Le Train bleu

Et en plus... comme dans les polars, j'ai l'impression - me rappelant un pincement au cœur, et la silhouette d'une fille aux longs cheveux bouclés, marchant le long de l'avenue près des tours de Primevères -, j'ai bien l'impression que je suis tombé amoureux de ma première cliente.
Romain Slocombe - Le Faux détective
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

L'Ange rouge
Le nouveau roman de François Médéline nous emmène à Lyon il y a une vingtaine d'années. Une brigade p...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

samedi 28 novembre

Contenu

Roman - Policier

Le Train bleu

Huis-clos - Braquage/Cambriolage - Assassinat MAJ lundi 25 juin 2012

Note accordée au livre: 3 sur 5

Poche
Réédition

Tout public

Prix: 5,6 €

Agatha Christie
The Mystery of the Blue Train - 1947
Traduit de l'anglais par Étienne Lethel
Paris : Le Masque, mai 2012
284 p. ; 18 x 11 cm
ISBN 978-2-7024-3652-3
Coll. "Agatha Christie", 15

Actualités

  • 29/06 Bibliothèque: Trains du mystère à Concarneau
    Le train a été l'objet de nombreuses scènes de crimes que ce soit dans la réalité ou dans la fiction. Agatha Christie, la Reine du crime britannique, a commis par deux fois (Le Crime de l'Orient-Express et Le Train bleu) des intrigues ferroviaires ou quasi ferroviaires. D'autres auteurs ne sont pas en reste. Il faudrait dresser un jour l'inventaire de ces situations criminelles. Récemment, Patrick Eris a publié ses Histoires vraies sur les rails et Serge Janouin-Benanti s'est penché à plusieurs reprises sur le sujet.
    La SNCF, qui a créé il y a plus de dix ans des prix littéraires sur le polar, qui cette année a aussi élargi son champ d'action en allant vers la bande dessinée et le court-métrage, affrète aussi des trains mystères (exclusivement des TGV). Mais c'est la bibliothèque de Concarneau, qui en marge du festival Le Chien jaune qui se déroule du 6 au 8 juillet, propose tout un mois durant une exposition sur les trains du mystère car "entre train et roman policier, la rencontre était programmée. Tous deux sont issus d’une même modernité qui, durant la seconde moitié du XIXe siècle, a vécu une extraordinaire accélération de la marche du monde et bouleversé les rapports entre espace et temps. Avec l'apparition du train, le roman policier a renouvelé ses intrigues et acquis de nouvelles dimensions.
    Pour les criminels et les enquêteurs, gares et trains sont des lieux ambigus. Les faits divers ont très tôt fourni de la matière aux récits d'énigmes liés aux trains."

    Bibliothèque municipale
    Place de l'Hôtel de ville
    29900 Concarneau
    Tél. : 02.98.50.38.05
    bibliotheque@concarneau.fr

    Exposition du 29 juin au 28 juillet 2012, aux heures d'ouverture de la bibliothèque (attention, horaires d'été).
    Liens : Le Crime de l'Orient-Express |Histoires vraies sur les rails |Agatha Christie |Patrick Eris |Serge Janouin-Benanti |Le Chien jaune

Train bleu sang

Loin de l'exotisme de l'Orient-Express, après la Seconde Guerre mondiale, Agatha Christie renoue avec le meurtre à bord d'un train. Ici encore, Hercule Poirot (qui décidément est toujours là au bon moment même si dans cette enquête il est officiellement à la retraite) va devoir activer ses méninges au cours de longues investigations qui dureront jusque longtemps après que le cadavre de Ruth Kettering, la fille d'un millionnaire américain, a été découvert étranglé et atrocement défiguré. Cette dernière était mariée à un futur lord qui, lui, s'était énamouré d'une danseuse de cabaret parisien. La conduite de Ruth Kettering n'était pas non plus irréprochable. Elle voyageait à bord du train bleu à destination de la Riviera pour y retrouver le comte de la Roche, un dandy peu recommandable, amour de jeunesse. Qui de l'amant ou du mari est le responsable ? D'autant que par un malheureux hasard les deux hommes étaient à bord de ce même train bleu qui relie la gare de Lyon parisienne à Nice.

C'est l'épineux problème que doit résoudre la police alors qu'une mallette de bijoux a également disparu avec un collier de diamants dont le moins connu n'est pas le Cœur de feu porté par d'illustres prédécesseurs. Le père de la morte va alors convaincre Poirot d'enquêter ce qu'il acceptera seulement car il était présent sur les lieux. Ses petites manies d'enquêteur à la retraite l'orientent sur une autre piste, celle du Marquis, un homme dont nul ne connait l'identité, détrousseur de futurs cadavres fortunés. Mais pour mener à bien ses investigations, il n'agira pas seul. Dans le train initial, il a croisé une ancienne dame de compagnie devenue riche. Petit hommage à Miss Marple, elle vient de St. Mary Mead, le même village, où pourtant il ne se passe rien, dixit Katherine. Si Poirot par la suite du roman est amené à la recroiser, cette Katherine devra quitter le village pour le retrouver à Londres. On ne marche pas impunément sur les chemins du village de la pire commère de Grande-Bretagne comme ça.

Le fond du problème sera de découvrir l'identité du Marquis et de sa complice, ce qui ne sera pas difficile pour le lecteur aguerri du genre. Il y a quelques personnages secondaires pas inintéressants mais étrangement pas forcément aboutis. La faute à une enquête qui ne se limite pas à un même univers (le train comme dans Le Crime de l'Orient-Express) ou un seul lieu (on se retrouve à Londres, Paris, St. Mary Mead, La Riviera...). Du coup, les personnages n'ont guère le temps de s'exprimer. Ils sont cependant dépeints avec talent mais on a l'impression d'excellentes esquisses, l'on ressort un peu frustré tant Agatha Christie nous a habitué à ces personnages différents et complémentaires respectueux d'une certaine société. Il n'en demeure pas moins que ce roman qui débute comme un roman à mi-chemin entre l'aventure et l'espionnage avec un contrebandier russe et un riche acheteur grec est un excellent divertissement.

Citation

Je vais aller m'allonger avec une tisane. Ce que j'attendais est arrivé, et quand cela arrive je suis toujours un peu ému.

Rédacteur: Julien Védrenne mercredi 23 mai 2012
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page