Harcelée

Au Mexique, la décapitation est un des modes opératoires favoris des narcotrafiquants. C'est presque banal. Et dans ce genre d'affaire, pour que l'enquête avance, il faut que les flics y trouvent un intérêt. Policiers, magistrats, fonctionnaires : ici, tout s'achète. Le dogme est celui de l'immaculée corruption.
Philippe Thirault & Lionel Marty - Agence Interpol - 1 : Mexico la muerte
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Guerre est une ruse
Frédéric Paulin retrace avec intelligence l'histoire violente de l'Algérie entre 1992 et 1995, un...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

vendredi 20 septembre

Contenu

Roman - Thriller

Harcelée

MAJ vendredi 15 juin 2012

Note accordée au livre: 3 sur 5

Poche
Réédition

Tout public

Prix: 10,65 €

Jason Starr
The Follower - 2007
Traduit de l'anglais (États-Unis) par Marie Ollivier-Caudray
Paris : Rivages, juin 2012
428 p. ; 17 x 11 cm
ISBN 978-2-7436-2369-2
Coll. "Noir", 876

Actualités

  • 15/06 Édition: Parutions de la semaine - 15 juin
    Dan Wells revient aux éditions Sonatine avec Mr Monster. Dans le même temps, son précédent roman, Je ne suis pas un serial killer, réapparait en poche. Le Mexicain F. H. Haguenbeck, avec L'Affaire tequila, fait également son retour, mais chez Denoël. Exit les cocktails de son précédent opus, Martini Shoot, welcome star de cinéma nageuse sur le déclin, services secrets américains et mafia. Si l'on repère quelques habitués des parutions (Nadine Monfils en anthologie, Michael Byrnes, Elizabeth haynes, Aleksandra Marinina, Jennifer McMahon...), et l'inébranlable Elmore Leonard (combien en a-t-il eu de parus chez Rivages ?), il ne faudrait pas oublier son fils, Peter, qui lui aussi fait paraitre son deuxième roman, Ne tremble pas ! chez l'Archipel. Le roman fera d'ailleurs l'objet d'un concours dès lundi sur k-libre. Pour le reste, nous ne saurions trop appuyer sur la parution en poche de l'excellent Rasta Gang, de Philip Baker chez Moisson rouge-Alvik, et, si le soleil se décidait à nous taper sur la calebasse, nous pourrions nous réjouir du fait que PPDA se lit en corps 16. Il vaut mieux lire ça que d'être sourd...
    Mais comme d'habitude : faites votre choix !

    Grand format :
    Les Mystères du West End et autres aventures d'Albert Campion, de Margery Allingham (Omnibus)
    La Fille de l'archer, de Serge Brussolo (Fleuve noir)
    La Malédiction de Lilith, de Michael Byrnes (Belfond, "Noir")
    Noblesse de paille, de Guy Charmasson (De Borée, "Roman")
    Le Dieu de New York, de Lyndsay Faye (Fleuve noir)
    In vino veritas, de Bernard Fischbach (A. Sutton)
    Trois minutes avec la réalité, de Wolfram Fleischauer (Jacqueline Chambon, "Roman policier")
    Le Temple noir, d'Éric Giacometti & Jacques Ravenne (Fleuve noir, "Thriller")
    Les Dieux d'Atlantis, de David Gibbins (Les Escales, "Noires")
    Du sang sur la ligne, de Georges Gille (Vie du rail, "Rail noir")
    L'Affaire tequila, de F. G. Haguenbeck (Denoël, "Denoël & d'ailleurs")
    L'Évadé de Wan Chai, de Ian Hamilton (10-18, "Grand format")
    Écume de sang, d'Elizabeth Haynes (Presses de la Cité, "Sang d'encre")
    Ton tour viendra, de Gregg Hurwitz (Michel Lafon)
    Crime Academy, de Christian Jacq (J éditions)
    La Vie et les aventures extraordinaires d'Arsène Lupin, de Maurice Leblanc (J'ai lu, "Grand format")
    Connivence avec l'ennemi, d'Elmore Leonard (Rivages, "Thriller")
    Ne tremble pas ! de Peter Leonard (L'Archipel)
    Le Péché des anges, de Charlotte Link (Presses de la Cité, "Suspense psychologique")
    Relique, de Scott Mariani (City, "Thriller")
    Quand les dieux se moquent, d'Aleksandra Marinina (Calmann-Lévy, "Robert Pépin présente")
    La Symphonie interdite, de Jean-Pierre Martin (A. Sutton)
    La Nuit du croque-mitaine, de Jennifer McMahon (Belfond, "Noir")
    Les Enquêtes du commissaire Léon : 1 et 2, de Nadine Monfils (Belfond)
    Je connais tes œuvres, d'Isaac Pante (G d'encre)
    Meurtres et convictions, de Laurent Sarzier (Passionnés de bouquins, "Nouveaux talents")
    Mr Monster, de Dan Wells (Sonatine)

    Poche :
    Les Aventures de Guilhem d'Ussel, chevalier troubadour - 4. Montségur, de Jean d'Aillon (J'ai lu, "Littérature générale")
    Canyon Creek, d'Alexis Aubenque (Le Toucan, "Toucan noir")
    Rasta Gang, de Philip Baker (Moisson rouge-Alvik)
    The Poet Assassin, de Dani Boissé (Les Presses littéraires, "Crimes et châtiments")
    Lambersart-sur-Deuil, de Michel Bouvier (Ravet-Anceau, "Polars en Nord")
    Histoire d'os à Évreux, de Roger Delaporte (Ravet-Anceau, "Polars en Nord")
    Le Septième templier, d'Éric Giacometti & Jacques Ravenne (Pocket, "Thriller")
    Le Masque de Troie, de David Gibbins (Pocket, "Thriller")
    La Confession, de John Grisham (Pocket, "Thriller")
    Si douce sera la mort, de Charlaine Harris (J'ai lu, "Darklight")
    Les Lames, de Mo Hayder (Pocket, "Thriller")
    Tishomingo Blues, d'Elmore Leonard (Rivages, "Noir")
    N'ayez crainte ! de Peter Leonard (Pocket, "Thriller")
    Le Mystère de la chambre jaune, de Gaston Leroux (De Borée, "Poche classique")
    Promotion en enfer, de Sandra Martineau À l'arrache, de Bibi Nacéri (Le Toucan, "Toucan noir poche")
    Les Filles d'Albion, de Kate Sedley (10-18, "Grands détectives")
    Maigret en Vendée, de Georges Simenon (LGF, "Policier")
    Harcelée, de Jason Starr (Rivages, "Noir")
    L'Heure des loups, de Shane Stevens (Pocket, "Thriller")
    Dérive sanglante, de William George Tapply (Gallmeister, "Totem")
    Boulogne stress, de Patrick S. Vast (Ravet-Anceau, "Polars en Nord")
    Zaïre adieu, de Gérard de Villiers (Gérard de Villiers, "SAS")
    Un tour en enfer, de James Waddington (Libretto, "Littérature étrangère")
    Je ne suis pas un serial killer, de Dan Wells (Pocket, "Thriller")

    Grands caractères :
    Peuchère, de Frédéric Dard (La Loupe, "Roman")
    3 petits singes en Côtes d'Armor, de Bernard Enjolras (Corps 16)
    La Maison de soie, d'Anthony Horowitz (La Loupe, "Policier")
    La Demoiselle de Guilviner, de Firmin Le Bourhis (Corps 16)
    Meurtre sur le fleuve jaune, de Frédéric Lenormand (Corps 16)
    Rapaces, de Patrick Poivre d'Arvor (Corps 16)
    Liens : Rasta Gang |Le Septième Templier |Le Masque de Troie |La Maison de soie |N'ayez crainte |L'Heure des loups |Je ne suis pas un héros |Montségur, 1201 |Le Dieu de New York |Mr Monster |Jean d'Aillon |Phillip Baker |Serge Brussolo |Michael Byrnes |Frédéric Dard |Bernard Enjolras |Éric Giacometti |Francisco Gerardo Haghenbeck |Mo Hayder |Elizabeth Haynes |Maurice Leblanc |Frédéric Lenormand |Elmore Leonard |Peter Leonard |Gaston Leroux |Sandra Martineau |Nadine Monfils |Kate Sedley |Georges Simenon |Jason Starr |Patrick Samuel Vast |Dan Wells |Roger Delaporte |John Grisham

Peter, un romantique qui vous veut du bien

Dans les films romantiques, le garçon bienveillant finit toujours par faire tomber les barrières sentimentales de la fille qu'il convoite, et ensemble ils convolent en juste noce. C'est du moins le credo de Peter Wells, qui a pour modèle Richard Gere, et tant pis si l'acteur a récemment révélé que Pretty Woman était son pire souvenir de carrière. Peter Wells, la fille qu'il convoite s'appelle Katie Porter. Jeune et belle, elle vie une parfaite non histoire d'amour avec Andy, un gars immature qui n'a qu'une obsession : la sodomie. Or le garçon en ce domaine mourra vierge. La faute à Peter Wells qui est un peu dérangé et beaucoup psychopathe.

Au début du roman de Jason Starr, il nous est plutôt sympathique et arrive à nous convaincre qu'il est presque normal. Seulement lorsque l'on se trouve un petit boulot dans un centre de gym juste pour retrouver un amour de jeunesse qui le fréquente, c'est que l'on a un léger brin. Lorsque l'on épie tous les faits et gestes de ce même amour de jeunesse, c'est que le brin n'est pas si léger que ça. Mais lorsque l'on a tué ses parents pour toucher une double assurance vie et ainsi acheter l'appartement de ses rêves dans lequel on va c'est sûr habiter avec l'amour de sa vie après une soirée passée dans un luxueux restaurant suivie d'une balade main dans la main dans un parc juste ponctuée de moments pris à donner à manger aux canards pour finir dans une calèche, alors le brin s'est multiplié et l'on a plus à faire à un brasseau.

C'est cette histoire que déroule Jason Starr dans Harcelée. Autour de la pauvre Katie Porter, les soupirants meurent un à un, sa colocataire est d'un piètre secours et comme elle ne ménage ni sa meilleure amie, ni ses parents, elle ne peut compter que sur le fameux NYPD que l'on appelle sur le non moins fameux 911. Le seul flic qui l'écoute, John Himoto, est le pire flic du département. Pire : on va lui retirer la seule enquête qu'il aurait pu mener à terme. Mais cela permet des rebondissements, une narration qui n'est absolument pas linéaire (d'ailleurs, l'auteur prend un malin plaisir à nous relater plusieurs fois les mêmes scènes selon une perspective et un protagoniste différents), un humour qui confine à l'absurde avec un suspense auquel on ne croit pas mais qui semble bien être le but de Jason Starr. Harcelée se lit ainsi d'une traite et procure un moment de détente très agréable...


On en parle : Carnet de la Noir'Rôde n°46

Citation

À l'âge de neuf ans, Peter Wells demanda à sa mère si un jour elle voudrait l'épouser. Elle prit cette question à la rigolade, se dit que son fils devait traverser une période romantique, une phase particulière, mais Peter, lui, était particulièrement sérieux.

Rédacteur: Julien Védrenne mardi 25 septembre 2012
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page