Assassin sans visage

Aujourd'hui, le métier exigeait tellement de bureaucratie et de paperasserie qu'on pouvait s'étonner qu'il reste un peu de temps pour mener les enquêtes.
Martina Cole - Impures
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

L'Ange rouge
Le nouveau roman de François Médéline nous emmène à Lyon il y a une vingtaine d'années. Une brigade p...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

vendredi 27 novembre

Contenu

DVD - Noir

Assassin sans visage

Tueur en série - Procédure MAJ dimanche 27 mai 2012

Note accordée au livre: 4 sur 5

Grand format
Réédition

Tout public

Prix: 10 €

Richard Fleischer
Follow Me Quietly - 1949
Serge Bromberg (présentation)
Paris : Montparnasse, mars 2006
1 DVD VOST Zone 2 ; noir & blanc ; 19 x 14 cm
Coll. "RKO", 74

Actualités

  • 04/02 Cinéma: Bo Widerberg et les réalisateurs méconnus
  • 04/12 Cinéma: Le Parrain, du 35 mm (bis)
  • 26/08 Cinéma: Festival polar action-cristolien - acte II
  • 11/08 Télévision: Cycle "Film noir" au Cinéma de minuit
  • 04/06 Cinéma: Le film noir, Les Incorruptibles et deux coups d'État - acte II
  • 03/10 Cinéma: Que fait la police ? au Forum des images
    Plus d'une cinquantaine de films, un hommage à Alain Delon, des cours de cinéma, trois débats organisés par Mediapart : le Forum des images fait la part belle au cinéma policier en se mettant du côté de la police (et par moments du côté opposé). De L'Assassin sans visage, de Richard Fleischer, à Polisse, de Maïwenn, pas moins de quatre-vingts années où le cinéma a tenté de rendre compte du dur labeur policier avec des hommes parfois rustres, parfois exacerbés, tentés de franchir la ligne rouge de la légalité. Il y a du violent, du très violent. Des images en provenance des États-Unis, d'autres d'Asie, un peu de Giallo, le film noir à l'italienne. Pour répondre à vos questions, des interlocuteurs privilégiés, spécialistes, connus ou pas. Vous ne pourrez pas aller tout voir, mais vous ne pourrez manquer d'être alléché par le programme. N'hésitez pas à aller sur le site du Forum des images (liens en bas d'article) pour avoir beaucoup plus d'informations.

    Que fait la police ?
    17 octobre au 30 novembre 2012 au Forum des images.

    Les fictions réalistes voisinent avec la mythologie du flic à l'écran, une des plus attractives du 7e art. Au programme, une cinquantaine de films, des cours de cinéma, des rencontres et des débats avec des chercheurs, dont la parole viendra éclairer ce cycle.

    Scènes d'action :
    Filatures, courses-poursuites, gardes à vue aux quatre coins du monde : les bas-fonds de Tokyo (Chien enragé, Kurosawa), la pègre de New York (Les Infiltrés, Scorsese, La Nuit nous appartient, Gray), les triades de Chinatown (L'Année du dragon, Cimino), les dessous de Paris (Peur sur la ville, Verneuil) ou de Séoul (Memories of Murder, Bong).

    Derrière l'uniforme :
    Loin de la mythologie des supers flics de fiction, les policiers passent aux aveux. Leur quotidien et leurs états d'âmes sont placés sous surveillance grâce à Pialat (Police), Beauvois (Le Petit Lieutenant), Fleischer (Les Flics ne dorment pas la nuit), Maïwenn (Polisse), Porumboiu (Policier, adjectif), Wyler (Detective Story) ou Tavernier (L.627).

    Réalité vs fiction :
    Parce que des tranches de vies réelles valent n'importe quelle fiction, des grands noms du documentaire sont cités à comparaître : Zhao Liang (Crime & châtiment), Raymond Depardon (Faits divers), Ilan Klipper et Virgil Vernier (Flics, Commissariat) ou l'immense Frederick Wiseman qui présente L'Ordre public. Chine, France et USA, au rapport !

    Very Bad Cops :
    Violents, incontrôlables ou corrompus, certains représentants de l'ordre n'hésitent pas à transgresser la loi en utilisant des méthodes peu recommandables. Avec, à la manœuvre, l'incontournable Dirty Harry et Clint Eastwood, Serpico et Al Pacino, Bad Lieutenant et Harvey Keitel, la bavure policière n'est jamais loin (La Soif du mal, La Haine)...

    Brigade 1ère classe :
    Le policier, ce héros des temps modernes est l'une des figures les plus emblématiques du 7e art, incarnée par des acteurs de prestige : Jean-Paul Belmondo ou Alain Delon, Paul Newman ou Sidney Poitier, Jean Gabin ou Lino Ventura, Robert Duvall ou Gene Hackman, Tony Leung ou Gian-Maria Volontè... et même Charlot !

    Interrogatoires musclés :
    Pour éclairer les projections, plusieurs débats en partenariat avec Mediapart réunissent journalistes, policiers et chercheurs autour de problématiques très actuelles comme la méfiance entre policiers et citoyens ou l'usage légitime de la force. Autres pièces à conviction : des Cours de cinéma autour des policiers du petit écran ou du polar italien.

    Programmation du cycle Que fait la police ?
    - 17 octobre à 16 h 30 : Police, de Maurice Pialat.
    - 17 octobre à 20 heures : French connection, de William Friedkin (soirée d'ouverture).
    - 18 octobre à 14 h 30 : El Bonaerense, de Pablo Trapero.
    - 18 octobre à 16 h 30 : La Nuit nous appartient, de James Gray.
    - 18 octobre à 19 heures : Quai des orfèvres, d'Henri-Georges Clouzot.
    - 18 octobre à 21 heures : Faits divers, de Raymond Depardon.
    - 19 octobre à 14 h 30 : L'Assassin sans visage, de Richard Fleischer.
    - 19 octobre à 16 h 30 : Le Policeman, de Daniel Petrie.
    - 19 octobre à 21 heures : Police, de Maurice Pialat.
    - 20 octobre à 16 h 30 : L.627, de Bertrand Tavernier.
    - 20 octobre à 19 heures : Infernal Affairs, d'Alan Mak & Wai Keung Lau.
    - 20 octobre à 21 heures : Les Infiltrés, de Martin Scorcese.
    - 21 octobre à 14 h 30 : Histoire de détective, de William Wyler.
    - 21 octobre à 16 h 30 : Policier, adjectif, de Corneliu Porumboiu.
    - 21 octobre à 19 heures : La Chasse, de William Friedkin.
    - 21 octobre à 21 heures : Les Incorruptibles, de Brian de Palma;
    - 23 octobre à 21 heures : La Nuit nous appartient, de James Gray.
    - 24 octobre à 16 h 30 : Policier, adjectif, de Corneliu Porumboiu.
    - 25 octobre à 14 h 30 : L.627, de Bertrand Tavernier.
    - 25 octobre à 16 h 30 : Miami Vice - Deux flics à Miami, de Michael Mann.
    - 25 octobre à 21 heures : Le Policeman, de Daniel Petrie.
    - 26 octobre à 14 h 30 : French Connection, de William Friedkin;
    - 26 octobre à 16 h 30 : Les Incorruptibles, de Brian de Palma.
    - 26 octobre à 20 h 30 : Polisse, de Maïwenn (suivi d'une rencontre avec la réalisatrice).
    - 27 octobre à 16 h 30 : Le Petit lieutenant, de Xavier Beauvois.
    - 27 octobre à 18 h 30 : El Bonaerense, de Pablo Trapero.
    - 27 octobre à 21 heures : Miami Vice - Deux flics à Miami, de Michael Mann.
    - 31 octobre à 16 h 30 : L'Assassin sans visage, de Richard Fleischer.
    - 31 octobre à 19 h 30 : Débat Mediapart - L'image de la police dans les médias animé par Fabrice Arfi.
    - 31 octobre à 21 h 30 : Breking News, de Johnnie To.
    - 1er novembre à 14 h 30 : Dans la chaleur de la nuit, de Norman Jewison.
    - 1er novembre à 16 h 30 : Chien enragé, d'Akira Kurosawa.
    - 1er novembre à 19 heures : Enquête sur un citoyen au-dessus de tout soupçon, d'Elio Petri.
    - 1er novembre à 21 heures : The Chaser, de Hong-jin Na.
    - 2 novembre à 14 h 30 : La Cité sans voiles, de Jules Dassin.
    - 2 novembre à 16 h 30 : The Chaser, de Hong-jin Na.
    - 3 novembre à 15 heures : Crime & châtiment, de Zhao Liang.
    - 3 novembre à 18 heures : Flics, d'Ilan Klipper & Virgil Vernier (en présence des réalisateurs).
    - 3 novembre à 20 heures : Commissariat, d'Ilan Klipper & Virgil Vernier (suivi d'un débat avec les réalisateurs).
    - 4 novembre à 15 heures : Frederick Wiseman dialogue avec Marcel Ophuls animé par François Niney .
    - 4 novembre à 17 heures : L'Ordre public (Law and Order), de Frederick Wiseman (présenté par le réalisateur).
    - 4 novembre à 19 heures : Faits divers, de Raymond Depardon.
    - 4 novembre à 21 heures : Délits flagrants, de Raymond Depardon.
    - 7 novembre à 16 h 30 : Dans la chaleur de la nuit, de Norman Jewison.
    - 7 novembre à 21 heures : Memories of Murder, de Joon-ho Bong.
    - 8 novembre à 14 h 30 : Enquête sur un citoyen au-dessus de tout soupçon, d'Elio Petri.
    - 8 novembre à 16 h 30 : Crime & châtiment, de Zhao Liang.
    - 11 novembre à 21 heures : La Cité sans voiles, de Jules Dassin.
    - 14 novembre à 16 h 30 : Memories of Murder, de Joon-ho Bong.
    - 14 novembre à 19 h 30 : Débat Mediapart - Police et citoyens, la grande méfiance animé par Edwy Plenel, directeur de Mediapart.
    - 14 novembre à 21 h 30 : Commissariat, d'Ilan Klipper & Virgil Vernier.
    - 17 novembre à 19 heures : Un flic, de Jean-Pierre Melville (hommage à Alain Delon).
    - 17 novembre à 21 heures : Flic Story, de Jacques Deray (hommage à Alain Delon).
    - 18 novembre à 19 heures : Le Samouraï, de Jean-Pierre Melville (hommage à Alain Delon).
    - 21 novembre à 19 heures : Les Flics ne dorment pas la nuit, de Richard Fleischer (présenté par François Guérif).
    - 24 novembre à 19 heures : Punishment Park, de Peter Watkins.
    - 24 novembre à 21 heures : Electra Glide in Blue, de James William Guercio.
    - 25 novembre à 16 h 30 : L'Homme aux colts d'or, d'Edward Dmytryk.
    - 25 novembre à 21 heures : Rio Bravo, de Howard Hawks.
    - 28 novembre à 19 h 30 : Débat Mediapart - L'usage de la force animé par Louise Fessard.
    - 29 novembre à 19 heures : L'Inspecteur Harry, de Don Siegel.
    - 30 novembre à 16 h 30 : Electra Glide in Blue, de James William Guercio.

    Énoncé des débats Mediapart :

    L'image de la police dans les médias,animé par Fabrice Arfi.
    31 octobre à 19 h 30. Durée : 1 h 30. Entrée libre.
    Que montrent les séries télé et le cinéma du travail policier ? Comment se traduit le décalage entre l'image héroïque du super cop, et la réalité du terrain, faite d'attente, de petites affaires ? Malgré son ton réaliste, la série The Wire, devenue objet d'étude à l'université, fait à nouveau surgir l'image d'un policier confronté à de fréquents échanges de feu et aux morts violentes.
    Pour en débattre : Emmanuel Burdeau, qui a codirigé l'ouvrage collectif The Wire, reconstitution collective (Capricci, 2011), Hugues Pagan, ex-policier devenu scénariste (Police District, Mafiosa) et auteur de polars (Dernière station avant l'autoroute, Payot, 1997) ; deux sociologues, Fabien Truong, enseignant à Paris 8, auteur de La Force de l'ordre sur écoute (La Vie des idées) et Mathieu Zagrodzki, maître de conférences à Sciences Po Paris, auteur de Que fait la police ? (L'aube, 2012) ; et un critique de cinéma.
    NB : Ne ratez pas la rencontre exceptionnelle avec David Simon, créateur de The Wire, le 15 novembre à 19 heures !

    Police et citoyens, la grande méfiance, animé par Edwy Plenel, directeur de Mediapart.
    14 novembre à 19 h 30. Durée : 1 h 30. Entrée libre.
    De récents ouvrages montrent le divorce entre la population française et sa police, très centralisée et traditionnellement construite comme une police de maintien de l'ordre, plutôt au service de la protection de l'État. Une tendance historique renforcée ces dernières années par la politique du chiffre, où les statistiques se transforment en objectifs.
    Pour en débattre : Yannick Danio, délégué national du syndicat Unité SGP Police FO ; Emmanuel Didier, chercheur au CNRS ; Ilan Klipper et Virgil Vernier, réalisateurs de Flics et Commissariat ; Christian Mouhanna, sociologue, auteur de La Police contre les citoyens ? (Champ social, 2011).

    L'usage de la force, animé par Louise Fessard.
    28 novembre à 19 h 30. Durée : 1 h 30. Entrée libre.
    L'usage de la force légitime définit la police. Si le FBI comptabilise les centaines de décès par balle causés par des policiers, en France, les polémiques portent plutôt sur l'usage de techniques d'immobilisation, des course-poursuites fatales ou d'armes comme le Flashball ou le Taser. Comment la violence vient-elle aux policiers ? Où l'institution place-telle la barrière entre violences légitimes et illégitimes ?
    Pour en débattre : Anthony Caillé, brigadier de police à la brigade de répression du banditisme, délégué CGT Police à Paris ; Fabien Jobard, directeur du Cesdip, auteur de Bavures policières ? La force publique et ses usages (La Découverte, 2002) et Guillaume Soulez (professeur à Paris 3, auteur de Quand le film nous parle. Rhétorique, cinéma, télévision (PUF, 2001).

    Cours de cinéma :
    - Police, de Maurice Pialat : analysé par Carole Desbarats, vendredi 19 octobre à 18 h 30 (entrée libre).
    - L'Italie à main armée : analysé par Jean-Baptiste Thoret, vendredi 2 novembre à 18 h 30 (entrée libre).
    - La Soif du mal, d'Orson Welles : analysé par François Thomas, vendredi 16 novembre à 18 h 30 (entrée libre).
    - Harry, un flic qui vous veut du bien : par Frédéric Bas, vendredi 30 novembre à 18 h 30 (entrée libre).

    Information pratiques :

    Forum des images
    Forum des Hall
    2, rue du Cinéma
    75045 Paris Cedex 01
    Métro : Les Halles, ligne 4 (sortie Saint-Eustache, Place Carrée) et Châtelet, lignes 1, 7 et 14 (sortie Place Carrée)
    RER : Châtelet-Les Halles, lignes A, B et D (sortie Rambuteau puis Forum - Place Carrée)

    Cycle Que fait la police ?

    TARIFS
    Liens : L'Année du dragon |Les Flics ne dorment pas la nuit |Richard Fleischer |François Guérif |Edward Dmytryk |Don Siegel |Michael Cimino

  • 17/07 Cinéma: Film noir et Raoul Walsh à l'Action Christine

Le Juge est l'assassin

"J'ai toujours voulu jeter quelque chose par cette fenêtre. Je ne pensais pas que ce serait moi." Ces propos amers et caustiques sont tenus par McGill, le rédacteur en chef du Morning Standard alors qu'il vient tout juste d'être défenestré par Le Juge, un tueur en série qui étrangle ses victimes les nuits pluvieuses. C'est peut-être la seule anomalie dans un scénario tiré au cordeau, et qui met en scène une jeune et jolie reporter associé à un non moins joli mais bourru inspecteur de police. On se doute que le duo aura raison du tueur, tout comme on se doute qu'il y aura idylle à la fin, mais qu'importe. Nous sommes en 1949, le film réalisé par l'immortel Richard Fleisher (à la fin, à la limite du gâtisme il tournera un Conan le Barbare avec Schwarzy !) propose une intrigue ingénieuse, et un traité de la procédure policière de haute volée. Le tueur en est au début à sa sixième victime. Elles seront vite huit au grand dam de notre inspecteur de service, abattu, désabusé, croulant sous la fatigue. Jusqu'au moment où une idée géniale nait : celle de réunir tous les indices collectés, de faire un portrait-robot pour remplacer les fiches signalétiques, puis, ultime création, un mannequin grandeur nature. Ce mannequin est une pièce essentiel du rouage de Fleisher. À un moment du film, l'inspecteur entamera avec lui un monologue sans se douter que c'est réellement à l'assassin qu'il s'adresse. À partir de ce moment, les flics entreprennent de nouvelles enquêtes de voisinage. Ils ne tarderont pas à découvrir l'identité de cet assassin sans visage. Et ce visage, justement, c'est seulement à la fin qu'il se tournera sur la caméra inquiet au moment même où le tueur se rend compte que sa rue habituellement peuplée d'enfants qui jouent est déserte. Se doutant qu'un piège se referme sur lui, il s'empresse de s'enfuir vers une usine poursuivi par notre inspecteur, et nous offrant ainsi un final digne de la maîtrise de Richard Fleisher dans un film où il nous fait l'étalage de son talent : superbes cadrages, dialogues outrancièrement jouissifs, jeu de l'ombre et de la lumière, clarté citadine qui se confond avec la grisaille de la pluie, gimmicks comiques. Une heure de pur régal.

Extrait de Assassin sans visage. La présentation du mannequin :


Assassin sans visage (60 min.) : réalisé par Richard Fleisher avec William Lundigan, Dorothy Patrick, Jeff Corey...
Bonus. Présentation de Serge Bromberg.

Citation

J'ai connu un type qui coupait la queue des chats. Il n'aimait pas les chats. Le Juge raccourcit la vie des gens. Il n'aime pas les gens, on dirait.

Rédacteur: Julien Védrenne mercredi 18 janvier 2017
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page