Le Bras du diable

Parnell comprend ce qu'on s'apprête à faire. Ses yeux n'expriment aucune peur. Main dans la main, nous sautons. 
Elisabeth Elo - En eaux profondes
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Vigilance
Dans un futur proche et indéterminé des États-Unis, une émission de téléréalité captive les populations :...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

mardi 20 octobre

Contenu

Roman - Thriller

Le Bras du diable

Fantastique - Historique - Tueur en série MAJ lundi 14 mai 2012

Note accordée au livre: 3 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 20,95 €

Julie Waeckerli
Paris : Nouveaux auteurs, mars 2012
692 p. ; 22 x 14 cm
ISBN 978-2-8195-0191-6
Coll. "Thriller"

Actualités

  • 17/05 Édition: Parutions de la semaine - 17 mai
    Hormis le nouvel opus de Karine Giébel (Fleuve noir) et celui de Liza Marklund (Hachette), il faut aller chercher dans les poches pour trouver quelques romans dignes d'un intérêt profond - nous ne parlons pas là de ces Agatha Christie proposés dans un format poche élargi avec photos de couverture prises par l'Anglais Martin Parr - mais de romans de Gregorio Leóon, Roger Martin, Robert Pobi, Antonin Varenne et S. J. Watson.
    Mais nous ne saurions vous recommander l'adaptation BD de Boulevard... Ossements ! faite par Nicolas Barral d'après un roman de Léo Malet, le tout dans l'univers de Jacques Tardi. Tout comme nous ne pourrions vous reprocher de vous plonger dans la biographie noire mais mise en couleur de Rimbaud par Xavier Coste. L'essai de Jean-Michel Rey La Vengeance par le crédit ou Monte-Cristo est passionnant, et prend une autre dimension aujourd'hui que nous sommes en pleine crise, et que nous avons vu des banques s'écrouler.
    Mais comme d'habitude, faites votre choix...

    Fictions adulte grand format :
    Les Lumineuses, de Lauren Beukes (Presses de la Cité, "Sang d'encre")
    Le Poète, de Michael Connelly (Retrouvées)
    Méfiez-vous du chat qui dort, de Roger Coupannec (D'Orbestier, "Carbone")
    Léviathan. 3, Le Pouvoir, de Lionel Davoust (Don Quichotte)
    La Méthode du crocodile, de Maurizio de Giovanni (Fleuve noir, "Thriller")
    Purgatoire des innocents, de Karine Giébel (Fleuve noir, "Thriller")
    Le Jugement dernier : l'énigme du Codex Lucis, de Stéphane Haument (J)
    Les Mystères de Druon de Brévaux. 4, In anima vili, d'Andrea H. Japp (Flammarion)
    Deadline, de Liza Marklund (Hachette, "Blackmoon thriller")
    Embrouille en Provence, de Peter Mayle (NIL)
    L'Ultime secret du Christ, de José Rodrigues dos Santos (HC)
    La Fille qui avait de la neige dans les cheveux, de Ninni Schulman (Le Seuil, "Policiers")
    L'Or est un poison, de Jean-Louis Tourné (Albiana)
    Et la malédiction s'abattra sur la ville, de David Verdier (La Bouinotte, "Black Berry")

    Fictions adulte poche :
    Black Berry ! Meurtres au pays : histoires courtes, collectif (La Bouinotte, "Black Berry")
    Le Requiem des abysses, de Maxime Chattam (Pocket, "Thriller")
    Le Crime de l'Orient-Express, d'Agatha Christie (Le Masque, "Agatha Christie")
    L'Heure zéro, d'Agatha Christie (Le Masque, "Agatha Christie")
    Un meurtre sera commis le..., d'Agatha Christie (Le Masque, "Agatha Christie")
    Miss Marple au club du mardi, d'Agatha Christie (Le Masque, "Agatha Christie")
    La Nuit qui ne finit pas, d'Agatha Christie (Le Masque, "Agatha Christie")
    Le Poète, de Michael Connelly (Points, "Policiers")
    Les Larmes d'Aral, de Jérôme Delafosse (Pocket, "Thriller")
    L'Interprétation des peurs, de Wulf Dorn (Pocket, "Thriller")
    Le Visiteur du vendredi, de Jean Failler (Du Palémon, "Une enquête de Mary Lester")
    L'Avalanche, de Grégoire Gauchet (Le Verger, "Enquêtes rhénanes)
    Juste une ombre, de Karine Giébel (Pocket, "Thriller")
    Real Murders Club, de Charlaine Harrison (J'ai lu)
    L'Ultime secret de Frida K., de Gregorio Leon (Pocket, "Thriller")
    Jusqu'à ce que mort s'ensuive, de Roger Martin (Pocket, "Thriller")
    L'Invisible, de Robert Pobi (Points, "Thriller")
    L'Invisible, de Robert Pobi (Pointdeux, "Pointdeux")
    Garde à vie, de Pierre Ricour (Les Presses littéraires, "Crimes et châtiments")
    Maigret en Auvergne, de Georges Simenon (LGF, "Policier")
    Le Mur, le Kabyle et le marin, d'Antonin Varenne (Points, "Roman noir")
    Le Bras du diable, de Julie Waeckerli (Pocket, "Thriller")
    Avant d'aller dormir, de S. J. Watson (Pocket, "Thriller")

    Bandes dessinées :
    Boulevard... Ossements, de Nicolas Barral (Casterman)
    Il pleut sur Beyrouth, de Caroline Bourgeret & Sophie Raynal (Nova)
    Rimbaud : l'indésirable, de Xavier Coste (Casterman)
    Virginie. 1, Morphée, de Séverine Gauthier & Benoît Blary (Casterman)
    Les Indes noires, de Marc Jakubowski & Éric Rückstül (Le Sphinx des glaces, "Jules Verne et ses voyages")
    Du rififi chez les yéyés, de Jérôme Lebrun & Philippe Pinard (Paquet, "Calandre")
    Les Cosaques d'Hitler. 1, de Valérie Lemaire & Olivier Neuray (Casterman)
    Sherlock Holmes et le mystère du Haut-Koenigsbourg, de Roger Seiter & Giuseppe Manunta (Le Verger)

    Littérature de jeunesse (documentation) :
    Condamné au XVIIIe siècle, d'Arlette Farge (Le Bord de l'eau, "3e culture")

    Fiction jeunesse :
    Une moitié de Wasicun, de Jean-François Chabas (Casterman, "Poche")
    L'Énigme du grenat perdu, de Catherine Cuenca (Gulf Stream)
    L'Occasion fait le larron, de Claire Gratias (Thierry Magnier, "Le Feuilleton des Incos")

    Littérature (théorie et études) :
    La Vengeance par le crédit ou Monte-Cristo, de Jean-Michel Rey (L'Olivier, "Penser rêver")
    Liens : Le Jugement dernier... : l'énigme du Codex Lucis |Le Requiem des abysses |Le Crime de l'Orient-Express |La Nuit qui ne finit pas |L'Ultime secret de Frida K. |L'Invisible |Le Mur, le Kabyle et le Marin |Avant d'aller dormir |Boulevard... ossements |L'Or est un poison |Le Poète |Michael Connelly |Karine Giébel |Andrea H. Japp |Liza Marklund |David Verdier |Maxime Chattam |Agatha Christie |Roger Martin |Georges Simenon |Antonin Varenne |Julie Waeckerli |Nicolas Barral |Claire Gratias |Jean-François Chabas

Celle qui était encore

Comme le Diable se cache dans les détails, évacuons de suite un élément qui perturbe la lecture de ce Bras du diable de la toute jeune romancière Julie Waeckerli : de nombreuses fois, l'enquête revient sur les empreintes découvertes sur un corps, alors que normalement les corps impriment peu les empreintes des agresseurs. Mais c'est sans doute là un péché de jeunesse qui ne doit pas masquer le reste. Tout commence par une séance de spiritisme avec de jeunes gens qui s'ennuient dans un petit village alsacien. Cette séance réveille-t-elle un démon ? En tout cas, un mystérieux tueur en série commence à faucher les vies dans le village. La tension et le suspense montent...
Une grande partie de l'intérêt de ce roman de Julie Waeckerli consiste entre cette tension montante due à des données "diaboliques", des meurtres qui semblent découler d'un rituel et des personnages qui, s'ils sont capables de représenter le mal, sont fortement humains. Parmi les suspects, outre un médecin qui trompe sa femme, il y a toutes les composantes de ce gang de voyous qui terrorise le village mais que la gendarmerie ne peut mettre en examen. Le Mal absolu semble ressortir d'un vieil homme qui, bien qu'ayant la maladie d'Alzheimer, se souvient par instants de la guerre d'Algérie et de sa participation aux tortures qui a côtoyé sa découverte de l'amour.
Pour un premier roman de facture très classique, l'auteur parvient à tenir la (très) longue distance et sait créer, à travers des personnages multiples, des rebondissements variés. Le suspense tient donc la route et l'ambiance mortifère d'un petit village, entre des solidarités obligatoires, les mouvements d'une jeunesse désorientée et qui s'ennuie, des secrets de famille, des voyous qui semblent y maintenir une chape de plomb et des gendarmes aux prises avec leurs propres problèmes sentimentaux, est bien rendue.
En jouant ainsi avec la fausse piste du surnaturel, avec des suspects plus vrais que nature et des gentils qui cachent des failles béantes, avec le thème de la torture en Algérie, Le Bras du diable est pour paraphraser Charles Maurras accueillant les pleins pouvoirs accordés au maréchal Pétain en 1940 une "divine surprise"1.

1. L'auteur de cette chronique regrette le manque de culture qui aurait pu lui permettre de citer un général quelconque ayant participé à la guerre d'Algérie. Il a donc été puiser dans un autre pan honteux de notre Histoire.

Citation

Le diable c'est moi. Il braqua son fusil vers elle. Et elle sut aussitôt que c'était fini.

Rédacteur: Laurent Greusard dimanche 16 août 2015
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page