Cool

On dirait presque qu'il y a un soulagement suicidaire dans le pays. L'abcès est enfin crevé. Haïssez-vous les uns les autres. Craignez-vous les uns les autres
Jérôme Leroy - Le Bloc
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Vigilance
Dans un futur proche et indéterminé des États-Unis, une émission de téléréalité captive les populations :...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

vendredi 23 octobre

Contenu

Roman - Thriller

Cool

Social - Mafia - Guerre - Drogue MAJ vendredi 28 septembre 2012

Note accordée au livre: 2 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 21,5 €

Don Winslow
King of Cool - 2012
Traduit de l'anglais (États-Unis) par Freddy Michalski
Paris : Le Seuil, septembre 2012
382 p. ; 23 x 14 cm
ISBN 978-2-02-1084220-7
Coll. "Policiers"

Actualités

  • 09/10 Site Internet: Don Winslow sur Bibliobs
  • 05/10 Édition: Parutions de la semaine - 5 octobre
    Pleins feux sur les éditions Rivages qui avec Bill James, Elmore Leonard et un étrange duo composé de Ken Bruen et Reed Farrel Coleman proposent trois romans délectables. Le premier vaut le détour ne serait-ce que parce qu'il reprend ce qui a fait le succès des littératures romantiques du XIXe siècle : c'est un roman épistolaire (mais noir). Les nouveaux romans de Marin Ledun (chez Ombres noires, un nouvel éditeur), Elizabeth George, Donna Leon, Peter May, Arni Thorarinsson, Pierre Lemaitre et Don Winslow arrivent sur les tables avec des avis très partagés. Winslow et George cèdent ainsi aux facilités américaines. C'est de l'efficace mais sûrement pas du dérangeant, du déstabilisant. Du neuf fait avec du vieux. Et c'est bien dommage. Le Seuil publie des nouvelles mettant en scène Wallander, le personnage de Henning Mankell, pendant que L'Opportun en dégotte cinquante de Maurice Leblanc. Rayon des rééditions poche, nous ne saurions vous conseiller de vous plonger dans Paperboy, de Pete Dexter ou L'Affaire Vargas, de Fernando Pessoa. Pour les amateurs, il y a aussi les romans de Philip Kerr, Ian Rankin et Robert Littell. Très différents dans leurs genres, mais sobres et efficaces...

    Grand format :
    L'Ange du matin, de Arni Thorarinsson (Métailié, "Noir")
    Mauvais pas, de Linwood Barclay (Belfond, "Noir")
    Ce bonheur trop parfait, de Suzanne Bugler (Presses de la Cité, "Suspense psychologique")
    Comme au cinéma : petite fable judiciaire, de Hannelore Cayre (Métailié)
    Jeunes pousses en folie, de Jean Céa (L'Harmattan)
    Ligne de mire. 1, de Tom Clancy (Albin Michel, "Thrillers")
    Ligne de mire. 2, de Tom Clancy (Albin Michel, "Thrillers")
    Mauvaises fréquentations, de Marcia Clark (Albin Michel, "Spécial suspense")
    Le Souilleur de femmes d'Oxford : et autres cas mystérieux du Dr Henry St Liver, de Gary Dexter (Le Dilettante)
    L'Automne meurtrier, de Andrea Ellison (Mosaïc)
    Un goût de cendres, de Elizabeth George (Presses de la Cité, "Sang d'encre")
    La Ronde des mensonges, de Elizabeth George (Presses de la Cité, "Sang d'encre")
    Lettres de Carthage, de Bill James (Rivages, "Thriller")
    Beau parleur, de Jesse kellerman (Les 2 Terres, "Best-seller")
    Freezing, de Clea Koff (Héloïse d'Ormesson)
    Nouvelles inédites, de Maurice Leblanc (L'Opportun)
    Dans le ventre des mères, de Marin Ledun (Ombres noires)
    Sacrifices, de Pierre Lemaître (Albin Michel, "Thrillers")
    Les Joyaux du paradis, de Donna Leon (Calmann-Lévy)
    La Faille souterraine : et autres enquêtes, de Henning Mankell (Le Seuil, "Policier")
    Le Braconnier du lac perdu, de Peter May (Le Rouergue, "Noir")
    La Politique du tumulte, de François Médéline (La Manufacture de livres)
    Le Murmure de l'ogre, de Valentin Musso (Le Seuil)
    Sonate pour un espion, de Jean-Pierre Pochon (Robert Laffont)
    Les 500, de Matthew Quirk (Le Cherche midi, "Thriller")
    L'Évadée du bocal, de Patty Siyha (Chloé des Lys)
    Cool, de Don Winslow (Le Seuil, "Policier")
    Aventure de Newton Poppleford : le jeu des 7 terreurs, de Gordon Zola (Le Léopard démasqué)

    Poche :
    Et l'ange de Reims grimaça, de Jean-Pierre Alaux (10-18, "Grands détectives")
    Va, brûle et me venge !, de Philippe Bouin (Archipoche, "Archipoche")
    Tower, de Ken Bruen & Reed Farrel Coleman (Rivages, "Noir")
    Lazhadeg, de Maxime Chattham (Hor Yezh)
    Un père idéal, de Paul Cleave (LGF, "Thriller")
    Caïds, de Martina Cole (LGF, "Thriller")
    Paperboy, de Pete Dexter (Points, "Roman noir")
    Les Yeux de Lira, de Eva Joly & Judith Perrignon (Points)
    Jusqu'à la folie, de Jesse Kellerman (J'ai lu, "Thriller")
    La Paix des dupes : un roman dans la Deuxième Guerre mondiale, de Philip Kerr (LGF, "Policier")
    L'Élixir du diable, de Raymond Khoury (Pocket)
    La Parole perdue, de Frédéric Lenoir & Violette Cabesos (LGF, "Thriller")
    Cat Chaser, d'Elmore Leonard (Rivages, "Noir")
    Philby : portrait de l'espion en jeune homme, de Robert Littell (Points, "Policier")
    Le Mensonge dans la peau : la ruse de Bourne, de Eric van Lustbader (LGF, "Thriller")
    les Charmants travers de nos semblables, d'Alexander McCall Smith (10-18, "Grands détectives")
    L'Affaire Vargas, de Fernando Pessoa (Folio)
    Lost Girls, de Andrew Pyper (Points, "Thriller")
    Exit music, de Ian Rankin (LGF, "Policier")
    Panique à Bamako, de Gérard de Villiers (Gérard de Villiers, "SAS)
    Satori, de Don Winslow (Points, "Policiers")
    Liens : Va, brûle et me venge ! |Un père idéal |La Ronde des mensonges |L'Élixir du diable |Philby : portrait de l'artiste en jeune homme |Le Braconnier du lac perdu |Exit Music |Satori |La Politique du tumulte |Tower |Les 500 |Jusqu'à la folie |Freezing |La Faille souterraine et autres enquêtes |Les Joyaux du paradis |Jean-Pierre Alaux |Árni Thórarinsson |Linwood Barclay |Philippe Bouin |Ken Bruen |Hannelore Cayre |Maxime Chattam |Paul Cleave |Martina Cole |Pete Dexter |Elizabeth George |Bill James |Jesse Kellerman |Philip Kerr |Raymond Khoury |Maurice Leblanc |Marin Ledun |Pierre Lemaitre |Donna Leon |Elmore Leonard |Robert Littell |Henning Mankell |Peter May |Alexander McCall Smith |Valentin Musso |Ian Rankin |Don Winslow |Gordon Zola |François Médéline |Clea Koff

Prequel prétexte

Chon, Ben et O. Le trio découvert dans Savages est ici reformé non dans une suite mais dans un prequel. Que s'est-il passé avant que Savages nous emmène à mi-chemin entre culture et barbarie ? Cool, le nouveau roman de Don Winslow y répond forcément et d'entrée place le décor - en cela Don Winslow est un récidiviste car il s'était déjà attaqué à un prequel de Shibumi, roman de l'auteur Trevanian.

Son premier chapitre affirme l'hérédité de ton : "Fuck me" est en effet le pendant échotier au "Fuck you" de Savages. Pas surprenant, normal ou ordinaire. À tel point que durant près de cinquante pages, loin d'être dépaysé, on se demande si l'on n'est pas en train de relire la même histoire. Et ce même si ce prequel nous offre un prequel dans le prequel. Là où Savages nous embarquait dans une histoire sans se retourner sur son passé, Cool explique le présent par le passé. Et c'est un long regard nostalgique et froid sur les années 1960-1970 avec en toile de fond Woodstock, Crosby, Stills, Nash & Young, le cannabis léger, les petites infractions qui conduisent au moyen banditisme, et toujours le surf. Ou comment une fratrie pacifique a engendré au propre comme au figuré notre trio de cultivateurs d'hydro, ce cannabis qui pousse hors sol.

O. ne couche pas encore avec Chon, mais pour énerver sa mère se met en quête de son père. Chon, lui, est entré dans l'armée et appartient à des forces spéciales en lutte contre AQ, le grand ennemi terroriste américain. Ne reste que Ben pour gérer le quotidien d'un trafic sans trop de prétentions si ce n'est qu'il suscite l'intérêt de la mafia qui entend bien prélever son impôt. Mais Ben est butté, puis déstabilisé, enfin désemparé. Alors il fait appel à un agent de la DEA. Mais les solutions les plus simples, ne sont pas forcément les meilleures. Chon a mis en branle une machine aux multiples engrenages qui n'attendent que de lui broyer les doigts. D'autant que dans le cas qui nous préoccupe, la dope est une histoire de famille et d'arrivisme.

Et Don Winslow de tisser un canevas, de tenter de rendre complexes les relations entre ses personnages, d'y jouer de l'interdépendance et de la dure logique factuelle. Mais si l'idée est intéressante, l'ensemble a du mal à prendre. Cette œuvre avant l'œuvre ne surprendra pas. Sa structure et sa prose sont en tous points similaires à celles de Savages, le côté novateur forcément en moins. Les personnages sont en tous points fidèles à ce qu'ils deviendront. Et Don Winslow nous maquille tout ça avec une haute dose de culture américaine à travers les dernières générations perdues issues des malheureuses grandes guerres des soixante première années du XXe siècle. Distrayant sans être révolutionnaire, Cool est une bonne lecture de plage sauf qu'il sort à la rentrée...


On en parle : La Tête en noir n°159

Citation

Ben a la conviction que répondre à la violence par la violence ne génère que plus de violence alors que Chon croit fermement que répondre à la violence par la non-violence ne génère que plus de violence, avec, pour preuve à l'appui, toute l'histoire de l'humanité.

Rédacteur: Julien Védrenne lundi 14 janvier 2013
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page