Le Flingueur

Il avisa une serviette crasseuse qui pendait d'un clou rouillé, près d'un lavabo jauni que le flic utilisait davantage à pisser qu'à se laver , et il s'épongea.
Tito Topin - 55 de fièvre
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Lovecraft Country
"Encore un machin lovecraftien", me suis-je dit in petto. Il est vrai que je suis un grand fan du maître ...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

samedi 08 août

Contenu

DVD -

Le Flingueur

Tueur à gages MAJ lundi 30 avril 2012

Note accordée au livre: 2 sur 5

Grand format
Réédition

Tout public

Prix: 3,14 €

Michael Winner
The Mechanic - 1972
Paris : MGM, juillet 2004
1 DVD VOST/VF Zone 2 ; couleur ; 19 x 14 cm

Le rookie

Avec Michael Winner, Charles Bronson a été Le Justicier dans la ville. Ici, Charles est le flingueur dans la ville. Son métier : tuer. Mais, attention, à l'image des costumes qu'il porte (ou de sa magnifique robe de chambre rouge), Charles, c'est un peu la classe à Dallas ! Élegant comme un prince, il ne tue pas sans avoir soigneusement étudié le profil de sa prochaine victime afin que le décès passe pour un accident ou, mieux, une mort naturelle. Un champion dans sa catégorie. Mais voila, il ne détesterait pas passer la main. Alors, même si ça ne plaît pas à tout le monde, il profite de sa rencontre avec un jeune impudent pour lui apprendre les bases du métier... Les bases du métier, Michael Winner les connaît : il a dirigé Marlon Brando dans Le Corrupteur, Burt Lancaster et Robert Ryan dans L'Homme de la loi et... Charles Bronson dans Les Collines de la terreur (avant de le retrouver pour les deux premières suites de la saga du Justicier dans la ville). En trois ans, il sort sept films ! Le Flingueur en fait partie. Et c'est un polar de série dont l'intrigue n'est pas vraiment passionnante. En revanche, côté mise en scène, on sent que Michael Winner se fait plaisir : il utilise à fond la silhouette fine et le visage énigmatique de Charles Bronson (pas un dialogue avant la fin du premier quart d'heure !) et, dans un environnement seventies à souhait, il joue avec les images comme cette succession d'instantanés empruntés à Bruegel, cet enfant unijambiste à l'hôpital, une fête hippie débridée, les gros plans, les contre-plongées, les voltiges aériennes... sans parler de la fin, aussi brutale qu'efficace. Un tout petit polar donc, mais une étonnante liberté visuelle.

Le Flingueur (95 min.) : réalisé par Michael Winner avec Charles Bronson, Jan-Michael Vincent, Jill Ireland, Keenan Wynn...

Citation

Assassiner, c'est tuer sans permis. Or, tour le monde tue : l'armée, la police...

Rédacteur: Jean-Noël Levavasseur lundi 30 avril 2012
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page