Double meurtre à Borodi Lane

Vendre des tee-shirts avec écrit dessus : Curtis Perlin j'ai bousillé ma vie, laissé trainer une paille et des lames de rasoir dans ma tire, me suis retrouvé en taule et suis devenu riche, c'est un peu long pour un tee-shirt, patron.
Elvin Post - Losers-nés
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Guerre est une ruse
Frédéric Paulin retrace avec intelligence l'histoire violente de l'Algérie entre 1992 et 1995, un...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

mercredi 16 janvier

Contenu

Roman - Thriller

Double meurtre à Borodi Lane

Assassinat - Terrorisme - Procédure MAJ vendredi 24 août 2012

Note accordée au livre: 2 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 19,9 €

Jonathan Kellerman
Evidence - 2008
Traduit de l'anglais (États-Unis) par Frédéric Grellier
Paris : Le Seuil, mars 2012
418 p. ; 23 x 14 cm
ISBN 978-2-02-103255-0
Coll. "Policiers"

Tueur de série

Jonathan Kellerman a eu son heure de gloire, imposant son personnage de psy et ses architectures criminelles élaborées se passant souvent dans la haute société californienne (le sommet étant peut-être l'excellent Double miroir). Mais vingt-quatre romans plus tard, les policiers sont fatigués et l'inspiration se tarit... Les séries télévisées, du type "qu'il FAUT voir et obligatoirement trouver top-géniale sous peine de ne pas être l'homme ou la femme du XXIe siècle" ayant habitué le cochon de payant à manger la même soupe sous des emballages vaguement différents, on présume que le lecteur y trouvera ce qu'il cherche : la découverte de deux cadavres emmène Milo Sturgis et Alex Delaware dans une enquête menée principalement à base de dialogues et d'interrogatoires où se mêlent riches arabes et éco-terroristes, dont une méchante typiquement hollywoodienne - étrangère, artiste, donc arrogante comme le sont tous ces gens-là, et soupçonnée de nazisme, comme quiconque a une once de sang germanique. Lorsque vient le troisième tiers du roman, le lecteur aura eu raison d'avoir pris des notes pour se rappeler qui est qui, et qui a tué qui — mais les afficionados vous diront que cela fait partie du plaisir ! Car pour un roman "psychologique", on peut lui reprocher un certain manque d'épaisseur des personnages, même dans le style typiquement behavioriste de Jonathan Kellerman. Bref, on a ce que promet l'emballage, pas plus, mais pas moins non plus. Pour la fraîcheur et l'inventivité, il faudra chercher ailleurs…

Citation

Comme Milo est bien placé pour le savoir, je fais encore moins confiance au profilage qu'à la divination dans les feuilles de thé ou aux sondages politiques.

Rédacteur: Thomas Bauduret jeudi 23 août 2012
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page