La French connection : les entreprises criminelles en France

La nuit enveloppait la ville de son manteau noir où seule la lueur de la pleine lune subsistait. La pluie martelait le sol et noyait le béton. Les parapluies disparaissaient dans les voitures. Les voitures disparaissaient du parking.
Vincent Laurent - Au jeu du chat et de la souris
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Guerre est une ruse
Frédéric Paulin retrace avec intelligence l'histoire violente de l'Algérie entre 1992 et 1995, un...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

mardi 25 juin

Contenu

Essai - Policier

La French connection : les entreprises criminelles en France

Géopolitique - Drogue - Corruption MAJ mardi 15 mai 2012

Note accordée au livre: 4 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 16 €

Thierry Colombié
Préface de Jean de Maillard
Paris : Non lieu, mars 2012
212 p. ; 21 x 17 cm
ISBN 978-2-35270-121-7
Coll. "Observatoire géopolitique des criminalités"

Le crime au service de la modernisation de l’entreprise française

Management, compétitivité, veille stratégique, sécuritaire, géopolitique, maîtrise de l'appareil de production, stratégie de pérennité commerciale... Non, vous n'êtes pas dans un manuel d'économie à destination des étudiants de Dauphine ou de chefs d'entreprise soucieux de développer leur affaire, mais bel et bien dans une étude sur la grande criminalité française, celle de la French connection en l'occurrence, passée ici au crible d'un discours tout à fait novateur pour un tel objet.

Thierry Colombié, universitaire, a déployé tous les outils de la finance et de l'économie contemporaine pour tenter de cerner une histoire qui restait à bien des égards confinée dans le registre du spectaculaire, du témoignage ou du romanesque. Le résultat est brillant, les sources exceptionnelles, de l'enquête de terrain aux témoignages des acteurs encore vivants, en passant par les archives du Ministère de l'Intérieur. Et ce que révèle cette étude est rien moins que stupéfiant, en particulier sur la justification de ce type d'économie criminelle dans nos démocraties occidentales. Les biens et services scélérats y jouent en effet un rôle de tout premier plan, non seulement dans les financements occultes que l'on imagine, de campagnes électorales par exemple, mais aussi dans l'économie réelle, tout bonnement. L'étude qui nous est proposée ne fait en effet que mettre en évidence la façon dont les élites s'organisent pour assurer leur prospérité… En décortiquant les mécanismes de la French connection, c'est cela qu'elle révèle, crûment, il va sans dire. La French connection ne fut ainsi rien d'autre qu'une grande entreprise moderne, du crime certes, qui sut très tôt investir le champ politico-administratif pour assurer son développement, et qui fut accessoirement à l'origine de toute l'évolution du grand banditisme en France. La structure oligopolistique du marché de l'héroïne qu'elle finit par construire servit largement la réflexion capitaliste sur les modèles de marché qu'il fallait mettre désormais en place dans une situation de concurrence imparfaite – celle d'un marché qui n'a jamais été libre que dans les contes libéraux les plus extravagants. D'un marché qui appelait l'invention de conduites nouvelles et d'un vocabulaire nouveau, les truands ayant par exemple été les premiers à comprendre, des décennies avant que le mot ne soit à la mode dans les discours de la Puissance Publique, les bienfaits du concept de flexibilité...

In fine, l'auteur nous explique avec beaucoup de lucidité combien ce marché français de l'héroïne aura été bénéfique pour le développement de villes telles que Marseille ou Lyon par le biais d'opérations financières fructueuses, voire de régions entières - on songe évidemment à la région PACA...

Citation

L'offre de crime à l'équilibre est déterminée par le seuil optimal de dissuasion du crime.

Rédacteur: Joël Jégouzo lundi 14 mai 2012
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page