Tu ne te souviendras pas

Nous avions quatorze ou quinze ans, et ce n'est pas l'âge de la générosité
Stéphanie Benson - Shooting Star
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Vigilance
Dans un futur proche et indéterminé des États-Unis, une émission de téléréalité captive les populations :...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

lundi 26 octobre

Contenu

Roman - Thriller

Tu ne te souviendras pas

Tueur en série - Énigme - Disparition MAJ lundi 16 juillet 2012

Note accordée au livre: 3 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 21,3 €

Sebastian Fitzek
Das Kind - 2008
Traduit de l'allemand par Jean-Marie Argelès
Paris : Archipel, octobre 2010
346 p. ; 24 x 16 cm
ISBN 978-2-8098-0378-5

Actualités

  • 02/04 Prix littéraire: Sélection d'avril du Prix des lecteurs du LDP
  • 02/03 Édition: Parutions de la semaine - 2 mars
  • 26/11 Radio: Sebastian Fitzek vu par Bob Garcia
    Tu ne te souviendras pas dit le titre... Bob Garcia, en tout cas, se souvient très bien de sa lecture du dernier roman de Sebastian Fitzek paru en octobre dernier aux éditions de L'Archipel*, qu'il évoque dans sa chronique du mercredi 24 novembre.
    Un garçonnet de dix ans, atteint d'une tumeur au cerveau, est hospitalisé. Un jour il annonce qu'il est l'auteur de plusieurs crimes commis... quinze ans auparavant. On serait enclin à penser qu'il s'agit de visions délirantes dues à sa maladie, mais l'enfant fournit quantités d'indices sur ces meurtres et l'on retrouve effectivement des cadavres aux endroits qu'il décrit. Une infirmière, qui s'est attachée à lui, fait appel à son ex petit ami, l'avocat Robert Stern, pour tirer cette affaire au clair.
    Inquiétant, troublant, et terrifiant par moments, ce roman est, d'après Bob Garcia, d'une redoutable efficacité pour ce qui est de scotcher son lecteur. "On est à mi-chemin entre le rêve et la réalité, on se demande si l'auteur ne va pas lorgner du côté du fantastique", explique-t-il. Résultat de cette très étrange histoire : un Bob Garcia captivé-happé par ce roman au suspense magistralement entretenu et qui, comme à l'accoutumée, excelle à communiquer son enthousiasme. Peu avant de conclure, pour préciser les idées des auditeurs et situer cet auteur allemand, il le compare à Franck Thilliez - référence de choix qui achèvera de convaincre quiconque serait, par extraordinaire, encore un peu frileux à l'égard du roman à ce point de la chronique...
    Deux autres romans de Sebastian Fitzek sont à découvrir, également publiés aux éditions de L'Archipel : Thérapie et Ne les crois pas !.

    Tu ne te souviendras pas de Sebastian Fitzek (traduit de l'allemand par Jean-Marie Argelès), L'Archipel, octobre 2010, 350 p. - 20,99 €.
    Liens : Bob Garcia |Franck Thilliez |Sebastian Fitzek

Affaires impossibles

Il est typique que, par ce titre et son esthétique, les éditions de l'Archipel tentent de récupérer les lecteurs d'Harlan Coben. Outre-Rhin, Sebastian Fitzek fait tout pour en être le pendant. Un pendant et non un ersatz, car Harlan Coben a tant tendance à se répéter que Sebastian Fitzek en devient une alternative plus que respectable. Dans Tu ne te souviendras pas, on y trouve la thématique toute cobénienne de l'homme de la rue devant débrouiller une situation en apparence impossible. Ici, l'avocat berlinois Robert Stern doit résoudre deux énigmes. D'abord celle de Simon, un enfant de dix ans s'accusant d'une série de meurtres commis... il y a quinze ans ! Et pourtant, Robert Stern découvre un cadavre à l'endroit précis où Simon l'a situé... Comment pouvait-il le savoir ? Enfin, Robert Stern reçoit un DVD récent montrant son fils en pleine santé... Un fils qui est pourtant mort des années plus tôt ! Ce qui, il faut bien le reconnaitre, évoque fortement Ne le dis à personne du sus-mentionné Harlan Coben, et toute cette partie de l'intrigue, jusqu'à sa résolution, se rapproche du roman excellemment porté à l'écran par Guillaume Canet. Sebastian Fitzek s'en tire en multipliant personnages et situations, et si son intrigue est dérivative et un rien confuse, au moins la résout-il de façon convaincante avec même un petit côté "meurtre impossible" pas désagréable.

Citation

Sophie ne comprenait pas pourquoi Robert la tirait du lit pour lui énumérer les facteurs de risque concernant la mort subite du nourrisson. Ce mystérieux terme générique avait beau désigner environ quarante pour cent des cas de mortalité postnatale, les causes du phénomène restaient largement inconnues.

Rédacteur: Thomas Bauduret lundi 16 juillet 2012
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page