Cible mouvante

Mais toutes les touches de poésie toponymique du monde ne seront jamais un obstacle au vice, aux désirs de vengeance, aux élans crapuleux et aux pulsions meurtrières.
Emmanuel Pierrat - Une maîtresse de trop
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

L'Ange rouge
Le nouveau roman de François Médéline nous emmène à Lyon il y a une vingtaine d'années. Une brigade p...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

samedi 28 novembre

Contenu

Roman - Noir

Cible mouvante

Hard boiled MAJ lundi 07 mai 2012

Note accordée au livre: 5 sur 5

Poche
Réédition

Tout public

Prix: 10 €

Ross Macdonald
The Moving Target - 1949
Traduit de l'anglais (États-Unis) par Jacques Mailhos
Paris : Gallmeister, mai 2012
286 p. ; 19 x 12 cm
ISBN 978-2-35178-518-8
Coll. "Totem", 18

Actualités

  • 11/05 Édition: Parutions de la semaine - 11 mai
    Tout pareillement que la semaine dernière, les nouveautés qui nous sont promises foisonnent de surprises. Il y a tout d'abord ces rééditions des romans de Ross McDonald par les éditions Gallmeister, qui s'accompagnent d'une nouvelle et intégrale traduction signée Jacques Mailhos. Il y a ensuite, et là nul besoin d'une nouvelle traduction, Omnibus qui nous replonge dans le monde de ce gentleman cambrioleur qu'est Arsène Lupin. Les amateurs du héros de Maurice Leblanc pourront également se délecter de sa dernière aventure pour la première fois publiée en livre chez Balland. Voilà pour les vieilleries avec ou sans naphtaline. Pour les nouveautés très contemporaines, nous vous conseillons (modérément ) le nouveau Megan Abbott. L'auteur d'Adieu Gloria, qui sort dans le même temps en poche, s'éloigne du roman noir qui a fait sa force. Son éditeur ne s'y trompe pas. Elle change ainsi de maison (Le Masque pour Jean-Claude Lattès). Il y a ensuite les auteurs que l'on attend : Arnaldur Indridason, Michael Connelly, le duo Preston & Child, Keigo Higashino & James Carlos Blake. Il y a enfin ceux qui poursuivent des sagas historiques : Nicolas Bouchard & Michèle Barrière. Et, comme d'habitude, tous ceux que vous allez peut-être découvrir en cette liste :

    Grand format :
    La Fin de l'innocence, de Megan Abbott (Jean-Claude Lattès)
    La Muraille de lave, d'Arnaldur Indridason (Métailié, "Noir")
    Red grass river, de James Carlos Blake (Rivages, "Thriller")
    La Sibylle et le marquis, de Nicolas Bouchard (Belfond)
    Ghost recon, de Tom Clancy (City, "Thriller")
    Bleu comme la peur, de Ann Cleaves (Belfond, "Noir")
    Volte-face, de Michael Connelly (Calmann-Lévy, "Robert Pépin présente")
    Maudite soit-elle, de Vincent Desombre (Scrineo)
    Sur le fil du rasoir, de Oliver Harris (Le Seuil, "Policiers")
    Burma club, de Daniel Hervouët (Le Rocher, "Thriller")
    Un café maison, de Keigo Higashino (Actes sud, "Actes noirs")
    Meurtre sur invitation, de Christian Jacq (J.)
    Paris mutuels, de Jean-Marie Laclavetine (La Branche, "Vendredi 13")
    Les Aventures extraordinaires d'Arsène Lupin. 1, de Maurice Leblanc (Omnibus)
    Les Aventures extraordinaires d'Arsène Lupin. 2, de Maurice Leblanc (Omnibus)
    Les Aventures extraordinaires d'Arsène Lupin. 3, de Maurice Leblanc (Omnibus)
    Le Dernier amour d'Arsène Lupin, de Maurice Leblanc (Balland)
    Femme de neige, de Leena Lehtolainen (Gaïa)
    Le Mystère de Roccapendente, de Marco Malvadi (Christian Bourgois, "Littérature étrangère")
    Serenitas, de Philippe Nicholson (Carnets Nord, "Roman noir")
    Les Sortilèges de la cité perdue, de Douglas Preston & Lincoln Child (L'Archipel)
    Vengeance à froid, de Douglas Preston & Lincoln Child (L'Archipel)
    L'Art du crime ; Scandale du crime, de Nora Roberts (J'ai lu, "Grand format")
    Le Bon hiver, de João Tordo

    Poche :
    Adieu Gloria, de Megan Abbott (LGF, "Policier")
    Le Syndrome picard, de Daniel Auna (Ravet-Anceau, "Polars en Nord")
    Meurtre au café de l'Arbre sec, de Michèle Barrière (LGF, "Policier")
    Le Clandestin de Ré la Blanche, de Robert Béné (De Borée, "Policier")
    Le Dernier bac pour Ré la Blanche, de Robert Béné (De Borée, "Policier")
    Dans la peau, de James Carlos Blake (Rivages, "Noir")
    Le Traité des supplices, de Nicolas Bouchard (10-18, "Grands détectives")
    La Blonde en béton, de Michael Connelly (Points, "Policiers")
    Darling Lilly, de Michael Connelly (Points, "Policiers")
    Les Neufs dragons, de Michael Connelly (Points, "Policiers")
    Enquête champenoise, de Patrick Drouot (Ravet-Anceau, "Polars en Nord")
    La Gigue du pendu, de Ann Featherstone (10-18, "Grands détectives")
    L'Arche d'alliance, de Sarah Frydman "LGF, "Policier")
    La Princesse des glaces, de Camilla Läckberg (Babel, "Noir")
    Les Enquêtes de Brunetti, de Donna Leon (Points, "Policiers")
    Rapt à la flamande, de Jean-Christophe Maquet (Ravet-Anceau, "Polars en Nord")
    Maelström, de Stéphane Marchand (J'ai lu, "Thriller")
    Cible mouvante, de Ross McDonald (Gallmeister, "Totem")
    Noyade en eau douce, de Ross McDonald (Gallmeister, "Totem")
    Fièvre mutante, de Douglas Preston & Lincoln Child (J'ai lu, "Policier")
    Morvan mauvais, de Laurent Rivière (Sirius Paris, "Régiopolice")
    Dans ses yeux, de Eduardo Sacheri (10-18, "Littérature étrangère")
    Mélanges de sangs, de Roger Smith (LGF, "Policier")
    Coq en toc, de Gordon Zola (Le Léopard démasqué, "Les Aventures de Saint-Tin et son ami Lou")
    Liens : Adieu Gloria |Meurtre au café de l'Arbre Sec |Dans la peau |Red Grass River |La Sibylle et le marquis |Le Traité des supplices |Les Neuf dragons |Maudite soit-elle |Maelström |Noyade en eau douce |Le Clandestin de Ré la Blanche |Les Sortilèges de la cité perdue |Megan Abbott |Arnaldur Indridason |Michèle Barrière |Nicolas Bouchard |Ann Cleeves |Michael Connelly |Daniel Hervouët |Keigo Higashino |Camilla Läckberg |Maurice Leblanc |Donna Leon |Jean-Christophe Macquet |Stéphane Marchand |Ross Macdonald |Lincoln Child |Laurent Rivière |Gordon Zola |Robert Béné

Le retour de Lew Archer

Cible mouvante, écrit en 1949 par Ross McDonald, est la première aventure de son détective Lew Archer, un homme autant opiniâtre que désabusé, porté sur l'alcool et tombant entre les mains de jolies femmes de tous âges, riches et empreintes de folie. À ce titre, ce premier volet plante un décor qui va se retrouver tout au long d'une œuvre conséquente.

Lew Archer est chargé de retrouver un magnat du pétrole, peut-être bien enlevé par des amis qui lui veulent du bien, ou tout au moins à son oseille. Cet homme, Ralph Sampson, excentrique de première qui cultive les mauvaises fréquentations, a sûrement la crédulité de se croire carré, et s'est permis d'offrir à un saint homme une montagne pour une retraite. Il a tout pour plaire au roman noir car insaisissable (il fait d'ailleurs penser à l'un des protagonistes de L'Introuvable, de Dashiell Hammett), et est entouré de personnages hauts en couleur dont sa femme, évidemment belle, évidemment énigmatique, et qui s'inquiète de sa disparition à peine après vingt-quatre heures alors qu'il est coutumier du fait. C'est l'heure alors pour Lew Archer de plonger dans les méandres et les bars de Santa Teresa. Il va croiser une chanteuse de jazz, un pilote d'avion, une belle-fille nymphomane sur les bords, un truand à la grande semaine et un autre à la petite (les deux souffriront du même sort, comme quoi...), un ami avocat, un shérif hargneux, une ex-star nouvellement alcoolique... Et puis surtout, il va croiser de nombreux soucis et accepter des coups sur l'occiput. L'incontournable demande de rançon va finir par arriver, et initier le déferlement de violence inhérent au fatalisme de Lew Archer

Tout cela pourquoi ? Eh bien en digne descendant de Philip Marlowe, le héros hard boiled de Raymond Chandler, Lew Archer va en même temps qu'il démêle une intrigue familiale (avec tout ce qu'elle a de neurasthénique) révéler au petit jour un réseau de travailleurs immigrés, des malversations, des tromperies en veux-tu en voilà et, au final, s'en aller presque benoitement laissant derrière lui plus de sang qu'il n'y en avait au préalable. Plus de pleurs qu'il n'y en avait au préalable. Il ouvre aussi, ne l'oublions pas, la porte à dix-sept autres romans, quelques nouvelles, et à un psychothérapie en guise de catalyseur à son père littéraire en quête de son propre père dans une écriture sèche aux intonations caustiques et, rappelons-le, désabusée. Un bel ensemble lustré par les éditions Gallmeister qui, avec cette nouvelle traduction signée Jacques Mailhos, lui offrent en France une nouvelle vie.


On en parle : Carnet de la Noir'Rôde n°46 |L'Indic n°12

Citation

Morris était assis à la table de la cuisine, en peignoir, les yeux fixés sur deux œufs au plat qui lui renvoyaient son regard vide.

Rédacteur: Julien Védrenne lundi 01 juin 2015
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page