Dolla

Le chevalier Mallock avait un nouveau dragon à combattre. Qu'on se rende aux écuries, qu'on fasse seller son cheval, que ses écuyers lui passent jambières et cubitières, et qu'ils fourbissent ses armes !
Mallock - Les Larmes de Pancrace
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Guerre est une ruse
Frédéric Paulin retrace avec intelligence l'histoire violente de l'Algérie entre 1992 et 1995, un...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

mercredi 26 juin

Contenu

Roman - Noir

Dolla

Politique - Social MAJ lundi 23 mars 2009

Note accordée au livre: 3 sur 5

Poche
Inédit

Tout public

Prix: 9 €

Françoise Laurent
Bihorel : Krakoen, février 2008
248 p. ; 17 x 11 cm
ISBN 978-2-916330-26-6
Coll. "Forcément noir"

La dérive psychosociale des laissés pour compte de Mai 68

Dolla est morte. Après son opération de la hanche. La mort peut-elle servir à quelque chose ? Sa mort ? Même à l'âge mesquin du retour des couches culotte… Autour du cercueil, les papy-boomers font les comptes. Heureux comme des survivants, à grappiller l'aumône de pensions dérisoires dans cette communauté post-hippie qu'ils ont remontée sur le tard, pour ne pas mourir plus miséreux encore. Que faire des "caisses de retraite" qui traînent en France ? Les tuer ? Peut-être. On meurt du reste d'un coup beaucoup autour d'eux. Au fait, Dolla, de quoi est-elle morte au juste ? D'impasses politiques en impasses sociales, de renoncement en renoncement, pas sûr qu'elle soit morte des suites d'une complication médicale, finalement. Dans le vieux moulin acheté pour survivre, Igor, l'ex-mao établi qui s'habille toujours chez Emmaüs, droit dans ses tiags, la fumette par contestation et les bêta-bloquants par nécessité, illustre le propos à merveille. D-died ponctué des cris de désespoir d'Augustin, le mec de Dolla, qui désile sinon dégrise. Comme le disait ce bon vieux Lénine : les faits sont têtus, et les faits, aujourd'hui, c'est que ces morts ne sont pas naturelles.
Lévis et Clarks en référence, devenus today des produits de luxe pour bobo en manque de frisson idéologique, Dolla est comme le récit d'une agonie – au sens grec du terme : âgon, le combat. Dernier combat donc, qu'on opposerait volontiers au récit trop bien léché de Robert Linhart, L'Établi , ce chef-d'œuvre littéraire de la bourgeoisie maoïste française. Le roman piste une voie que Krakoen creuse sans trop y réfléchir, celle des enfants perdus de Mai 68 qui, sans position sociale, militaient par passion et non par calcul. Creusez, les Krakoen : cette voix ne s'est pas suffisamment fait entendre !

Citation

Un détail, oui, la mort de Dolla. Et aujourd'hui, ce détail m'explose à la gueule et au cœur.

Rédacteur: Joël Jégouzo dimanche 01 mars 2009
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page