Columbus Day

Une morsure aurait fait l'objet d'un écouvillonage, voire d'un moulage. L'écouvillonage consistait à prélever un échantillon de salive et de tissus à l'aide d'une petite brosse, permettant de récupérer l'ADN de l'agresseur.
Frédérique Molay - Déjeuner sous l'herbe
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Guerre est une ruse
Frédéric Paulin retrace avec intelligence l'histoire violente de l'Algérie entre 1992 et 1995, un...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

mercredi 23 janvier

Contenu

DVD - Thriller

Columbus Day

Braquage/Cambriolage MAJ mardi 15 mai 2012

Note accordée au livre: 1 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 15 €

Charles Burmeister
Columbus Day - 2008
E1 Music, mars 2012
1 DVD VOST/VF Zone 2 ; couleur ; 19 x 14 cm

Les héros sont fatigués

Val Kilmer a été une star. À l'écran, il a été Batman et Jim Morrison. Il a fait la Une des magazines. Il a fait fantasmer des générations de jeunes filles en fleur. Mais aujourd'hui, Val est fatigué. Pourtant, il "continue, vingt-cinq ans après ses débuts, à enchaîner les tournages", lit-on en gros dans le dossier de presse. La belle affaire ! La quantité n'a jamais remplacé la qualité à ce qu'on sache. Parce qu'ici, on est dans un polar de plus, pas dans un polar haut de gamme. En gros, Columbus Day, c'est l'histoire de John qui vient de réussir un hold-up, promis juré c'est le dernier, si je mens je vais en enfer. Alors, John décide de filer en direction de la Floride avec son vieux pote et sa jeune maîtresse. Mais, petit à petit, le piège se referme et il a une petite journée à tuer, dans un parc ensoleillé, avec pour s'occuper, un téléphone portable, une cabine téléphonique et un gamin collant. Alors, Val cogite, téléphone, marchande le fruit de son larcin, et nous, on le regarde. Tiens, il a pris quelques rondeurs, tiens, c'est bizarre de porter un imperméable sous le soleil californien, tiens, il a la chevelure poivre et sel. Bref, on n'est pas vraiment à fond. Il faut dire à notre décharge que le Charles Burmeister de derrière la caméra, c'est pas un grand nerveux. Oh ! Évidemment, il nous met un coup de musique sirupeuse dans les esgourdes, il nous construit un scénario avec un peu de flashback, il nous colle du ralenti dans les scènes d'action mais bon, Charles, tu sais, on en a vu d'autres, des films, alors faudrait peut-être te secouer un peu si tu veux nous garder jusqu'à la fin de ce DTV (Direct To Video). Mais Charles n'est pas un champion. Reconnaissons lui même une bonne idée (le fruit du cambriolage, je ne vous en dis pas plus), du flair pour recruter le mioche (Bobb'E J. Thompson) et de l'humour pour caster une belle plante qui a presque le nom d'un bienfaiteur de l'humanité. Pour le reste, on regarde sans passion les gros plans de John qui se pose des questions sur le sens à donner à sa vie en se disant que Val doit se poser des questions sur le sens à donner à sa carrière mais nous, on est sûr d'une chose, c'est que Val Kilmer a été une star.

Columbus Day (87 min.) : réalisé par Charles Burmeister avec Val Kilmer, Bobb'E J. Thompson, Richard Edson, Marg Helgenberger, Ivana Milicevic...

Citation

Comment puis-je savoir que vous n'êtes pas un homme de main ?

Rédacteur: Jean-Noël Levavasseur mardi 15 mai 2012
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page