Agence Hardy - 7 : Les Diamants fondent au soleil

Des méchants vont dénoncer de pauvres gens en les accusant d'être hérétiques et on les jettera en prison sans même savoir s'ils sont protestants ! Chacun aura licence de tuer son voisin ou son ennemi en le déclarant suppôt de Calvin ou du Béarnais. Et les premiers qui seront dépouillés, ce sera nous parce qu'on a de l'argent !
Jean d'Aillon - Récits cruels et sanglants durant la guerre des trois Henri
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Guerre est une ruse
Frédéric Paulin retrace avec intelligence l'histoire violente de l'Algérie entre 1992 et 1995, un...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

lundi 26 août

Contenu

Bande dessinée - Policier

Agence Hardy - 7 : Les Diamants fondent au soleil

Historique - Disparition MAJ jeudi 06 septembre 2012

Note accordée au livre: 3 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 11,99 €

Pierre Christin (scénario), Annie Goetzinger (dessin)
Annie Goetzinger (coloriste)
Paris : Dargaud, juin 2012
48 p. ; illustrations en couleur ; 30 x 23 cm
ISBN 978-2205-06709-5

Une enquête à la tonalité délicieusement désuète

Avec Agence Hardy, Pierre Christin privilégie un style de série policière qui fleure bon un classicisme proche de l'âge d'or des Reines Historiques du Crime. Il entraine son lecteur dans des intrigues bien troussées, servies par la mise en images parfaitement appropriée d'Annie Goetzinger.
Édith Hardy est la directrice d'une modeste agence, sise dans le XIIe arrondissement de Paris, fondée par son mari disparu, depuis, dans un naufrage.

En ce mois de février 1960, Victor, son assistant, part pour Alger à la recherche de Rosa, sa fiancée journaliste pour Combat. Il est très inquiet. Elle n'a donné de nouvelles à personne depuis quelque temps.
Édith retrouve un client, un joaillier célèbre de la place Vendôme. Celui-ci a connu le mari d'Édith, quand ce dernier était l'agent de change de la famille Levy-Sanders, bien avant la Seconde Guerre mondiale.
Les bijoux ont disparu en même temps que les membres de cette famille, engloutis dans le maelström du conflit. Aussi, quand une pierre réapparait, le bijoutier veut savoir comment. Édith se lance sur une piste pleine de surprises qui commence chez un brocanteur...

Pierre Christin, avec son héroïne, continue d'explorer les conséquences de la Seconde Guerre mondiale. Dans cet album, il traite des fortunes que les riches familles transformaient pour en disposer facilement dans le bouillonnement occasionné par la guerre qui se préparait. Nombre de ces familles avaient transformé une partie de leur avoir en des richesses facilement transportables, dissimulables. Mais, si celles-ci présentaient l'intérêt de concentrer en un faible volume des valeurs importantes, elles pouvaient plus facilement disparaître.
Parallèlement, avec l'assistant de son héroïne, Pierre Christin aborde le sujet d'actualité brulante dans le début des années 1960 : la guerre d'Algérie et sa cohorte de drames.
Toutefois, si les sujets retenus par l'auteur sont intéressants, leur traitement reste un peu en deçà. On ne retrouve pas le scénariste brillant de Léna, ni, bien sûr, celui de Laureline et Valerian. On a le sentiment que l'auteur s'ennuie à monter cette histoire, sentiment que l'on retrouve dans le scénario un peu terne de l'album précédent.

Par contre, le graphisme de très bonne facture est assuré par Annie Goetzinger, une dessinatrice qui se fait trop rare. Elle nous offre une reconstitution attrayante des années 1960, tant pour la mode que les objets du quotidien. Elle donne à l'héroïne cet aspect guindé de bourgeoise et une coiffure laquée, véritable casque que la mode imposait aux femmes.

Les diamants fondent au soleil n'est pas le meilleur scénario de Pierre Christin. On y trouve cependant matière à intérêt, un intérêt rehaussé par le graphisme attractif d'Annie Goetzinger.

Citation

C'est un petit voleur qui nous l'a refilée. Ça ne vaut pas tripette à mon avis, trop gros pour être une pierre rare...

Rédacteur: Serge Perraud mercredi 18 juillet 2012
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page