N'ouvre pas les yeux

Pas une balle ne toucha la mansarde. Mais le cœur a ses raisons. On retrouva Thérèse Maurion effondrée au pied du bahut, son fusil encore chaud en travers des varices.
Renaud Marhic - Korrigans connection
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Guerre est une ruse
Frédéric Paulin retrace avec intelligence l'histoire violente de l'Algérie entre 1992 et 1995, un...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

samedi 23 mars

Contenu

Roman - Thriller

N'ouvre pas les yeux

Psychologique - Médical MAJ vendredi 22 juin 2012

Note accordée au livre: 3 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 21,5 €

John Verdon
Shut Your Eyes Tight - 2011
Traduit de l'anglais (États-Unis) par Philippe Bonnet, Sabine Boulongne
Paris : Grasset, mai 2012
24 x 16 cm

Hector m'a tuer

Si le titre N'ouvre pas les yeux du romancier américain John Verdon évoque ceux d'Harlan Coben, c'est plutôt du côté de Jonathan Kellerman que lorgne ce hou-fais-moi-peur à base psychologique de cinq cent soixante-huit pages bien tassées. À la place d'Alex Delaware, on retrouve l'inspecteur David Gurney, le "flic à la retraite qu'on ressort du placard pour une affaire extraordinaire™" qui peuple ce genre de romans. Et l'affaire en question est hors du commun : le meurtre particulièrement sordide d'une mariée le jour de son mariage — et qui plus est, décapitée et disposée autour d'une table ! Tout semble accuser Hector Flores, le jardinier mexicain, mais celui-ci semble avoir disparu sans laisser de traces... Gurney se doute que ce coupable un peu trop évident cache quelque chose et découvre que le futur mari (veuf ?), le brillant psychiatre Scott Ashton, dirige une clinique s'occupant de jeunes femmes "difficiles" — et que la psychopathia sexualis semble être la clé de l'affaire. Or plusieurs jeunes femmes ont disparu après avoir fait part d'exigences démesurées auprès de leurs familles — toutes les mêmes, comme si elles s'étaient concertées ! Ont-elles fugué ou la réalité est-elle plus sordide ?

Les amateurs d'intrigues complexes et embrouillées prenant racines dans la psychologie complexe des personnages (à la Kellerman, donc) et de criminel diabolique seront ravis, même si, à force d'embrouiller le tout (il faut bien remplir ses presque six cents pages...), on frôle l'indigestion, même s'il n'y a pas d'invraisemblance flagrante (un travers un peu trop envahissant dans le thriller industriel mondialisé) et sait rester clair. Le tout avec une langue efficace, malgré parfois des considérations un brin capillotractées s'engageant dans un style quelque peu ampoulé, comme si l'auteur avait encore du mal à expliquer sa pensée. Simple scorie : si, contrairement à ce que prétend une quatrième emphatique, ce n'est pas le chef d'œuvre du siècle, le contrat avec le lecteur est rempli. Comme tout bon "livre d'aéroport", ce pavé se lit agréablement sans forcément rester en mémoire. Ce qui est déjà pas mal…

Citation

Madeleine lui avait dit une fois que sa vie se réduisait à une recherche obsessionnelle : éclaircir les mystères de la mort d'autrui. Rien de plus, rien de moins.

Rédacteur: Thomas Bauduret mardi 19 juin 2012
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page