Meurtre en hiver polaire

- Vivian Franck était l'une des rares actrices de sa génération à être à ce point prédestinée pour le cinéma parlant ! - Ce qui signifie qu'elle n' pas subi d'opération des cordes vocales au cours des dernières semaines...
Volker Kutscher - La Mort muette
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Tempête qui vient
Le titre de ce nouveau roman de James Ellroy, par ailleurs deuxième volet du "Second quatuor de Los Angel...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

jeudi 12 décembre

Contenu

Roman - Policier

Meurtre en hiver polaire

Social - Corruption - Procédure MAJ vendredi 07 septembre 2012

Note accordée au livre: 3 sur 5

Poche
Réédition

Tout public

Prix: 8,4 €

James Thompson
Lucifer's Tears - 2011
Traduit de l'anglais (États-Unis) par Anath Riveline
Paris : 10-18, juin 2012
358 p. ; 18 x 11 cm
ISBN 978-2-264-05545-3
Coll. "Domaine policier", 4606

Actualités

  • 29/06 Édition: Parutions de la semaine - 29 juin
    Franchement, il y a des semaines où il n'y a pas grand-livre à se mettre sous l'œil. Mais l'on peut aussi se dire que c'est tant mieux. Hormis les amateurs d'hommages holmésiens et ceux avides d'avoir une nouvelle théorie sur Jack l'Éventreur (dans ce cas, il vous faudra lire ni un roman, ni un essai mais une pièce de théâtre), vous ne trouverez aucune pièce à conviction vraiment convenable et inédite. Il vous faudra faire un détour par les poches où vous attendent pour des atmosphères variées John Burdett, Elizabeth George, Martha Grimes et Robin Cook. Nous vous conseillons de vous pencher un peu aussi sur le cas étrange d'Hervé Mestron...

    Grand format :
    L'Ostréopithèque, de Bernard Cazaubon (Vents salés)
    Stabat Mater : les chroniques de l'inspecteur Calderon, de Frédéric Coudron (Ex æquo, "Rouge")
    À pic, de Mitch Cullin (Inculte)
    Une âme assassine, de Philippe Dell'ova (Le Masque d'or, "Adrénaline")
    L'Interprétation des peurs, de Wulf Dorn (Le Cherche midi, "Thriller")
    C'est dans la boîte, de Frédéric Ernotte (Avant-Propos)
    Défi à Fergus Gambler, de Florian Gerber (Persée)
    Jack l'Éventreur : Scotland Yard savait, de Sophie Herfort & Florence Herfort (Dorval)
    Le Cauchemar de Montaigne, de Sylvie Huguet (Main multiple, "Signé polar")
    La Verticale du fou, de Fabio M. Mitchelli (Ex æquo (Hors cadre")
    La Jeunesse de Sherlock Holmes : prélude. 2, de François Pardeilhan (Le Patient résident")
    Flics & geeks, de Marion Poirson-Dechonne (Trabucaire, "Seria Negra")

    Poche :
    Le Parrain de Katmandou, de John Burdett (10-18, "Domaine policier")
    Intervention, de Robin Cook (LGF, "Thriller")
    Cerdagne, mon amour, de Luc Fuentes (Les Presses littéraires, "Crimes et châtiments")
    Une douce vengeance, d'Elizabeth George (Pocket, "Noir")
    L'Énigme du parc, de Martha Grimes (Pocket, "Noir")
    Juste sommaire, de Jack Higgins (LGF, "Thriller")
    Crocodile blues, de Hervé Mestron (Lokomodo, "Polar")
    La 8e confession, de James Patterson & Maxine Paetro (LGF, "Policier")
    Les Pendus du Val-sans-Retour, de Frédéric Paulin (Sirius Paris, "Régiopolis")
    Meurtre en hiver polaire, de James Thompson (10-18, "Domaine policier")
    Cœur de pierre, de Line Ulian (Les Presses littéraires)
    L'Incroyable histoire d'Halcyon Crane, de Wendy Webb (LGF, "Thriller")
    Liens : Le Parrain de Katmandou |Stabat mater |John Burdett |Robin Cook |Frédéric Coudron |Martha Grimes |Jack Higgins |Hervé Mestron |James Patterson |Maxine Paetro |James Thompson |Elizabeth George

  • 10/12 Édition: Parutions de la semaine - 11 décembre -

Peu de cadeaux au pays du père Noël

Comment définit-on un père et, par extension, une famille ? C'est sans doute la question que se pose Kari Vaara, inspecteur norvégien qui souffre de culpabilité, de retour dans un roman de James Thompson pour la deuxième fois après son intronisation dans La Nuit glaciale du Kaamos. Des cadavres d'amis encombrent sa mémoire, et il souffre de maux de tête persistants. Pourtant il a rencontré l'amour mais il angoisse pour sa femme sur le point d'accoucher. Cet accouchement signifie également l'arrivée de la belle-famille porteuse de son lot de soucis. Mais cette naissance l'aide à renouer avec son propre frère. Comme il est inspecteur, il doit résoudre de nombreuses affaires. Pour ce qui le concerne actuellement, elles sont au nombre de deux, qu'il va mener de front dans ce Meurtre en hiver polaire, de James Thompson, qui n'est pas plus norvégien que vous et moi. Deux enquêtes qui le mènent là aussi dans les méandres de la famille. D'un côté, il doit essayer de découvrir qui a tué une "bombe sexuelle", adepte de jeux extrêmes. Son mari et sa maitresse, qui est peut-être la demie-soeur de la victime, semblent en ligne de mire, mais ils ont comme alibi le propre supérieur de Kari Vaara, impliqué dans leurs jeux érotico-pervers... De l'autre côté, il est chargé de se renseigner sur un vieil homme, ancien criminel de guerre qui doit être extradé. Or ce vieil homme a une trajectoire biographique qui l'a amené à rencontrer le propre grand-père de Kari Vaara. Le passé de ce dernier ne risque-t-il pas de se ternir ? Pour renforcer encore un panorama déjà surchargé, Kari Vaara doit prendre en charge un nouveau coéquipier, jeune fou qui voit lui aussi en l'inspecteur une image paternelle.

L'ensemble de ces données, vont servir une intrigue qui donne la part belle aux informations ethnographiques sur la Finlande (un pays alcoolisé à l'extrême visiblement, et où la violence est omniprésente), sur son histoire (un passé peu glorieux) et sa géographie (la proximité avec la Russie qui complique les choses). Une intrigue qui revient souvent sur les mêmes éléments car, malgré le sentiment que nous pouvons en avoir, c'est un petit pays (par rapport à son peuplement, concentré et où tous se connaissent), où l'enquête s'encastre dans les problèmes psychologiques et médicaux de son personnage central, présenté avec humour, sympathie mais sans cacher ses failles. Meurtre en hiver polaire présente donc des personnage au caractère bien typé, une intrigue intéressante, un arrière-plan sur les paysages, les mœurs et les coutumes bien décrits, au sein d'une narration rythmée. Bref, sans révolutionner le genre, l'œuvre d'un honnête artisan-écrivain qui remplit parfaitement sa part du contrat.

Citation

T'as tué un homme et tu t'es fait tirer dessus deux fois. Ça passe pour de la négligence. T'as été décoré pour ces deux bourdes.

Rédacteur: Laurent Greusard samedi 01 septembre 2012
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page