Barjo

La régie finale envoie à l'antenne le dynamique jingle consacré à la chronique littéraire du jour. Celle que j'aurais du présenter ; je suis virtuellement morte, me dis-je dans une bouffée de lucidité depuis mon lit-corbillard.
Guillaume Perrotte - Temps mort
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Sang chaud
Voilà un étonnant roman de gangsters à la sauce coréenne. L'action se déroule à Guam, un quartier por...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

mercredi 19 février

Contenu

Roman - Aventure

Barjo

Psychologique MAJ jeudi 09 avril 2009

Note accordée au livre: 4 sur 5

Poche
Inédit

À partir de 12 ans

Prix: 12,5 €

Michael Coleman
Weirdo's war - 2008
Traduit de l'anglais par Ariane Bataille
Rodez : Le Rouergue, octobre 2008
268 p. ; 17 x 12.5 cm
ISBN 978-2-8415-6964-9
Coll. "DoAdo Noir"

King Kong contre Einstein

Prenez deux camarades de classes aussi antithétiques que Tozer, le blagueur pas très futé, mais costaud et Daniel Edwards, le cérébral, théoricien. Tous les deux ont un point commun : leur prof de gym, Jeff Axelmann, qui joue copain-copain avec tous les autres, les a choisis comme tête de turc. Pour les vacances de Pâques, les jeunes partent avec lui en randonnée pour développer leur esprit d'équipe. L'un des principes éducatifs d'Axelmann consiste à mettre ses deux victimes désignées en situation de dévoiler leur faiblesse, Tozer qui n'arrive pas à faire confiance, Daniel incapable de se mettre à la portée de Tozer pour faire un exercice. Ils deviennent la risée de leurs camarades. Et si Daniel supporte et assume plutôt bien sa solitude, Tozer a plus de mal à renoncer à son rôle d'amuseur, à sa place dans le groupe. Ce voyage scolaire va donc confronter King Kong à Einstein, comme les surnomme le prof, jusqu'à leur chute dans une grotte, par une journée d'orage, un troisième, blessé, à leurs pieds.
Ce roman est palpitant, riche de dialogues qui rendent bien les subtilités des relations entre les personnages, leur donnant une épaisseur intéressante. Il est subtilement construit avec des passages alternant le présent dans la grotte et la manière dont ce séjour infernal a commencé. On ne lâche pas le livre avant la fin, une aventure humaine dans une apocalypse météorologique.

Citation

À droite ce qui nourrit, à gauche ce qui sauve.

Rédacteur: Valérie Sebag jeudi 26 février 2009
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page