Les Agents de Monsieur Socrate - 3 : Le Peuple de la pluie

Le train arrière se barrait de tous côtés, pire que Sophia Loren
Jean-Patrick Manchette - Nada
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Guerre est une ruse
Frédéric Paulin retrace avec intelligence l'histoire violente de l'Algérie entre 1992 et 1995, un...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

dimanche 22 septembre

Contenu

Roman - Espionnage

Les Agents de Monsieur Socrate - 3 : Le Peuple de la pluie

Ethnologique - Énigme MAJ lundi 30 avril 2012

Note accordée au livre: 4 sur 5

Grand format
Inédit

À partir de 12 ans

Prix: 12,5 €

Arthur Slade
Empire of ruins - 2012
Traduit de l'anglais (Canada) par Marie Cambolieu
Paris : Le Masque, février 2012
312 p. ; 19 x 13 cm
ISBN 978-2-7024-3620-2
Coll. "MsK"

Quand Indiana Jones rencontre Jules Verne

Les Agents de Monsieur Socrate sont de retour ! Une nouvelle aventure réunit Octavia et Modo pour, cette fois, les emmener en Australie. En effet, un certain Alexander King, aventurier de profession, parti sur la piste du Visage de Dieu, n'a pas hésité à tuer pour être le seul à s'en emparer. Mais il est revenu les mains vides et fou à lier en Angleterre.... Modo prend contact avec lui pour l'interroger après une longue période de repli, d'entraînement et d'ennui, et les aventures commencent. Sur un bateau qui l'emporte vers le bout du monde, en pleine jungle australienne, il est non seulement accompagné d'Octavia, mais aussi de M. Socrate, lui même, ainsi que de Tharpa. Il retrouve aussi Madame Finchley.
Ils ne sont pas les seuls à être à la recherche de ce Visage, la Confrérie de l'horloge et son extraordinaire avancée technologique est quasi déjà sur place tout en espionnant les agents au service de Sa Majesté pour mieux pouvoir les capturer.
C'est l'avant dernier volume de la série des "Agents de M. Socrate". Il soulève le voile de la vie passée de Monsieur Socrate qui a habité en Australie. Les relations entre Octavia et Modo s'approfondissent, tandis que la tension monte entre ce dernier et son maître et mentor. Un des grands mérites d'Arthur Slade est de nous faire adhérer aux personnages, à nous attacher à eux, en préservant une part de mystère et d'opacité, sans chercher à simplifier. En outre, les aventures qui rappellent celles d'Indiana Jones sont passionnantes à lire et divertissantes, toujours très inventives et décalées. On est donc à la fois impatient de découvrir la fin, et triste de la sentir approcher à si grands pas.

Citation

Au moins, il avait le sens de l'humour. Il resterait en vie un peu plus longtemps que les autres.

Rédacteur: Valérie Sebag vendredi 27 avril 2012
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page