District 77 : Big-Boss requiem

Mais pourquoi donc, se lamente-t-elle, ai-je inventé cette détestable et assommante petite créature ? [...] Certes, je dépends beaucoup d'elle financièrement. Mais par ailleurs elle me doit sa propre existence. Parfois je lui fais savoir qu'en quelques coups de plume je pourrais lui ôter la vie. Et elle me réplique alors : "Impossible de se débarrasser de Poirot : il est bien trop intelligent.'
François Rivière - Agatha Christie : la romance du crime
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Guerre est une ruse
Frédéric Paulin retrace avec intelligence l'histoire violente de l'Algérie entre 1992 et 1995, un...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

dimanche 22 septembre

Contenu

Bande dessinée - Thriller

District 77 : Big-Boss requiem

Fantastique MAJ samedi 21 février 2009

Note accordée au livre: 4 sur 5

Grand format
Inédit

À partir de 14 ans

Prix: 10,4 €

Jean-Philippe Dugand (scénario), Denys (dessin)
Scarlett (coloriste)
Bruxelles : Le Lombard, février 2009
48 p. ; 30 x 22 cm
ISBN 978-2-8036-2505-5
Coll. "Troisième vague"
District 77, 3

Ce qu'il faut savoir sur la série

Pour Lili Lafayette, jeune flic qui passe ses premières heures au commissariat du District 77, la vie ressemble un peu à l'enfer sur terre : coincée entre un chef appliquant la loi à sa façon et des collègues corrompus jusqu'à la moelle, elle voit bien que l'idéal de justice reste au vestiaire. La lutte contre le parrain local, rendu quasi invincible grâce à la magie noire, s'annonce plutôt inégale.

Et s'il n'en reste qu'un(e)...

Rapatrié dans son antre, un manoir surprotégé, Fernando Da Silva, le chef mafieux local, fomente sa vengeance. Elle va s'abattre en premier lieu sur Tony Furiani et ses petites frappes, qui ont osé le défier, mais aussi sur le Precinct 77 tout entier : c'est là qu'est emprisonnée Carla, la jeune Brésilienne qui à elle seule a failli réussir à éliminer le Big-Boss, pourtant intouchable. Seule, ou presque, Lili Lafayette semble en mesure de stopper la foudre et la haine concentrées en la personne du répugnant Da Silva...

Il faut bien entendu avoir lu les deux précédents tomes de ce triptyque pour en saisir - et apprécier le cas échéant – ce final en apothéose aux limites du gore. Big-Boss requiem est en effet la conclusion sanglante et spectaculaire d'une véritable guerre entre mafieux, flics pourris et policiers essayant de faire leur boulot. Très visuel et dynamique – excellent travail de cadrage – ce troisième tome s'ouvre sur une scène en hommage direct au film Assaut de John Carpenter : le commissariat est la cible d'une attaque insensée, destinée à éliminer une prisonnière. Denys et Dugand y ajoutent une touche fantastique – la possession de corps à distance – que le cinéaste n'aurait sûrement pas reniée, et qui donne une tout autre dimension à cette histoire, qui s'en retrouve à la croisée des genres. C'est d'ailleurs un peu la marque de fabrique de la collection "Troisième vague" que ces téléscopages d'univers, et "District 77" en est une des plus intéressantes illustrations. La réussite de cette série tient aussi beaucoup au personnage de Lili, une femme complexe, en proie aux doutes et en lutte avec son passé. Une femme qui a fait du chemin entre le premier et le troisième tome, comme le suggèrent les couvertures : en tenue impeccable, tête haute et lunettes de soleil, sous les feux de rutilantes voitures de patrouille, la voici, tête basse, aussi marquée que le fourgon de la police à l'arrière-plan est constellé d'impacts. La boucle est bouclée, et cette première tranche de vie du commissariat a été menée tambour battant. Une série vraiment originale.


On en parle : L'Ours polar n°49

Rédacteur: Frédéric Prilleux mardi 17 février 2009
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page