Le Silence des cloîtres

Avec l'impartialité et la fermeté qui conviennent à un homme probe et libre...
Sophie Képès - Probe et libre : un écrivain juré d'assises
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Guerre est une ruse
Frédéric Paulin retrace avec intelligence l'histoire violente de l'Algérie entre 1992 et 1995, un...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

dimanche 15 septembre

Contenu

Roman - Policier

Le Silence des cloîtres

Historique - Ésotérique MAJ mardi 19 juin 2012

Note accordée au livre: 4 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 23,5 €

Alicia Giménez Bartlett
El Silencio de los claustros - 2009
Traduit de l'espagnol par Olivier Hamilton, Johanna Dautzenberg
Paris : Rivages, juin 2012
410 p. ; 24 x 16 cm
ISBN 978-2-7436-2365-4
Coll. "Thriller"

Actualités

  • 22/06 Édition: Parutions de la semaine - 8 juin
    C'est le grand rush avant les vacances estivales. Peut-être pire que d'habitude, le choix s'avère cornélien et ruineux pour les bourses. Dans ces conditions, à moins de s'en référer aux avis k-librés nombreux, peut-être aurez-vous l'idée de vous orienter vers des valeurs sures comme cette anthologie que Le Seuil et L'Olivier vous proposent centrée sur le personnage emblématique de l'œuvre de Manuel Vásquez Montalbán, Pepe Carvhalo. Sinon, il faut bien le dire, quelques autres ouvrages en nombre méritent votre attention. À commencer par ceux de Jean d'Aillon, Denis Alamercery, Pieter Aspe, Patrick Bard, Frédéric Bertin-Denis, Thierry Brun, Robin Cook, Alicia Giménez Bartlett, Hervé Jaouen, Camilla Läckberg, Laurent Maillard, Elvin Post, Xiaolong Qiu, Willy Uribe - je vous avais prévenu, la liste est longue sans compter certaines rééditions (comment ça il y a un roman de Dennis Lehane dans le lot hebdomadaire ?). Et puis, aussi, puisque l'on avait entamé ce petit papier par l'auteur catalan par excellence, comment oublier sans risquer de vexer certaines éditrices Barcelone Noir ?

    Grand format :
    Organes à tous les coups, de Denis Alamercery (Scrineo)
    Mistral noir, de Bernard Alteyerac (Léo Scheer, "Thriller")
    Barcelone noir, anthologie dirigée par Adriana V. Lopez & Carmen Ospina (Asphalte, "Noir")
    ¡Viva la muerte! de Frédéric Bertin-Denis (Kyklos)
    Élémentaire, mon cher Watson ! Douze enquêtes policières résolues grâce à la logique, aux mathématiques et aux probabilités, de Colin Bruce (Flammarion, "Connaissance-fiction")
    L'Étrange affaire du chat de Mme Hudson : et autres nouvelles policières résolues grâce aux progrès de la physique, de Colin Bruce (Flammarion, "Connaissance-fiction")
    La Ligne de tir, de Thierry Brun (Le Passage, "Polar")
    Impures, de Martina Cole (Fayard, "Noir")
    L'Élixir des Templiers, de Alfredo Colitto (L'Archipel)
    Assurance vie, de Robin Cook (Albin Michel, "Thrillers")
    Paraphilia, de Saffina Desforges (Pôle noir)
    Serenissima Tosca, de Jean-Pierre Dumans (Les 2 Encres, "Sang d'encre")
    Une fibre meurtrière, de Kylie Fitzpatrick (Actes sud, "Actes noirs")
    Le Silence des cloîtres, d'Alicia Giménez Bartlett (Rivages, "Thriller")
    Les Déglinguants, de Dan Kervé (Coop Breizh)
    La Sirène, de Camilla Lâckberg (Actes sud, "Actes noirs")
    De main morte, de Laurent Maillard (Les Contrebandiers, "Petite noire")
    La Mauvaise femme, de Marc Pastor (Jacqueline Chambon, "Roman policier")
    Qui a tué Mathusalem ? d'Emmanuel Pierrat & Jérôme Pierrat (Denoël, "Thriller")
    Marseille, un flic, de Jean-Louis Pietri (La Manufacture de livres)
    Room service, d'Elvin Post (Le Seuil, "Policiers")
    Cyber China, de Xiaolong Qiu (Lian Levi, "Policier")
    Pain perdu chez les vilains, de Jean-Jacques Reboux (Après la lune, "Lunes blafardes")
    Sans tête, de Jean-Michel Roche (Pavillon noir)
    Le Livre des jours : à la recherche..., de James L. Rubart (Vida)
    Les Enquêtes de Pepe Carvhallo. 1, de Manuel Vásquez Montalbán (Le&Seuil, "Opus")
    L'Appel de Satan, de Jean Vigne (Pavillon noir)

    Poche :
    Complot, de Jeff Abbott (LGF, "Thriller")
    L'Homme aux rubans noirs, de Jean d'Aillon (Le Masque, "Labyrinthes")
    De sang royal, de Pieter Aspe (LGF, "Policier")
    Orphelins de sang, de Patrick Bard (Points, "Policier")
    Rock'n roll à Lamballe, de Patrick Bent (Alain Bargain)
    Hotel Brasil, de Frei Betto (L'Aube, "Noir")
    Trois semaines pour un adieu, de C. J. Box (Points, "Policiers")
    Dernière sur la liste, de Kate Brady (J'ai lu, "Frissons")
    La Robe noire, de Wilkie Collins (Le Masque, "Labyrinthes")
    La Neuvième pierre, de Kylie Fitzpatrick (Babel, "Noir")
    Secrets impardonnables, de Laura Griffin (J'ai lu, "Frissons")
    Le Samouraï d'Urakami, de Charles Haquet (Le Masque, "Labyrinthes")
    Le Fossé, d'Hervé Jaouen (Presses de la Cité, "Petits noirs")
    Le Dernier homme bon, de A. J. Kazinski (LGF, "Thriller")
    Les Romans meurtriers, de Tak-Hwan Kim (Philippe Picquier, "L'Asie en noir")
    Psychose sur Bernaudet, de Bernard Lahrant (Alain Bargain)
    Ça se corse à Lorient, de Firmin Le Bourhis (Alain Bargain)
    Les Visages écrasés, de Marin Ledun (Points, "Thriller")
    Moonlight Mile, de Dennis Lehane (Rivages, "Noir")
    Palas et Chéri-Bibi, de Gaston Leroux (Le Masque, "Labyrinthes")
    Africa Corse, de Christian Lestavel (Le Toucan, "Toucan noir poche")
    La Dernière trace, de Charlotte Link (J'ai lu, "Littérature générale")
    Confessions rennaises, de Valérie Lys (Alain Bargain)
    Alibi club, de Francine Matthews (Le Toucan, "Toucan noir poche")
    Du sang sur la toile, de Miyuki Miyabe (Philippe Picquier, "L'Asie en noir")
    Meurtre en la majeur, de Morley Torgov (Babel, "Noir")
    Un torse dans les rochers, de Helene Tursten (J'ai lu, "Policier")
    Le Prix de mon père, de Willy Uribe (Rivages, "Noir")
    Le Chemin de Damas. 1, de Gérard de Villiers (Gérard de Villiers, "SAS)
    Le Chemin de Damas. 2, de Gérard de Villiers (Gérard de Villiers, "SAS)
    Liens : L'Homme aux rubans noirs |Organes à tous les coups ! |De sang royal |Barcelone Noir |Orphelins de sang |¡Viva la muerte! |Trois semaines pour un adieu |La Ligne de tir |Le Dernier homme bon |La Sirène |Les Visages écrasés |Moonlight Mile |Alibi Club |Du sang sur la toile |La Mauvaise femme |Room Service |Meurtre en la majeur |Le Prix de mon père |Impures |L’Élixir des Templiers |Le Fossé |Pain perdu chez les vilains |Jean d'Aillon |Denis Alamercery |Pieter Aspe |Carmen Ospina |Patrick Bard |C.J. Box |Thierry Brun |Wilkie Collins |Robin Cook |Alicia Giménez Bartlett |Camilla Läckberg |Marin Ledun |Dennis Lehane |Gaston Leroux |Christian Lestavel |Francine Mathews |Miyuki Miyabe |Marc Pastor |Emmanuel Pierrat |Elvin Post |Jean-Jacques Reboux |Jean-Michel Roche |Willy Uribe |Manuel Vásquez Montalbán |Jean Vigne |Alfredo Colitto

Un doigt de sainteté ?

Entre le réalisateur Luis Bunuel et Le Moine du romancier anglais Matthew Gregory Lewis, les mystères de l'inquisition de Jean Potocki avec ses Manuscrits trouvés à Saragosse ou ceux d'Edgar Allan Poe, ou plus riants la scène des pénitents s'enflammant dans La Folie des grandeurs ou les processions druidiques dans Asterix en Hispanie, nul doute que l'esprit du catholicisme sadique et l'âme de l'Espagne s'entrelacent en une superbe danse macabre (et ce n'est pas le récent ¡Viva la muerte!, chroniqué il y a quelques jours qui me contredira).

La romancière espagnole Alicia Giménez Bartlett traite de ce thème, mais de loin, de manière détournée, comme un gigantesque clin d'œil. Tout commence avec un cadavre, celui d'un historien chargé d'enquêter sur la momie d'un Saint. Si l'on retrouve bien le corps de l'historien, celui du Saint a disparu et, quelques jours plus tard, le coupable éparpille des morceaux dans des endroits divers de la ville, rappelant ainsi le passé de la guerre civile. À l'instar de ce fil directeur, Le Silence des cloîtres déroule des scènes malicieuses, comme la vie privée de l'inspectrice Pedra Delicado, personnage fétiche de l'auteur et qui est ici chargée de l'enquête, coincée entre son nouveau compagnon, les enfants de celui-ci et surtout ses ex-femmes, qui ponctuent l'intrigue.

Surtout, derrière la modernité de l'Espagne représentée par cette femme bien de son époque, de la pression des journaux à sensation, et de la recherche scientifique posée sur la momie du Saint (qui cache en effet un secret, à la fois contemporain et archaïque), c'est en même temps toute la vie traditionnelle qui se cache car l'enquête oblige les policiers à perturber la vie d'un monastère, à en démêler les petites rancœurs, les faux semblants, les enjeux de (minuscules) pouvoirs coercitifs qui s'y cachent. Le jeu de piste autour des morceaux de la relique disséminée dans la ville renforce cette ambivalence entre l'ancien et le moderne, entre ses résurgences, ses strates historiques et l'entrée dans le XXIe siècle. Ambivalence renforcée au cœur du roman lorsqu'une partie de l'enquête met en lumière les origines financières franquistes d'un notable de la ville, montrant les délicats mécanismes qui joignent le présent au passé.

Alicia Giménez Bartlett rend avec justesse en un contrepoint astucieux cette double tentation de se référer au passé et d'essayer d'aller de l'avant, que ce soit de façon individuelle ou de manière plus collective, comme reflété par le titre même du livre car dans une société de "communication" et de "transparence", comment continuer à vivre dans le silence des cloîtres ?


On en parle : Carnet de la Noir'Rôde n°47

Citation

Une telle absence de surveillance me causa une sensation étrange. Ce lieu était un bastion imprenable, un cercle fermé à l'intérieur duquel les secrets, s'ils existaient, étaient bien gardés.

Rédacteur: Laurent Greusard dimanche 09 septembre 2012
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page