La Sirène

Au mieux, j'en ramènerai un dans un coma stade 4, c'est-à-dire à l'état de légume. Ce qui, je ne vous le cache pas, serait une avancée extraordinaire.
Laurent Maillard - Prélèvement obligatoire
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Tempête qui vient
Le titre de ce nouveau roman de James Ellroy, par ailleurs deuxième volet du "Second quatuor de Los Angel...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

samedi 14 décembre

Contenu

Roman - Thriller

La Sirène

Disparition - Assassinat MAJ jeudi 21 juin 2012

Note accordée au livre: 4 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 23,5 €

Le chant des enfants oubliés

Une nouvelle fois, Erica et Patrik auraient juste pu avoir envie de savourer un peu de la douceur de leur vie. Maja, leur première enfant, va désormais à la crèche. Patrik n'aura pas besoin de ranger très longtemps la poussette car Erica est à nouveau enceinte et la grande nouvelle est que pour sa seconde grossesse elle attend des jumeaux. Mais pour venir pimenter leur douce quiétude et mettre un peu de désordre dans le décor, ils ont toujours à portée de main plusieurs solutions efficaces. En premier il y a le métier de policier de Patrik, ensuite viennent les irrésistibles envies d'investigation d'Erica et surtout il ne faut pas oublier le lot de mystères qui flottent sur Fjällbacka. Il se passe toujours quelque chose susceptible de venir inlassablement perturber l'ordre public et la quiétude du lieu.

L'enquête sur laquelle planche Patrik et ses collègues du commissariat de Tanumshede est un cas de disparation. Volontaire ou involontaire, étrangement rien, ni personne, n'est capable de le dire. L'homme s'appelle Magnus Kellner, un quadragénaire marié et père de deux adolescents. Un matin, il a quitté son domicile comme d'habitude pour aller retrouver son compagnon de covoiturage. C'est sur cette courte période qu'il s'est évaporé. La disparation remonte maintenant à trois mois. Le temps ne joue pas en faveur de l'enquête car depuis plus rien, aucune avancée n'a pu expliquer une possible fuite, aucun indice n'a été trouvé permettant de suivre une éventuelle piste criminelle, mais surtout aucun cadavre n'a été découvert afin de démarrer vraiment les investigations. Le point sensible dans cette affaire est Cia, la femme de Magnus, qui depuis vit dans une angoisse permanente et vient tous les mercredis au commissariat. Pour toute l'équipe la démarche est vécue comme un moment difficile. Son désespoir les frappe de plein fouet, leur rappelant leur incapacité à avancer.
Pourtant, un jour, au hasard d'une promenade d'un homme et de son chien, le corps de Magnus va être découvert prisonnier des glaces. Le froid a aidé à la bonne conservation du corps. Des traces de coups encore bien apparentes montrent très vite que c'est une exécution.
Un évènement, a priori sans rapport, va venir compliquer l'affaire. C'est au moment de la sortie d'un livre que les choses vont prendre une autre dimension. L'auteur est Christian Tydell, La Sirène est son premier roman. Toutes les critiques sont unanimes, la parution est un véritable événement littéraire. Cette reconnaissance n'étonne guère Erica, elle qui est amie avec le nouvel écrivain et a suivi de près l'élaboration du manuscrit. Pourtant Christian ne va pas savourer pleinement ce moment rare et son nouveau statut. Au contraire, très vite, il apparait distant, presque perturbé par quelque chose. Depuis environ une année, il reçoit des messages anonymes, des phrases courtes et menaçantes semblant provenir de la main d'une femme.
Lorsque Patrik et ses collègues vont avoir connaissance des menaces, ils vont les prendre très au sérieux. Ils savent déjà que Magnus et Christian se connaissaient. Alors ces messages pourraient bien les mener sur la piste du meurtrier et peut-être éviter un second crime. Erica sent aussi que le danger n'est pas loin et à ses yeux, Christian semble cacher une partie des choses. Son instinct ne la trompe rarement, le passé l'a déjà plusieurs fois prouvé. Elle a l'impression étrange que les clés du mystère ne sont pas loin d'elle. En fouillant un peu, elle se sent capable de décrypter l'affaire, et ce n'est pas sa double grossesse qui va l'arrêter. Ce serait mal connaître Erica et sa terrible détermination.

Avec La Sirène, Camilla Läckberg signe le sixième volet des aventures de son couple fétiche. Dans cet épisode, la romancière suédoise remet plus Erica sur le devant de la scène et renoue ainsi avec les origines de la série en utilisant en tandem ses deux limiers, reprenant les parfaits ingrédients qui ont fait le succès de ses livres. Elle réussit parfaitement bien à utiliser les traits de caractères différents mais complémentaires de ses héros. Surtout elle a trouvé le juste équilibre pour mettre de côté l'aspect un peu trop incursion au sein du cocon familial, balayant l'impression plan-plan au profit de l'action plus présente. En fond d'histoire, elle utilise avec toute sa sensibilité l'univers multiple et mystérieux de l'enfance pour nous en faire comprendre doucement toute l'importance. Pour elle, c'est là l'origine du véritable monde des adultes, le moment privilégié où se détermine à jamais la nécessaire construction des valeurs des adultes face à l'aveuglement de certains et à tous les esprits retors. C'est le nid de toutes les souffrances et surtout de celles qui ont tant de mal à sortir au grand jour. Pour nous guider sur ce chemin, Camilla Läckberg intercale entre certains chapitres des courts passages en mode flashback, principe assez souvent usité mais qui lui permet de faire monter la tension et de nous emmener petit à petit à regarder l'horreur oubliée ou trop longtemps cachée se mettre en place. Son talent est aussi de venir contrebalancer l'intensité de son récit par des notes d'humour comme les rapports savoureux entre Patrik et son incapable mais très prétentieux chef. Cela vient rythmer le récit de tranches du quotidien pour contrebalancer avec cette plongée dans le passé.
La Sirène est sans conteste l'un des opus les mieux construits, peut-être le plus prenant où elle réussit à nous embarquer pour une triste ballade suédoise.

Citation

Nuage Furieux ne bougea pas et ce fut à cet instant que sa haine surgit. Il n'aurait pas su lui-même donner un nom à ce qu'il ressentait. Mais il savait que c'était un sentiment agréable tout en étant très douloureux.

Rédacteur: Fabien Maurice mardi 19 juin 2012
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page