Un été grec

Massimo Capone est un serial killer, pas un criminel mafieux. On ne peut pas mener une vie de serial killer et être affilié à un clan. C'est tout simplement impossible ! Ce sont deux activités qui demandent l'implication de toute l'énergie dont on dispose : on est serial killer à plein temps, même quand on ne tue pas ; et on est aussi camorriste, mafieux, associé de la 'ndrangheta ou de toute autre organisation criminelle... à plein temps ! C'est une manière de vivre, pour certains une mission, en aucun cas un métier.
Gilda Piersanti - Le Saut de Tibère
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Guerre est une ruse
Frédéric Paulin retrace avec intelligence l'histoire violente de l'Algérie entre 1992 et 1995, un...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

mercredi 27 mars

Contenu

Roman - Policier

Un été grec

Politique - Historique MAJ lundi 06 avril 2009

Note accordée au livre: 5 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 17 €

André Fortin
Paris : Jigal, février 2009
272 p. ; 21 x 14 cm
ISBN 978-2-914704-54-0
Coll. "Polar"

Grèce, les comptes non soldés

Un juge et sa famille partent en vacances. Mais un dossier s'invite : celui d'un adolescent, noyé. Le légiste veut conclure à l'accident. Du banal. Quarante ans plus tôt, une Grèce sans voix s'invite dans le roman. Au commencement, une génération sacrifiée, puis deux, puis trois. Un gosse naît : Apostolos. Retour au petit Yan - le noyé. Il n'y a rien dans ce dossier. Sinon l'attitude des parents, qui intrigue le juge. Juston, un flic de connaissance, accepte de mener une enquête à la demande du juge, qui part en vacance. En Grèce. Les Cyclades, paradis sur terre. Leur histoire, marquée tout de même au fer rouge de l'iniquité. Le juge s'entiche pour cette histoire, tragique et "désespérante". Afissos. Village quelconque. Où croisait naguère Apostolos. Alors on se demande où les deux histoires vont se croiser.
Apostolos est entré en politique, Juston a du neuf pour le juge : le grand-père est passablement louche. À Athènes, Apostolos est heureux. Il rencontre l'amour de sa vie. Les deux s'engagent dans un combat difficile. 1967 : La CIA manœuvre pour que les élections ne lui fassent pas perdre sa prépotence. En villégiature, le juge croise les pas de cette résistance héroïque. Oubliée. Une histoire perdue. Tandis que le mentor d'Apostolos se suicide, bien des années avant la venue du juge. Tandis encore que Juston s'active, sur la piste d'un moustachu que l'on aurait vu rôder aux alentours de la propriété des parents du jeune Yan. Met la main dessus. L'homme avoue le crime, mais ne veut témoigner que devant un juge, et encore, à la condition que celui-ci prenne in extenso sa déposition. Notre juge s'exécute. Entend l'histoire. Il y est question de sa villégiature, de la Grèce, de la rue Bouboulinos, à Athènes, où l'on torturait sans bruit. Le drame se noue. Mais désormais, seul compte ce PV d'audience. Et le juge, fasciné par la déposition du criminel.


On en parle : La Tête en noir n°142 |L'Ours polar n°50

Nominations :
Prix marseillais du polar 2009
Prix Polar 2009

Citation

Les bourreaux avaient vieilli ou étaient morts, les illusions s'étaient perdues et le calme était revenu.

Rédacteur: Joël Jégouzo dimanche 08 mars 2009
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page