La Mauvaise femme

Moi, je lui parlais toujours gentiment. Quand je lui reprochais quelque chose, c'était d'une voix douce. Je pensais qu'il avait besoin d'avoir quelqu'un de son côté.
Martha Grimes - Les Fantômes du palace
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Guerre est une ruse
Frédéric Paulin retrace avec intelligence l'histoire violente de l'Algérie entre 1992 et 1995, un...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

mercredi 18 septembre

Contenu

Roman - Policier

La Mauvaise femme

Historique - Enlèvement - Faits divers MAJ jeudi 21 juin 2012

Note accordée au livre: 4 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 22,5 €

Marc Pastor
La Mala dona - 2008
Traduit du catalan (Espagne) par Marie Vila Casas
Paris : Jacqueline Chambon, juin 2012
400 p. ; 20 x 13 cm
ISBN 978-2-330-00980-9
Coll. "Roman policier"

Actualités

  • 10/07 Prix littéraire: Sélections GPLP 2012
  • 22/06 Édition: Parutions de la semaine - 8 juin
    C'est le grand rush avant les vacances estivales. Peut-être pire que d'habitude, le choix s'avère cornélien et ruineux pour les bourses. Dans ces conditions, à moins de s'en référer aux avis k-librés nombreux, peut-être aurez-vous l'idée de vous orienter vers des valeurs sures comme cette anthologie que Le Seuil et L'Olivier vous proposent centrée sur le personnage emblématique de l'œuvre de Manuel Vásquez Montalbán, Pepe Carvhalo. Sinon, il faut bien le dire, quelques autres ouvrages en nombre méritent votre attention. À commencer par ceux de Jean d'Aillon, Denis Alamercery, Pieter Aspe, Patrick Bard, Frédéric Bertin-Denis, Thierry Brun, Robin Cook, Alicia Giménez Bartlett, Hervé Jaouen, Camilla Läckberg, Laurent Maillard, Elvin Post, Xiaolong Qiu, Willy Uribe - je vous avais prévenu, la liste est longue sans compter certaines rééditions (comment ça il y a un roman de Dennis Lehane dans le lot hebdomadaire ?). Et puis, aussi, puisque l'on avait entamé ce petit papier par l'auteur catalan par excellence, comment oublier sans risquer de vexer certaines éditrices Barcelone Noir ?

    Grand format :
    Organes à tous les coups, de Denis Alamercery (Scrineo)
    Mistral noir, de Bernard Alteyerac (Léo Scheer, "Thriller")
    Barcelone noir, anthologie dirigée par Adriana V. Lopez & Carmen Ospina (Asphalte, "Noir")
    ¡Viva la muerte! de Frédéric Bertin-Denis (Kyklos)
    Élémentaire, mon cher Watson ! Douze enquêtes policières résolues grâce à la logique, aux mathématiques et aux probabilités, de Colin Bruce (Flammarion, "Connaissance-fiction")
    L'Étrange affaire du chat de Mme Hudson : et autres nouvelles policières résolues grâce aux progrès de la physique, de Colin Bruce (Flammarion, "Connaissance-fiction")
    La Ligne de tir, de Thierry Brun (Le Passage, "Polar")
    Impures, de Martina Cole (Fayard, "Noir")
    L'Élixir des Templiers, de Alfredo Colitto (L'Archipel)
    Assurance vie, de Robin Cook (Albin Michel, "Thrillers")
    Paraphilia, de Saffina Desforges (Pôle noir)
    Serenissima Tosca, de Jean-Pierre Dumans (Les 2 Encres, "Sang d'encre")
    Une fibre meurtrière, de Kylie Fitzpatrick (Actes sud, "Actes noirs")
    Le Silence des cloîtres, d'Alicia Giménez Bartlett (Rivages, "Thriller")
    Les Déglinguants, de Dan Kervé (Coop Breizh)
    La Sirène, de Camilla Lâckberg (Actes sud, "Actes noirs")
    De main morte, de Laurent Maillard (Les Contrebandiers, "Petite noire")
    La Mauvaise femme, de Marc Pastor (Jacqueline Chambon, "Roman policier")
    Qui a tué Mathusalem ? d'Emmanuel Pierrat & Jérôme Pierrat (Denoël, "Thriller")
    Marseille, un flic, de Jean-Louis Pietri (La Manufacture de livres)
    Room service, d'Elvin Post (Le Seuil, "Policiers")
    Cyber China, de Xiaolong Qiu (Lian Levi, "Policier")
    Pain perdu chez les vilains, de Jean-Jacques Reboux (Après la lune, "Lunes blafardes")
    Sans tête, de Jean-Michel Roche (Pavillon noir)
    Le Livre des jours : à la recherche..., de James L. Rubart (Vida)
    Les Enquêtes de Pepe Carvhallo. 1, de Manuel Vásquez Montalbán (Le&Seuil, "Opus")
    L'Appel de Satan, de Jean Vigne (Pavillon noir)

    Poche :
    Complot, de Jeff Abbott (LGF, "Thriller")
    L'Homme aux rubans noirs, de Jean d'Aillon (Le Masque, "Labyrinthes")
    De sang royal, de Pieter Aspe (LGF, "Policier")
    Orphelins de sang, de Patrick Bard (Points, "Policier")
    Rock'n roll à Lamballe, de Patrick Bent (Alain Bargain)
    Hotel Brasil, de Frei Betto (L'Aube, "Noir")
    Trois semaines pour un adieu, de C. J. Box (Points, "Policiers")
    Dernière sur la liste, de Kate Brady (J'ai lu, "Frissons")
    La Robe noire, de Wilkie Collins (Le Masque, "Labyrinthes")
    La Neuvième pierre, de Kylie Fitzpatrick (Babel, "Noir")
    Secrets impardonnables, de Laura Griffin (J'ai lu, "Frissons")
    Le Samouraï d'Urakami, de Charles Haquet (Le Masque, "Labyrinthes")
    Le Fossé, d'Hervé Jaouen (Presses de la Cité, "Petits noirs")
    Le Dernier homme bon, de A. J. Kazinski (LGF, "Thriller")
    Les Romans meurtriers, de Tak-Hwan Kim (Philippe Picquier, "L'Asie en noir")
    Psychose sur Bernaudet, de Bernard Lahrant (Alain Bargain)
    Ça se corse à Lorient, de Firmin Le Bourhis (Alain Bargain)
    Les Visages écrasés, de Marin Ledun (Points, "Thriller")
    Moonlight Mile, de Dennis Lehane (Rivages, "Noir")
    Palas et Chéri-Bibi, de Gaston Leroux (Le Masque, "Labyrinthes")
    Africa Corse, de Christian Lestavel (Le Toucan, "Toucan noir poche")
    La Dernière trace, de Charlotte Link (J'ai lu, "Littérature générale")
    Confessions rennaises, de Valérie Lys (Alain Bargain)
    Alibi club, de Francine Matthews (Le Toucan, "Toucan noir poche")
    Du sang sur la toile, de Miyuki Miyabe (Philippe Picquier, "L'Asie en noir")
    Meurtre en la majeur, de Morley Torgov (Babel, "Noir")
    Un torse dans les rochers, de Helene Tursten (J'ai lu, "Policier")
    Le Prix de mon père, de Willy Uribe (Rivages, "Noir")
    Le Chemin de Damas. 1, de Gérard de Villiers (Gérard de Villiers, "SAS)
    Le Chemin de Damas. 2, de Gérard de Villiers (Gérard de Villiers, "SAS)
    Liens : L'Homme aux rubans noirs |Organes à tous les coups ! |De sang royal |Barcelone Noir |Orphelins de sang |¡Viva la muerte! |Trois semaines pour un adieu |La Ligne de tir |Le Silence des cloîtres |Le Dernier homme bon |La Sirène |Les Visages écrasés |Moonlight Mile |Alibi Club |Du sang sur la toile |Room Service |Meurtre en la majeur |Le Prix de mon père |Impures |L’Élixir des Templiers |Le Fossé |Pain perdu chez les vilains |Jean d'Aillon |Denis Alamercery |Pieter Aspe |Carmen Ospina |Patrick Bard |C.J. Box |Thierry Brun |Wilkie Collins |Robin Cook |Alicia Giménez Bartlett |Camilla Läckberg |Marin Ledun |Dennis Lehane |Gaston Leroux |Christian Lestavel |Francine Mathews |Miyuki Miyabe |Marc Pastor |Emmanuel Pierrat |Elvin Post |Jean-Jacques Reboux |Jean-Michel Roche |Willy Uribe |Manuel Vásquez Montalbán |Jean Vigne |Alfredo Colitto

Amours, délices et ogres

Jack l'éventreur, cela évoque forcément les brumes du Nord. Aussi, Marc Pastor, lorsqu'il a trouvé un faits divers sordide dans cette Barcelone qu'il connait bien s'est-il empressé de dépayser un tueur en série sous des cieux plus sudistes. Au début du XXe siècle (la période n'est pas anodine), sévit la criminelle Enriqueta Marti Ripolles, surnommée "la vampire". C'est une maquerelle qui s'est spécialisée dans l'enlèvement et la vente d'enfants afin de satisfaire les pulsions de bourgeois pervers. Cela n'inquiète pas outre mesure les autorités car ce sont des enfants pauvres, nés de prostituées, et la police corrompue à tous les étages de sa hiérarchie a mieux à faire avec les anarchistes, les agitateurs politiques, bref tous ceux qui empêchent le capitalisme florissant d'asseoir son pouvoir sur cette Espagne qui veut entrer dans la modernité.

La force de La Mauvaise femme réside justement dans ce coup de projecteur sur une mutation qui, si elle touche les élites, laisse sur le carreau de nombreux Espagnols. Le roman joue sur l'antagonisme entre la science et le progrès. On commence à parler d'empreintes, de recherches scientifiques, et le retard des populations où subsistent en pleine ville des rebouteux, des alchimistes, des potions concoctées avec des chairs d'enfants est de nos jours plutôt effrayant. Cette atmosphère de roman feuilleton, en concordance avec l'époque décrite (les tueurs en série sont presque des vampires, on se cache dans des taudis dignes de ceux décrits par Eugène Sue ou Ponson du Terrail) donne à La Mauvaise femme une ambiance gothique fascinante.

L'intrigue est renforcée par le fait que l'histoire basée sur des faits divers réels mais librement adaptée est racontée par la Mort qui intervient dès les premiers mots et donne ainsi le ton. Comme on s'aperçoit que le personnage central est un policier corrompu mais désireux de rendre justice aux pauvres, déchiré dans sa vie affective, cherchant la paix en s'endormant dans les bras des filles de mauvaise vie, on se doute que sa trajectoire sera fatale, ce qui renforce encore l'atmosphère lugubre qui baigne le récit. Face à lui, les "méchants" sont décrits avec soin, leurs actions ne sont pas occultées mais présentées avec leurs doutes et leurs faiblesses, et ils deviennent aussi vivants que le policier. Reconstitution solide d'une époque, vitalité des personnages, force de l'intrigue, La Mauvaise femme est un élément de plus prouvant la qualité et la force du roman policier espagnol.

Nominations :
Grand prix de la littérature policière - roman étranger 2012

Citation

Les vampires sont des créatures nocturnes qui se transforment en chauve souris et ont peur des croix. Vu le nombre d'églises qu'il y a dans les rues de cette ville, et étant donné qu'une bête de deux mètre d'envergure survolant les rues serait peu discrète, nous écarterons cette piste.

Rédacteur: Laurent Greusard dimanche 09 septembre 2012
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page