Eaux troubles en Morbihan

Berman avait appris à traiter avec les Chinois. Quand il parlait devant un groupe, il était désormais calme et confiant. Il avait aussi mémorisé quelques mots de mandarin et savait qu'il amusait ses auditeurs quand il s'essayait à prononcer une nouvelle expression – même s'il la massacrait presque systématiquement.
Robin Cook - Nano
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Tu entreras dans le silence
Lorsque les soldats français partirent au combat, en 1914, c'était avec la certitude de rentrer rapid...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

jeudi 04 juin

Contenu

Roman - Noir

Eaux troubles en Morbihan

Braquage/Cambriolage - Terrorisme - Trafic MAJ mardi 25 septembre 2012

Note accordée au livre: 2 sur 5

Poche
Inédit

Tout public

Prix: 10,04 €

Guillaume Moingeon
Turquant : L'àpart, janvier 2012
320 p. ; 20 x 12 cm
ISBN 978-2-36035-069-8
Coll. "Clair de noir"

Actualités

  • 15/03 Prix littéraire: Prix coup de cœur du Polar 2012
  • 27/01 Édition: Parutions de la semaine - 27 janvier
    Parutions en petit nombre au sein desquelles se démarquent Organes vitaux, d'Elsebeth Egolm et Faux-semblants de Kjell Ola Dahl. Les Nordiques continuent d'avoir le vent en poupe. Mais pas que ! En effet, Romain Slocombe nous offre le troisième volet de "L'Océan de la stérilité" avec un Shangaï connexion dont nous n'allons vraiment pas tarder à vous parler. Les sorties poche sont monopolisées (phagocytées ?) par Babel noir et Folio policier. Ceux qui n'ont pas lu Les Survivantes, de la romancière Lalie Walker, pourront donc se rabattre sur un achat plus économique. Enfin, soulignons le choix plutôt classe de Feryane. L'un des éditeurs les plus en vue de romans en gros caractères propose Le Jeu du pendu, d'Aline Kiner et 220 volts, de Joseph Incardona. Deux petits romans très précieux, que l'on a bien aimés.
    Comme d'habitude, faites votre choix !

    Grand format :
    La Malédiction de la Galigaï, de Jean d'Aillon (Flammarion)
    Le Livre de Johannes, de Jorgen Brekke (Balland)
    Le Bal des cagoles, de Philippe Carrese (L'Écailler)
    Froid d'enfer, de Richard Castle (City, "Thriller")
    Le Féminin du temps, de Daniel Cordonnier (Favre)
    Faux-semblants, de Kjell Ola Dahl (Gallimard, "Série noire")
    Le Retour du lion, de Nelson Demille (Michel Lafon, "Thriller")
    Organes vitaux, de Elsebeth Egholm (Le Cherche Midi, "Thriller")
    Bayard et le crime d'Amboise, d'Éric Fouassier (Pascal Galodé)
    La Mise à mort du matador, de Bernard Hautecloque (Max Milo)
    Un escalier de sable, de Benjamin Legrand (Le Seuil)
    Une passion dévorante, de Jean-François Pré (Pascal Galodé)
    Shangai connexion, de Romain Slocombe (Fayard, "Noir")
    La Prophétie d'Ararat, de Sévag Torossian (Papier libre)
    L'Inscription de la terreur, de Sang Yi (Les Petits matins, "Les Grands soirs")
    De chacun selon sa haine, de Maurice Zytnicki (Loubatières)

    Poche :
    Le Secret de l'enclos du Temple, de Jean d'Aillon (J'ai lu, "Roman historique")
    L'Homme dans la vitrine, de Kjell Ola Dahl (Folio, "Policier")
    Un Russe candide, de Leif Davidsen (Babel, "Noir")
    Un scandale en Bohème suivi de Silver Blaze, d'Arthur Conan Doyle (Folio, "2 €")
    Cœur perdu en Normandie, de Joseph Fromage (L'àpart)
    Une fenêtre à Copacabana, de Luiz Alfredo Garcia-Roza (Babel, "Noir")
    Les Barricades mystérieuses, de Sébastien Lapaque (Babel, "Noir")
    Rupture, de Simon Lelic (Folio, "Policier")
    Eaux troubles en Morbihan, de Guillaume Moingeon (L'àpart)
    Meurtres à Versailles, d'Anne-Laure Morata (Le Masque, "Labyrinthe")
    Lumen, de Ben Pastor (Babel, "Noir")
    De la terre à la lune en déambulateur, de Serge Scotto (Baleine, "Noire")
    Flashback, de Jenny Siler (Folio, "Policier")
    Les Larmes des innocentes, de Joachim Sebastiano Valdez (Folio, "Policier")
    Parce que le sang n'oublie pas, de Pascal Vatinel (Babel, "Noir")
    Code 1879, de Dan Waddell (Babel, "Noir")
    Les Survivantes, de Lalie Walker (Babel, "Noir")

    Grands caractères :
    La Piste de sable, d'Andrea Camilleri (Feryane livres en gros caractères, "Policier")
    L'Îli de tous les dangers, de Natasha Cooper (Feryane livres en gros caractères, "Policier")
    220 volts, de Joseph Incardona (Feryane livres en gros caractères, "Policier")
    Le Jeu du pendu, d'Aline Kiner ((Feryane livres en gros caractères, "Policier")
    Liens : Le Secret de l'enclos du Temple |La Piste de sable |220 volts |Le Jeu du pendu |Rupture |Les Larmes des Innocentes |Bayard et le crime d'Amboise |Faux semblants |Les Barricades mystérieuses |Jean d'Aillon |Philippe Carrese |Leif Davidsen |Arthur Conan Doyle |Éric Fouassier |Joseph Fromage |Luiz Alfredo Garcia-Roza |Joseph Incardona |Aline Kiner |Benjamin Legrand |Simon Lelic |Ben Pastor |Jean-François Pré |Serge Scotto |Romain Slocombe |Joachim Sebastiano Valdez |Lalie Walker |Kjell Ola Dahl |Guillaume Moingeon

Pas de remords aux Comores

Les eaux sont troubles mais le roman l'est-il ? En tout cas, il se décompose en trois parties, d'inégale longueur. Il est bien difficile au vu de la quatrième de couverture et du site de l'auteur de ne pas songer qu'il y a dans le ressort de l'intrigue quelques éléments biographiques. La première partie restitue la jeunesse du héros avec pêle-mêle quête du père, petits travaux, découverte de la musique pop rock et de l'amour, rien de neuf mais la mélancolie affleure et donne un petit goût agréable à cette évocation d'une adolescence qui se cherche, entre nostalgie et douce auto-dérision. Le final nous montre le narrateur dans sa vie actuelle aux prises avec une sombre histoire. Un vol de diamants et la mort (accidentelle ?) d'un ami le plonge dans une enquête (peu violente) aux relents d'Arsène Lupin car l'important n'est pas tant de savoir qui est détenteur des bijoux volés que de découvrir leur cachette.

Le cœur du roman, en même temps sa partie la plus longue, est sans doute le plus intéressant. Guillaume Moingeon se sert d'événements réels que sont la vie de Bob Denard, ses coups fourrés, ses mercenaires, ses coups d'État à répétition comme toile de fonds. Le narrateur répond à une petite annonce et sans aucune formation va se retrouver au centre de la prise du pouvoir d'un petit pays de l'Océan Indien, en compagnie de Job renard, un chien de guerre. Toute cette partie est un délicieux mélange auquel s'ajoute un humour léger - le narrateur se retrouve comme un chien dans un jeu de quilles, il ne comprend rien à rien, il voit les professionnels du coup d'État s'agiter, il vit ses amours avec la nièce de Renard. Du coup son équipée improbable au sein d'une force de mercenaires, sur des cargos de fortune, aux prises avec les pirates somaliens, où il faut sans cesse ruser entre les intérêts de la France et son image internationale, est évoqué à la manière d'un Candide ou à la façon dont le rapporta Claude Lelouch dans L'Aventure c'est l'aventure. Les trois parties, chacune avec leur propre mais petit charme, possèdent une unité qui n'apparait pas évidente dans leur liaison, sauf à montrer l'itinéraire d'un homme. En tout cas, Guillaume Moingeon sait aussi raconter une histoire, distiller une tendre ironie sur ses personnages, et offrir ainsi quelques heures de lecture agréable.

Citation

J'avais choisi le plus léger des rouleaux à pâtisserie pour lui défoncer le crane et c'était bien là mon seul sujet d'inquiétude.

Rédacteur: Laurent Greusard jeudi 11 juin 2015
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page