Lucifer code

Bel quant à lui était un caniche, court sur pattes, toiletté en lion et la dentition agressive à l'extrême. Une lueur au fond de ses yeux hurlait qu'il était petit mais méchant.
Annabelle Léna - Enfin (tous) réunis
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Guerre est une ruse
Frédéric Paulin retrace avec intelligence l'histoire violente de l'Algérie entre 1992 et 1995, un...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

lundi 26 août

Contenu

Roman - Thriller

Lucifer code

Politique - Historique - Ésotérique MAJ vendredi 21 septembre 2012

Note accordée au livre: 4 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 19,9 €

Charles Brokaw
The Lucifer Code - 2010
Traduit de l'anglais (États-Unis) par Marie Boudeweyn
Paris : Calmann-Lévy, janvier 2012
376 p. ; 23 x 15 cm
ISBN 978-2-7021-4276-9
Coll. "Suspense"

La linguistique mène à tout

Thomas Lourds, un linguiste réputé, arrive à Istanbul, invité par son amie Olympia, pour prononcer une conférence à l'université. À l'aéroport, il est abordé par Kristine, une ravissante rousse, qui veut lui faire dédicacer son best-seller, Sex and the City antique. À la sortie, un groupe d'hommes surgit, des agents recrutés par Dawson, l'âme damnée d'Eliott Webster, le vice-président des USA. Kristine, qui n'est autre que Cleena MacKenna, une ancienne de l'IRA, le fait monter sans ménagements dans un 4 X 4 qui arrive.
Ils sont pris en chasse par des véhicules et... un hélicoptère. La bataille fait rage et Cleena protège de son mieux le professeur. Celui-ci, agacé, manifeste son mécontentement. Il est drogué et se réveille dans un souterrain. Là, Qayin, le commanditaire de son enlèvement, lui demande de traduire un mystérieux cahier et lui donne vingt minutes pour le convaincre de sa capacité à le faire. La situation se détériore encore quand les ravisseurs tentent de tuer Cleena pour ne pas la rémunérer. Elle entraine Thomas dans une fuite aveugle. Ils sont secourus, à un moment crucial par une nouvelle équipe et le professeur finit par tomber dans les mains de la police. Après des explications peu convaincantes, il peut enfin rejoindre son hôtel où l'attend Olympia avec qui il entretient de tendres relations épisodiques.
Aux USA, le vice-président part en mission en Arabie Saoudite où le roi et le prince héritier ont été assassinés dans un attentat... qu'il a lui-même commandité.

Un spécialiste en textes anciens, une secte énigmatique, deux groupes qui cherchent à percer le secret d'un document dans le but de semer le chaos, servent de point de départ au roman de Charles Brokaw. Il entraine son lecteur dans un thriller au rythme endiablé, une intrigue nerveuse, avec un déferlement de combats, de poursuites, de péripéties qui s'enchainent sans rupture.
Il enclenche une débauche de moyens techniques, de logistique sophistiquée, de prise de contrôle de réseaux informatiques, vidéo, de surveillance, même les plus "protégés". Les hackers officiels et officieux s'en donnent à cœur joie.

Le romancier mène son récit en mixant ésotérisme et actualité, des ingrédients qui permettent de structurer son odyssée. Il met en scène quelques thèmes classiques du genre comme un texte caché qui contient des données mortelles pour l'humanité, Jean de Patmos connu aussi comme auteur de L'Apocalypse, des groupes religieux aux objectifs obscurs, une ancienne civilisation... Il introduit des données géopolitiques brûlantes comme l'approvisionnement en pétrole des pays émergents, la guerre religieuse entre les Sunnites et les Chiites qui divise l'Islam et explique les conflits qui secouent tous les pays où cette religion est prédominante.

Pour porter son intrigue, il prend pour héros un linguiste d'âge mûr qui traverse, cependant, les épreuves physiques sans trop de dommages. Il en fait un grand amateur du genre féminin, celui-ci étant sensible à sa prestance et à la passion qui l'anime pour la connaissance. Les principaux intervenants sont construits pour jouer leur rôle dans un thriller avec ce qu'il faut de bases convenues, mais apportent une touche supplémentaire qui donne de l'attrait aux personnages.
Il prend du recul, use du second degré en faisant de son héros un grand amateur de romans d'action et en le faisant se moquer comme : "Il leur venait toujours des idées lumineuses, aux héros de ces bouquins."
Charles Brokaw évoque Istanbul et Constantinople, son histoire, sa situation actuelle avec cette place assise sur deux continents, avec passion et érudition.

Mélange d'Indiana Jones pour les liens avec le passé, d'ailleurs le héros porte en toutes circonstances un chapeau de baroudeur, de James Bond pour l'actualité, Lucifer code, après Atlantis code, (Calmann-Lévy, 2010) relate la seconde aventure de Thomas Lourds.
Ce roman est une heureuse surprise pour la tonicité de son intrigue, pour le rythme des péripéties. Il renoue avec une littérature d'action à l'état pur. Un régal !

Citation

Ses trépidantes aventures lors de sa quête de l'Atlantide perdue ne lui avaient malheureusement pas donné la résistance physique et mentale nécessaires pour supporter coups de feu et passages à tabac à répétition. Il préférait de loin en lire le récit dans les polars qu'il affectionnait tant.

Rédacteur: Serge Perraud mercredi 22 août 2012
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page