Chamamé

- Tout ça pour... commença Kristin. - Un vieil avion, l'interrompit Miller.
Arnaldur Indridason - Opération Napoléon
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

L'Ange rouge
Le nouveau roman de François Médéline nous emmène à Lyon il y a une vingtaine d'années. Une brigade p...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

vendredi 27 novembre

Contenu

Roman - Noir

Chamamé

Road Movie - Arnaque MAJ jeudi 27 septembre 2012

Note accordée au livre: 4 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 18 €

Leonardo Oyola
Chamamé - 2007
Traduit de l'espagnol (Argentine) par Olivier Hamilton
Paris : Asphalte, août 2012
224 p. ; 20 x 15 cm
ISBN 978-2-918767-26-8
Coll. "Fictions"

Actualités

  • 07/09 Édition: Parutions de la semaine - 7 septembre
    Les thrillers ouvrent le bal en ce début de rentrée littéraire. Démarrage en trombe avec les Harlan Coben, Jean-Christophe Grangé, Lisa Gardner et autres Gillian Flynn, mais les romans noirs et sombres ne sont pas en reste avec la parution des "deuxièmes" Stuart Neville et Leonardo Oyola. Le premier se fait discret alors que le second est omniprésent sur la toile (sauf chez nous - pour l'instant - ne manqueront pas de noter les plus averties des éditrices asphaltées). À noter que Rivages publie deux inédits signés Michaël Mention et Dominique Forma, bien accueillis à la rédaction, que Krakoen envoie sa deuxième fournée de "Petits noirs" avec des nouvelles d'auteurs français (parmi lesquels on retrouve étonnamment le k-libriste Frédéric Prilleux), et que le Livre de poche ressort deux romans d'auteurs transfuges du Masque au Seuil, Ron Rash (que nous avons rencontré) et Don Winslow. Une semaine vous l'aurez compris placée sous le signez du chiffre "deux" :

    Grand format :
    À découvert, de Harlan Coben (Fleuve noir, "Noirs")
    Tu es le mal, de Roberto Costantini (Presses de la Cité, "Sang d'encre")
    Caché, de David Ellis (Le Cherche midi, "Thrillers")
    Les Apparences, de Gillian Flynn (Sonatine)
    Les Morsures du passé, de Lisa Gardner (Albin Michel, "Spécial suspense")
    Kaïken, de Jean-Christophe Grangé (Albin Michel, "Thriller")
    Les Fantômes de l'harmonica, de Jean-Pierre Larminier (Jeanne d'Arc)
    Trois histoires énigmatiques suivi de Une nouvelle aventure d'Arsène Lupin, de Maurice Leblanc (Librio)
    Anima, de Wajdi Mouawad (Actes sud)
    Collusion, de Stuart Neville (Rivages, "Thriller")
    Chamamé, de Leonardo Oyola (Asphalte, "Fictions")
    Le Parieur, d'Alexis Salatko (Fayard, "Littérature française")
    Je pars demain pour une destination inconnue : Exodus, 1947, de Maud Tabachnik (Archipel, "Cœur noir")

    Poche :
    Ne la quitte pas des yeux, de Linwood Barclay (J'ai lu, "Thriller")
    Nonne à tout faire, de Guillaume Béchard (Grand west, "Poche")
    Ligne 13, d'Antoine Blocier (Krakoen, "Petit noir")
    Tu me suivras dans la tombe et autres romans, de James Hadley Chase (Folio, "Policier")
    Remède mortel, de Harlan Coben (Pocket, "Thriller")
    Les Instruments de la nuit, de Thomas H. Cook (Pointsdeux, "Pointsdeux")
    Les Mariolles, de Frédéric Dard (Pocket)
    Boarding, de Jean-Marc Demetz (Krakoen, "Petit noir")
    Voyoucratie, de Dominique Forma (Rivages, "Noir")
    La Fille cachée, de Lisa Gardner (Archipoche, "Archipoche")
    La Maison d'à côté, de Lisa Gardner (LGF, "Thriller")
    Les Plumes du dinosaure, de Sissel-Jo Gazan (LGF, "Thriller")
    Nocturne, de Martha Grimes (City, "Poche")
    The Killing, de David Hewson (J'ai lu, "Thriller")
    La Rivière perdue, de Michael Koryta (LGF, "Thriller")
    Le Diable dans la ville blanche, d'Erik Larson (LGF, "Thriller")
    Une nuit sur la mer, de Patricia J. MacDonald (LGF, "Thriller")
    La Ville des enfants perdus, de Jennifer McMahon (LGF, "Thriller")
    Lucille, de Franck Membribe (Krakoen, "Petit noir")
    Sale temps pour le pays, de Michaël Mention (Rivages, "Noir")
    Une mer sans soleil, de Anne Perry (10-18, "Grands détectives")
    Encubé, de Frédéric Prilleux (Krakoen, "Petit noir")
    Serena, de Ron Rash (LGF)
    Du bois dont on fait les pipes, de San-Antonio (Pocket, "Les Nouvelles aventures de San-Antonio)
    La Fin des haricots, de San-Antonio (Pocket, "Les Nouvelles aventures de San-Antonio)
    Chapeau, de Hervé Sard (Krakoen, "Petit noir")
    Entre deux voix : journal d'une jeune interprète de conférence, de Jenny Müller Sigot (Mon village, "Roman poche")
    Ulve la rouge, de Claude Soloy (Krakoen, "Petit noir")
    Savages, de Don Winslow (LGF, "Policier")
    Liens : À découvert |Remède mortel |La Maison d'à côté |Les Morsures du passé |Les Plumes du dinosaure |Kaïken |Le Diable dans la ville blanche |Une nuit, sur la mer |Serena |Chapeau |Je pars demain pour une destination inconnue |Savages |Voyoucratie |Sale temps pour le pays |Caché |Tu es le mal |The Killing |Linwood Barclay |Antoine Blocier |James Hadley Chase |Thomas H. Cook |Frédéric Dard |Jean-Marc Demetz |Gillian Flynn |Dominique Forma |Lisa Gardner |Martha Grimes |Michael Koryta |Jean-Pierre Larminier |Maurice Leblanc |Patricia McDonald |Franck Membribe |Stuart Neville |Leonardo Oyola |Anne Perry |Ron Rash | San-Antonio |Hervé Sard |Maud Tabachnik |Don Winslow |David Ellis |Roberto Costantini

Satans sur les routes

À l'instar de Savages de Don Winslow, le roman de Leonardo Oyola nous baigne dans une culture populaire qui nous séduit car l'exotisme a du charme surtout s'il est ancré dans une époque. Ses personnages sont déjantés au possible, hargneux, fous furieux, sanguinaires, égoïstes et généreux à la fois, et pourtant ils réussissent à nous émouvoir. Difficile d'écrire un road novel avec des réminiscences carcérales et un univers à la limite du compréhensible, cependant, l'auteur se dépatouille de tout cela et nous offre un joli roman qui se lit d'une traite. Bien sûr, la tonalité n'est pas originale, et l'on a parfois l'impression que la caricature est poussée à l'extrême sans que cela ne soit voulu. Bien sûr, des personnages picaresques chaotiques la littérature populaire nous en a beaucoup proposé avec beaucoup de talent chez Jerome Charyn et Pierre siniac. Mais le chaos se désaccorde géographiquement et chez les Argentins, il a tendance a devenir fou.

Chamamé, c'est une histoire d'amitié trahie entre Perro et le Pasteur Noé, une danse satanique. L'un a des illusions, l'autre est illuminé. L'un joue du flingue, l'autre du couteau taille XXL. L'un voudrait éviter les ennuis, l'autre les provoque. La prison et sa violence, ses lois intérieures régies par des gangs et la corruption, ils l'ont connue ensemble. Perro rêve de s'en sortir, le Pasteur Noé de bâtir une cathédrale. Ils ont réussi à s'en échapper vivants et libres mais avec une horde dangereuse à leurs trousses. Plutôt que de se fondre dans le paysage, ils roulent, trucident, dépouillent, volent avant d'enlever puis de rançonner.

Mais si les voies des saigneurs sont impénétrables, elles sont surtout fragiles. Alors Noé trahit Perro. Lui laisse un cadavre dans une chambre d'hôtel, et s'en va avec le magot. Seulement, Perro, il a du chien, c'est un entêté de première qui ne supporte pas de se faire enfler, et qui veut réintégrer le navire. C'est aussi le "mais", l'épine retirée de la couronne et qui insidieusement se glisse entre un orteil et son ongle, entre dans la peau, dans une veine, et remonte jusqu'au cœur. L'affrontement final sera féroce, on le sait, on le sent, nul ne s'en sortira indemne. L'autodestruction est en route et ce dès les premières pages pour ces deux personnages autant décharnés qu'exacerbés et entiers, qui s'aiment et s'admirent mais qui s'en vont mourir l'un contre l'autre.

C'est cette histoire que délie au fil de pages écrites, on le devine, d'une traite Leonardo Oyola avec beaucoup de poésie, de rythme et de folie. On lâche parfois pied, on y revient souvent, on s'apitoie sur les personnages secondaires, on refuse d'aller voir en fin d'ouvrage les astérisques musicalement explicatives de morceaux de Bon Jovi car faire fleurir son imagination avec de la littérature d'évasion, c'est aussi ça - rester dans le roman -, et l'on se dit qu'il nous a payé une bonne tranche de vie jusqu'à la folie et la mort...


On en parle : Carnet de la Noir'Rôde n°47

Citation

Je suis un ami de Sarah Connor. On m'a dit qu'elle était ici. Je peux la voir ?

Rédacteur: Julien Védrenne mardi 11 décembre 2012
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page