Asthénie

L'entrée du tribunal s'était métamorphosée en un véritable champ de bataille. Les chevaliers, deux par deux, affrontaient une multitude d'ennemis sous un déluge de tirs.
Éric Debeir - Le Dix-septième
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Guerre est une ruse
Frédéric Paulin retrace avec intelligence l'histoire violente de l'Algérie entre 1992 et 1995, un...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

dimanche 25 août

Contenu

Bande dessinée - Thriller

Asthénie

Fantastique - Psychologique MAJ jeudi 12 mars 2009

Note accordée au livre: 4 sur 5

Grand format
Inédit

À partir de 15 ans

Prix: 13,5 €

Joël Callède (scénario), Roland Pignault (dessin)
Véronique Sutter (coloriste)
Marcinelle : Dupuis, janvier 2009
56 p. ; illustrations en couleur ; 32 x 24 cm
ISBN 978-2-8001-4250-0
Asthénie, 1

Ce qu'il faut savoir sur la série

Que faire lorsque la vie n'est plus qu'une continuelle lutte contre une fatigue inexplicable et prolongée ? C'est l'angoissant problème, devenu quotidien, d'un brillant avocat américain.

Debout les morts !

Jason Newman a beau être l'avocat le plus glamour de la côte Est, il a en ce moment une sale tête, et pour cause : il ne dort plus depuis trop longtemps. Aucun traitement n'y fait : sa vie sociale et professionnelle commence à s'en ressentir, et sa vie amoureuse part en lambeaux. C'est pourtant sur le conseil de son dernier amour en date, Carol, qu'il consulte un neurobiologiste de renom, aux méthodes thérapeutiques révolutionnaires. Et miracle : Jason Newman dort... Mais c'est une activité loin d'être de tout repos puisque des cauchemars arrivent, et le poursuivent en plein jour...

Callède fait partie de cette nouvelle génération de scénaristes, inventeurs d'histoires rythmées au suspense efficace, et qui n'hésitent pas à emprunter des chemins de traverse en s'attaquant à des sujets un peu hors du commun. C'est encore le cas avec "Asthénie" où le personnage principal, confronté à une insomnie quasi-permanente, voit sa vie basculer petit à petit vers d'étranges horizons. Premier tome oblige, il reste des zones d'ombres dans cette histoire, mais le mystère est attrayant. On entre facilement dans la peau du personnage de Jason et, assez vite, on est épuisé à sa place. Le dessin de Pignaut, tout en hachures et ombres, dévoile parfaitement le côté inquiétant de l'état psychique du héros, une part d'inquiétude accentuée par les couleurs très réussies de Véronique Sutter. L'angoisse est donc au coin de la rue, et quand on voit Newman s'aventurer dans Elm Street, il n'est pas difficile d'imaginer que des griffes ne vont pas tarder à venir déchirer la nuit... Non ? Une nouvelle série à lire toutes lumières allumées, juste au cas où...


On en parle : L'Ours polar n°49

Citation

- Un problème, maître ? 
- Un souci d'ordre privé... Appelez et tenez-moi au courant... Ah vous penserez aussi à m'amener un café bien fort... La journée risque d'être longue... 

Rédacteur: Frédéric Prilleux jeudi 05 mars 2009
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page