Le Fantôme de l'Opéra - Première partie

L'île de Berhala. C'est ici que, durant neuf mois, femmes et enfants de Sandakan furent retenus, affamés, dans un état de dégradation qui serait le leur tout au long de leur détention. C'est ici que nous ressentîmes pour la première fois, la plus cruelle des souffrances que la guerre inflige aux femmes : le vide solitaire et sans espoir d'une vie sans amour.
Jean Negulesco - Captives à Bornéo
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Guerre est une ruse
Frédéric Paulin retrace avec intelligence l'histoire violente de l'Algérie entre 1992 et 1995, un...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

mardi 18 décembre

Contenu

Bande dessinée - Policier

Le Fantôme de l'Opéra - Première partie

Fantastique - Énigme - Chantage MAJ vendredi 10 août 2012

Note accordée au livre: 5 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 14,1 €

Christophe Gaultier (scénario & dessin)
Scénario adapté de l'œuvre de Gaston Leroux
Marie Galopin (coloriste)
Paris : Gallimard, mars 2011
56 p. ; illustrations en couleur ; 32 x 24 cm
ISBN 978-2-07-063170-4
Coll. "Fétiche"

Frollo à l'Opéra Garnier

Il y a dans cette première partie de l'adaptation du Fantôme de l'Opéra, de Gaston Leroux par Christophe Gaultier un petit quelque chose du Notre-Dame de Paris, de Victor Hugo. Non content d'aller puiser chez Toulouse-Lautrec pour les danseuses et acteurs de ce drame en deux actes, Christophe Gaultier en effet, à l'heure de clôturer ce premier épisode sur les toits de l'Opéra Garnier réalise quelques très jolies planches qui ne sont pas sans rappeler la confrontation du haut de la cathédrale parisienne entre Frollo et Esmeralda. L'aspect gothique avec la dissimulation du personnage du fantôme renforce cette idée. La beauté d'Ingrid s'y ajoute. Tout au long de cet album, Christophe Gaultier épouse l'intrigue de Gaston Leroux. On découvre avec lui l'Opéra Garnier tout en couleurs victime de malheureux événements pendant les représentations de sa diva. Il y a ce machiniste retrouvé mort étranglé, et puis ce lustre qui se détache faisant six morts. La passation de pouvoir entre les deux directeurs est orchestrée par les desiderata du fantôme qui exige vingt mille francs mensuels et la loge numéro cinq. Mais le nouveau directeur ne l'entend pas ainsi. Il s'oppose insouciant. Dans le même temps, le Fantôme est tombé amoureux de la belle Ingrid qui n'a que d'yeux pour son ami d'enfance Pierre. Un trio dramatique et romanesque conduit de main de maître par Christophe Gaultier dans un album très en mouvement en contraste avec les visages tristes de ses personnages aux traits anguleux. Ensemble, nous découvrons les bas-fonds d'un monument mythique aux multiples chausse-trapes et passages secrets. Le moindre bruit nous fait frémir. Le moindre mouvement nous rappelle comment les lieux sont dangereux. Le Fantôme et son visage de mort sont effrayants et pourtant touchants. Une vraie réussité.

Illustration intérieure

Pierre assiste fasciné à une représentation à l'Opéra. (Extrait p. 7)


Citation

Ceci est mon dernier jour de liberté. Si demain à minuit je ne viens pas à lui, il viendra me chercher avec sa voix ensorcelante... Il m'entrainera sous terre avec lui ! Il me dira encore qu'il m'aime, il se jettera à mes pieds, et les larmes couleront de ses orbites noires ! Je ne peux plus voir cela ! C'est insupportable ! Je lui appartiens, je suis perdue !

Rédacteur: Julien Védrenne mercredi 08 août 2012
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page