, qu'il l'ait tondue, comme il l'a vu faire aux femmes qui pactisaient avec les boches. Il pense comme ça, Nathan. Même qu'il se rappelle combien il était content quand sa petite sœur est morte : il avait de nouveau sa mère pour lui tout seul. Sa mère qui ne vient pas. Sa mère qui ne veut plus venir, lui annonce le flic de l'interrogatoire. Il est allé trop loin cette fois. À faire bouffer à Ella les touffes de cheveux qu'il lui arrachait. Ella dont il apprend qu'elle est en réanimation, qu'elle a voulu se suicider après être passée entre ses mains. Abject.
D'un bout à l'autre du roman, l'abjection est totale ; le rejet du personnage de Nathan est total, même quand il s'effondre devant le flic, affairé à tenter de rallumer en lui une étincelle d'humanité.

Citation

J'étais content que ma petite sœur soit morte !

Rédacteur: Joël Jégouzo mardi 10 février 2009
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page